Connect with us

Economie

KASUMBALESA/DGDA : le receveur Kiki Kisula s’engage à maximiser les recettes au “Couloir”

Published

on

Après 5 ans de service au “Couloir” des petits commerçants transfrontaliers de Kasumbalesa, le contrôleur TIMPLARD MONOMOSI, receveur dans cet endroit, cède la gestion à KIKI KISULA lequel quitte la brigade des recettes.

La cérémonie de remise reprise a eu lieu ce samedi 10 juillet 2021 au bâtiment KBP de la douane Kasumbalesa, en présence des membres de l’ordre opérationnel sous l’égide de Berly Beya, inspecteur de la DGDA.

Dans son message d’aurevoir, TIMPLARD MONOMOSI a remercié la hiérarchie de la DGDA pour la confiance en sa personne pendant les 5 ans passés au couloir, tout en souhaitant à son successeur un travail de qualité pour la maximisation de recettes de l’État.

Pour sa part, le nouveau receveur a rendu hommage à ses chefs pour la confiance en sa personne et promet d’emboîter le pas de TIMPLARD MONOMOSI pour la meilleure gestion du Couloir dans le but de donner au président de la République démocratique du Congo, FÉLIX ANTOINE TSHISEKEDI, les moyens de sa politique.

Notons que KIKI KISULA est le deuxième receveur depuis l’existence du couloir le 29/07/2016.

Joseph Malaba/ Congoprofond.net


There is no ads to display, Please add some

Actualité

Bunia: Des agents de la police de crimes économiques accusés de la tracasserie

Published

on

Le député national Deogratias Kaliomo Kakule dénonce les tracasseries sur les opérateurs économiques dont les agents de la police des crimes économiques seraient auteur dans la ville de Bunia, chef-lieu de la province de l’Ituri.

D’après cet élu de cette ville, ces agents de la police et du services des mines se livreraient à cette pratique en complicité avec certains syndicats économiques.

“Des informations à notre possession font état d’une complicité entre ces services et certains syndicats économiques qui collaborent pour rançonner la population” dénonce cet élu.

Inquiet, Kaliomo invite les autorités compétentes à s’y investir pour mettre un terme à ces tracasseries.

Nous pensons que la police de crimes économiques doit être installée à la frontière et non en ville”, précise-t-il.

À la police l’on estime qu’une accusation ne doit pas se faire sur la voix des ondes. Le porte-parole de la police invite plutôt cet élu à «passer à l’état major avec des éléments de preuves ».

Vérité Johnson/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising