Connect with us

À la Une

Dossier “Zaïrianisation” : Matata sur les traces de Vital Kamerhe

Published

on

Le sénateur Augustin Matata Ponyo, après avoir été longuement auditionné au Parquet Général près la Cour constitutionnelle, le lundi 12 juillet d’abord et le mardi 13 juillet ensuite, a finalement été mis sous mandat d’arrêt provisoire. Compte tenu de son statut d’ancien Premier ministre au moment des faits, ses avocats étaient en train de négocier sa mise en résidence surveillée, chez lui, en attendant des poursuites judiciaires qui vont vraisemblablement être lancées contre lui. Jusqu’au moment où nous mettions sous presse, il se trouvait encore dans les locaux du Parquet Général près la Cour Constitutionnelle. Une chose est certaine : le mandat d’ârrêt provisoire le place sous le régime de la détention préventive, privative de liberté.

A en croire des praticiens du droit, ce privilège de « résidence surveillée » surveillée est également reconnu au Président de la République, en fonction comme honoraire.

S’agissant du cas de Matata, rappelons qu’il se trouve entre les mains de la justice comme le commun des citoyens après que le Bureau du Sénat l’a dépouillé de ses immunités. Nombre d’observateurs voient en lui un futur pensionnaire de la Prison Centrale de Makala, à l’image de Vital Kamerhe, ancien Directeur de cabinet du Chef de l’Etat. L’infraction de détournement des fonds destinés à l’indemnisation des victimes de la « Zaïrianisation » pourrait, s’il n’y prend garde, donner lieu à un procès public de première catégorie, susceptible de mettre en l’haleine l’ensemble de la communauté nationale.

A l’allure où l’étau commence à se refermer sur Matata Ponyo, une lourde condamnation à sa charge n’est pas à écarter. Il risque, à l’instar de Vital Kamerhe, de continuer à crier son innocence dans un désert, sans en apporter les preuves. Cela parait d’autant prévisible que déjà au stade de son audition au niveau du Bureau du Sénat, il a prétendu n’avoir pas pu accéder aux éléments du dossier à même de lui permettre d’assurer sa défense.

Quant à ses avocats, comme ceux de l’ancien Directeur de cabinet du Chef de l’Etat, ils ne cessent de crier, eux aussi, à un procès politique, dans un dossier pénal où il ne suffit pas de faire du bruit dans les médias pour convaincre les juges de son innocence.

Le Phare


There is no ads to display, Please add some

À la Une

TP Mazembe: Le technicien Coppolani porte plainte contre Kitengie, Siadi Baggio et Adolphe Kabamba

Published

on

« Aujourd’hui, j’ai déposé plainte contre Frédéric Kitengie et Siadi Baggio pour diffamation, et contre Adolphe Kabamba pour propos racistes et haineux. Ma plainte à la FIFA, ce sera pour rupture abusive du contrat, diffamation et racisme », a déclaré le technicien français Alexandre Coppolani après l’annonce par le TP Mazembe, ce lundi 04 juillet, de la fin du contrat qui le liait à son préparateur physique.

Contacté par nos confrères de “Ma vie pour Mazembe”, le technicien français s’est montré confiant tout en fustigeant le comportement du manager du TP Mazembe, Frédéric Kitengie, qui selon lui, va tuer le club en continuant ainsi.

Il annonce avoir déposé trois plaintes au pénal en France et ajoute que aujourd’hui mardi, il saisira la FIFA.

Dejà quelques minutes après la publication du communiqué sur le site web des Corbeaux sur la rupture de son contrat, le technicien français a réagi sur sa page facebook en ces termes.

«Je remercie les fans du TP Mazembe pour les moments que nous avons partagé, je tiens a les assurer que j’ai tout donné pour ce club.»

«J’ai apporté le maximum que je pouvais. Je remercie le président Moïse Katumbi pour sa confiance et le conseiller Ramazani pour son soutien sans faille. Je souhaite toute la réussite à ce grand club mais aussi du changement dans le management.»

«Plusieurs postes ne peuvent pas être occupés par un seul homme ( manager, directeur sportif, journaliste, agent des joueurs, avocat à ses heures perdues, directeur de chaîne de TV, voyagiste) qui veut avoir le contrôle sur tout mais qui ignore peut-être qu’il y a des règles et des lois en dehors de la RDC.»

Affaires à suivre !

Bishop Mfundu/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising