Connect with us

Politique

Kibali Gold Mine : entre consolider les acquis de Doko et construction des nouvelles mines

Published

on

 

La cité de Doko est passée en 10 ans de 30 000 à 500 000 habitants grâce au développement pourtant ily avait une éconmie auparavant inexistante. Le développement des infrastructures – en particulier l’accès routier à la mine et les 3 centrales hydroélectriques ont placé Kibali en tête des efforts deBarrick en matière d’énergie verte. Ce qui a poussé l’afflux de la population dans cette cité.

Kibali a conclu de nombreux partenariats avec des entreprises locales, à l’instar de l’équipe
entièrement congolaise qui a construit la centrale hydroélectrique d’Azambi.
Depuis 2009, les paiements aux entrepreneurs et aux fournisseurs s’élèvent à 2,78 milliards USD.
Pour le bien des communautés locales, la mine continue d’investir dans le recrutement et la
formation de ressortissants congolais.
Kibali a écrit un nouveau chapitre de son long soutien à la biodiversité africaine et au Parc national de la Garamba en RDC en introduisant une population durable de rhinocéros blancs en partenariat avec African Parks et la population de la RDC.

Kibali en bonne voie pour atteindre ses objectifs de production pour 2024 Premier lot d’appels d’offres publié sur la mine et sur le site Internet de l’ARSP (l’organisme qui supervise le secteur de la sous-traitance en RDC) alors que Kibali continue d’améliorer le contenu local en soutenant plus de 500 entreprises congolaises.
Suite à l’achèvement réussi du RAP et des infrastructures associées à Kalimva-Ikamva, l’attribution des contrats d’exploitation minière et de transport a été finalisée, l’accent étant fortement mis sur les entreprises locales.

L’exécution de l’initiative Cahier des Charges, officiellement lancée en 2023, a désormais permis l’achèvement de 5 projets, dont 4 autres en voie d’achèvement et 3 en cours.
L’investissement sur cinq ans s’élève à 8,9 millions de dollars américains. L’exécution des projets de développement communautaire se poursuit avec 34 projets déjà achevés sur 44 projets lancés qui progressent comme prévu.

Sur le plan de la sécurité au travail

La responsabilité de mettre fin aux travaux dangereux continue d'être renforcée à tous les niveaux de ses activités. Le déploiement du programme de gestion des risques fatals progresse bien, avec trois normes de risques fatales mises en évidence au cours du deuxième trimestre.
Le colloque mondial sur la sécurité au travail – Safety Standdown – a eu lieu au deuxième trimestre et a coïncidé avec la mise en œuvre de la norme sur les risques mortels relatifs aux équipements mobiles.
Des plans sont mis en place pour lancer notre nouvel engagement pour sauver des vies à la mi-juillet.
Kibali continue à mettre l’accent sur la sécurité au travail en tant que responsabilité collective et sur le rôle de chaque employé et sous-traitant en tant que responsable de la sécurité au travail.

Concernant les perspectives d’avenir

Potentiel de découvertes significatives le long de l’axe KZ de plus de 50 km, une distance en camion à partir de l’usine de Kibali +90 % de la structure KZ en dehors de la zone KCD n’a pas été testée à une profondeur verticale inférieure à 150 m.
Les récentes découvertes à haute teneur dans la zone KCD continuent (ARK) à démontrer le potentiel d’exploration des friches industrielles.
Ce qui permet à Kibali d’avoir encore une longue vie en RDC et développer des nouveaux sites pour le bien de la population, en particulier et du pays en général

Willy Akonda Lomanga


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

Politique

Cap vers le budget-programme : Aimé Boji Sangara déterminé à asseoir le dispositif de la performance publique

Published

on

Les actions entreprises par le Gouvernement SUMINWA s’inscrivent notamment en droite ligne de l’application des dispositions de la loi n°11/011 du 13 juillet 2011 relative aux finances publiques, laquelle instaure une budgétisation fondée sur la logique des résultats au moyen de budget-programme.

La feuille de route relative à la migration vers le budget programme préconise un processus de migration progressif au regard du caractère complexe des innovations qui en découlent. Ceci étant, vingt Ministères pilotes éligibles à la mise en place du budget-programme ont été retenus pour leur accompagnement en vue de présenter leurs prévisions budgétaires de l’exercice 2025.

C’est dans ce cadre que le Ministre d’Etat, Ministre du Budget, Aimé BOJI SANGARA, a lancé les travaux de conférences de performance pour l’élaboration de Projet Annuel de Performance exercice 2025. Ces assises se tiennent à l’Ecole Nationale des Finances (ENF), sous les auspices de la Direction Générale Développement et Suivi des Performances du 11 au 24 juillet.

En effet, Les conférences de performance constituent une étape primordiale du processus annuel d’élaboration du Budget de l’Etat et constituent des tribunes d’analyses de la performance et de concertation entre les différents acteurs budgétaires pour l’évaluation des politiques publiques et l’orientation des choix budgétaires pour une meilleure projection des enveloppes de l’exercice n+1.

Ils sont donc le cadre propice de la mise en œuvre de la gestion axée sur les résultats. A ce titre, le Ministre d’Etat, Ministre du budget a tenu à saluer la détermination du chef de l’Etat en ces termes : « Je voudrais également profiter de cette occasion pour rendre un vibrant hommage à Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, Felix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO de sa ferme détermination de faire basculer progressivement la gestion de l’action de l’Etat vers une gestion axée sur les résultats. », a dit le Ministre d’Etat, Ministre du Budget dans son discours.

Les cadres d’échanges, de débats et de discussions consensuels qu’offrent les conférences de performances permettent de passer en revue, au niveau de chaque ministère retenu, les priorités, les activités, les actions, les objectifs, les indicateurs de performance et les cibles de résultats, d’une part, et de formuler des propositions d’amélioration des choix budgétaires, d’autre part, afin d’opérer les ajustements nécessaires.

« C’est ici le lieu pour moi de louer les efforts consentis par l’ensemble des acteurs impliqués dans le processus visant à asseoir le dispositif de la performance publique dans notre pays, pour le travail déjà accompli et pour leur détermination à travailler au profit du parachèvement de l’instauration de la démarche de performance au sein de nos administrations publiques. », a poursuivi Aimé BOJI.

Pour conclure, le patron du Budget a assuré de son soutien indéfectible à ces assises et appelle toutes les parties prenantes à ces travaux techniques à déployer les efforts nécessaires en vue d’atteindre les objectifs escomptés.

Pour rappel, les conférences de performance sont instituées par le Décret n° 22/37 du 29 octobre 2022 portant gouvernance budgétaire. Ils vont concerner pour cette année les Ministères ci-après :

(1) Santé publique, Hygiène et Prévoyance sociale ; (2) Développement Rural, (3) Education Nationale et Nouvelle Citoyenneté ; (4) Infrastructures et Travaux Publics ; (5) Défense Nationale et Anciens Combattants ; (6) Pêche et Elevage ; (7) Agriculture et Sécurité alimentaire ; (8) Enseignement Supérieur et Universitaire ; (9) Environnement et Développement Durable ; (10) Transport et Voies de Communication ; (11) Industrie, PME ; (12) Ressources Hydrauliques et Electricité ; (13) Urbanisme et Habitat ; (14) Recherche Scientifique et Innovation Technologique; (15) Droits Humains ; (16) Genre, Famille et Enfant ; (17) Commerce Extérieur ; (18) Affaires Foncières ; (19) Formation Professionnelle et Métiers ; et (20) Tourisme.

Il a conclu son allocution en insistant auprès des participants aux travaux en commission sur la nécessité de ressortir dans le PAP 2025, d’une part, les indicateurs de performances en lien avec la politique CLIMAT et la politique GENRE et, d’autre part, les impacts socio-économiques des politiques publiques de 20 ministères concernés par les Conférences de performance.

Prenant la Parole, le secrétaire général au Budget, a félicité le Ministre d’Etat, Ministre du Budget pour avoir imprimé au sein de Ministères et Institutions, la notion de Performance comme une culture politique et financière dont le fondement repose sur l’obligation de résultat à partir des indicateurs et des objectifs. Il a invité les participants à manifester leur intérêt et considération tout le long de ces assises dont les lampions vont éclairer le processus et ainsi, nous mettrons à la disposition de notre pays les instruments actifs et appropriés pour l’application des principes de la migration du Budget de Moyens vers le Budget-programme.

Le secrétaire exécutif du COREF de sa part, a démontré que l’organisation de ces conférences de performance s’inscrit dans le respect du calendrier budgétaire qui est un facteur de la stabilité du processus budgétaire dans la chaine de planification stratégique. Le COREF se réjouit de l’appui logistique de la Banque mondiale à travers le Projet ENCORE pour l’organisation de ces conférences de performances qui est un cadre formel des rencontres techniques entre la Direction Générale Développement et Suivi de Performance et l’ensemble de services compètent de tous les ministères et institutions conviés à cet exercice.

Pour clore ses propos, il a rappelé que les conférences de performances portent sur l’examen des projets annuels de performances qui est un document constitutif du cadre d’engagement de responsables politiques et managers des politiques publiques en vue de justifier les ressources leur allouées par l’Etat pour atteinte des objectifs préalablement fixés et suivis au moyen des indicateurs des performances.

La journée s’est poursuivi avec différentes exposées et débat avec les Experts du Ministère du Budget autour des thèmes :

– Le rôle des conférences de performances dans la gestion des politiques publiques dans le cadre de budget- programme

– Système de suivi de performance, importance et nécessité des conférences de performance

– Budgétisation en mode programme et les outils de la gestion de performances des politiques publiques et l’organisation des dialogues de gestion.

La journée d’ouverture s’est clôturée sous la grande satisfaction des participants qui sont déterminés à produire un travail de qualité.

Sergine Rehema


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte