Connect with us

Santé

Kinshasa : L’Ong “Amani Kwetu” lance le projet “Yebela Lobi” pour renforcer les compétences des femmes et des jeunes

Published

on

“Yebela Lobi” est un projet intégrateur, initié par l’Ong Amani Kwetu et axé sur 4 secteurs : la santé, l’éducation, l’environnement et l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes. 

Lancé officiellement le jeudi 11 mai à la paroisse Saint Sacrement de Delvaux, ce programme vise à renforcer les compétences auprès des femmes et des jeunes afin qu’ils deviennent, eux-mêmes, acteurs de leur propre santé. ” Ils doivent aussi devenir de vrais acteurs de changement de leur communauté”, a déclaré Dr Christian Bongo-Pasi Nswe, coordonnateur du projet santé chez Amani Kwetu.

Des centaines des jeunes et femmes ainsi que des partenaires du projet ont pris part à cette séance de sensibilisation.

Le coordonnateur chargé de la santé au sein de l’ONG a également déclaré : “Les gens pensent généralement que la santé est uniquement un secteur tributaire de la santé, non ! La santé est une matière transversale. Ça signifie que pour avoir la bonne santé, il y a beaucoup d’éléments qui y contribuent. C’est qu’on appelle les déterminants de la santé et ils sont multiples. Ça peut être: l’éducation, le chômage, les facteurs biologiques, etc. Vous pouvez voir qu’une personne qui n’a pas suffisamment étudié ne peut pas accéder à des opportunités de travail qui peuvent lui donner suffisamment d’argent afin de garantir sa santé. Même s’il en avait, il lui serait difficile de savoir à quel type de soins accéder parce que pas suffisamment instruit “.

Notons que “Yebela Lobi” est un appel à une certaine responsabilisation. Cependant, puisqu’on parle de développement durable, c’est savoir comment j’utilise les ressources d’aujourd’hui mais tout en veillant à la génération de demain. Parce qu’il n’y a pas qu’aujourd’hui, il y a aussi demain.

DKM/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

Santé

FP 2030 : Ouverture, à Kinshasa, de la réunion stratégique sur la promotion de la planification familiale

Published

on

Kinshasa, la ville métropolitaine, abrite, depuis ce lundi 15 juillet jusqu’à mercredi 17 juillet, la réunion des points focaux nationaux issus de 5 pays d’Afrique centrale en vue d’encourager la planification volontaire dans la sous-région.

Représentant le ministre de la Santé publique, Dr Ramazani Yuma, secrétaire général au sein du même ministère, a tenu à rappeler, au cours de son allocution, l’importance cruciale de ces assises en RDC. « Le fait que cette réunion se passe à Kinshasa est une interpellation, un symbole fort, de sorte que nous puissions encore travailler davantage au niveau de la région de l’Afrique centrale pour pousser l’agenda parce que dans nos pays la prévalence contraceptive est encore faible».

Question touchant le développement du pays, le secrétaire général Ramazani a martelé sur le fait que la Planification Familiale était une des priorités au sein de son ministère. « C’est une intervention de santé à haut impact dans un contexte comme celui de la RDC où la mortalité maternelle est très élevée.»

Notons que cette réunion stratégique qui réunit les 5 pays d’Afrique centrale, à savoir: le Burundi, le Cameroun, la République Centrafricaine ainsi que la RDC, va permettre des échanges d’expériences concernant les questions de la Planification Familiale. A l’issue de cette réunion, des résultats pouvant améliorer les conditions des femmes sont attendues comme le précise le Directeur Régional FP2030 de l’Afrique du Nord, Centre et l’Ouest, Dr Martin Migombano. « Nous attendons d’eux de faire le point sur tout ce qui a été déjà fait et ce qu’ils peuvent faire pour s’assurer que l’accès à la planification familiale aux femmes et jeunes filles de cette région ne soit pas soumis à beaucoup d’obstacles ».

Quant à la Directrice Exécutive de FP 2030, Dr Samukeliso Dube, la tenue de cette réunion en RDC est pour faire passer un message spécifique. « Il faut investir sur les questions de santé reproductive, s’assurer comment toucher avec les outils et programmes qui vont aider pour une meilleure planification familiale mais surtout maintenir une collaboration entre les pays de l’Afrique centrale afin de voir ce qu’il faut développer pour ne plus rester à la traîne ».

Durant 3 jours, les points focaux nationaux vont échanger, définir le mécanisme de coordination et d’opérationnalisation et faire des plaidoyers afin d’obtenir des meilleurs engagements pour des résultats meilleurs.

Dorcas Ntumba/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte