Connect with us

Actualité

Kinkole post-covid 19 : L’ambiance de de fête reprend…

Published

on

Depuis la levée de l’état d’urgence sanitaire en République démocratique du Congo le mercredi 22 juillet 2020, les Kinois n’ont pas attendu pour renouer avec leurs habitudes de fréquentation des divers sites de la ville et profiter des bons moments de détente. Kinkole n’est pas en reste.

Quoique timide au début, il s’y observe déjà une intensification de l’ambiance de fête depuis le samedi 8 août 2020. Les uns s’y rendent en famille, les autres entre amis, pour célébrer les anniversaires ou d’autres faits marquants de la vie. Ils s’installent ainsi, soit dans les débits de boissons pour les uns, sous les arbres pour les autres, et d’autres encore préfèrent prendre une pirogue aller sur les îles de la contrée. Musique, dance, bière, grillades, sketch agrémentent la détente, et les mesures barrières au coronavirus sont respectées à une échelle acceptable.

Cité des pêches des poissons…

Situé à une quarantaine de kilomètres du centre-ville de Kinshasa, Kinkole est un quartier portuaire de la commune de N’sele, une des 6 communes urbano-rurales que compte la mégalopole Kinshasa. Alors que se divertir dans certains sites de la ville demande un budget assez salé, Kinkole repond à toutes les bourses. Kinkole pêcheur est un quartier réputé grâce à la disponibilité des poissons fraichement pechés.

L’on se souvient que vers les années 1980 et 1990, la population kinoise y affluait à chaque 24 juin pour célébrer la Journée nationale du poisson. Aujourd’hui encore, si les uns sont attirés par la vente des poissons frais, d’autres le sont par les “maboke” de poissons frais, une spécialité culinaire congolaise tres prisée par les autochtones et qui consiste à préparer les poissons recouverts dans des feuilles vertes.

Le fleuve et les étendues verdoyantes de Kinkole offrent un beau paysage faisant objet d’admiration. Ainsi après une semaine de travail professionnel intense avec stress et anxiété, certains travailleurs optent généralement pour aller en weekend à Kinkole, en liberté, loin des obligations professionnelles, penser à autre chose et se détendre en toute sérénité. Aussi mettent-ils à profit ce temps pour se déstresser et se divertir, bref, se donner une bulle d’oxygène en vue de reprendre avec confiance la nouvelle semaine de travail avec un esprit rafraîchi. C’est une façon de se recharger les batteries et pour son équilibre personnel.

Une autre catégorie de personnes met à profit le temps passé à Kinkole pour casser la routine et oublier un moment les soucis de la vie. Même pendant cette période de saison sèche caractérisée par le froid à Kinshasa, les célébrants restent jusqu’à l’aurore malgré la difficulté des moyens de transport pour le retour.

Cependant, les différents vendeurs ne sont pas encore satisfaits du niveau de vente. Les femmes vendeuses de “mabokes” ont confié que les clients se plaignent de ne pas avoir assez de moyens pour s’en procurer en quantité suffisante. Les vendeuses de poissons frais déclarent être souvent obligées de garder au frais le reste de poissons invendus. Les tenanciers des débits de boissons également soutiennent que les recettes actuelles demeurent encore faibles, mais ils sont optimistes et espèrent que leurs ventes augmenteront sous peu.

L’énergie positive que dégagent les Kinois sur ce site redonne espoir.

Jearry Coco LWESO/Congoprofond.net


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

Actualité

Lemba/Righini : Le personnel du Centre médical “Mwinda ya Lobiko” abandonne un corps sans vie devant un poste de police !

Published

on

Les habitants du quartier Righini, dans la Commune de Lemba (Kinshasa), ont découvert, cette matinée de lundi 17 juin 2024, le corps sans vie d’un trentagénaire devant un poste de police. La dépouille de cet homme, non encore identifié, y serait déposée depuis la nuit de ce dimanche 16 juin 2024.

Selon les informations fournies par la police, la victime proviendrait du Centre médical “Mwinda ya Lobiko, accompagné d’un personnel soigant, une garde et un policier pour être transféré aux Cliniques Universitaires où l’accès leur serait refusé avec cet homme à bout du souffle qui va succomber peu après. Le corps de cet infortuné va être déposé devant ce poste de police.

Ce serait précisément dans la soirée (23h) de ce même jour que cet homme rendrait l’âme. Le personnel soignant et la garde du Centre médical précité auront pris fuite. « Les Cliniques n’ont pas traité cet homme alors qu’il était en vie parce qu’il n’y avait aucun membre de sa famille sur place. C’est pendant la discussion qu’il est décédé. En entrant au bureau pour faire une réquisition au médecin, l’A.G et la garde de ce centre médical ont rapidement déposé son corps et ont pris la poudre d’escampette…», a confié le major Bela à CONGOPROFOND.NET.

Seul la nuit, cet officier de permanence a relayé cette information à ses supérieurs qui, aussitôt arrivés ce lundi matin, ont sécurisé la zone du drame avant que les secouristes ne viennent évacuer son corps.

Effectuant immédiatement une descente au Centre médical “Mwinda ya Lobiko”, situé sur l’avenue Malula n° 15 dans le même quartier de la même agglomération, notre reporter a une réceptionniste qui n’a fourni la moindre information à ce sujet. “C’est aujourd’hui que je suis arrivée. Les membres du collectif ayant fonctionné hier sont tous partis…», a-t-elle appuyé.

Signalons que quelques volontaires de la Croix-Rouges sont arrivés à ce poste de police vers 11h en attendant la réponse à la convocation de la police envoyée au parquet de Matete. Ce dernier, a-t-on appris, a toute de suite dépêché son substitut pour constater les faits. Dossier à suivre.

Exaucé Kaya/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte