Connect with us

À la Une

Kasaï : Ketes et Kuba de Kakenge fument le calumet de paix

Published

on

 

Les deux chefs coutumiers, à savoir, Kalamba du groupement Tshiofua de Ketes et Shakobe du groupement de Mpiang de Kuba ont signé un acte d’engagement et de paix. L’événement a eu lieu le vendredi 10 juillet dans la cité de Kakenge, territoire de Mweka dans la province de Kasaï.

La finalité de la signature de cet acte d’engagement, c’est de mettre fin aux conflits qui ont divisé leurs communautés depuis quelques temps. La cérémonie a été présidée par le ministre provincial en charge des Relations communautaires et interprovinciales, le professeur Tedanga Ipota Bimbela, sous la facilitation de l’Ong Action pour la Paix et la Concorde (Apc).

Le chef Shakobe des Kuba a déclaré à cet effet : « C »est un moment historique. Ceci restera inoubliable dans nos mémoires car tous, nous savons que nous avons traversé les moments très difficiles dans cette cité de Kakenge, mais aujourd’hui, nous venons d’enterrer notre hache de guerre. Ce pacte doit être respecté par chacun de nous, tout celui qui tournera à l’encontre de cette décision en vivra les retombées ».

Le chef Kalamba a exprimé sa joie, dans une circonstance qui marque l’histoire de la paix à Kakenge. « Je demande aux membres de ces deux communautés de respecter les chefs coutumiers, celui qui s’opposera à cette décision du pacte de paix sera livré entre les mains des ancêtres », a-t-il indiqué.

Le ministre provincial Tedanga Ipota Bimbela a salué la volonté de deux chefs coutumiers pour avoir fumé le calumet de la paix à Kakenge. Et il les a invité à une cohabitation pacifique.

Environs 500 personnes ont pris part à cette cérémonie. Deux chèvres ont été immolés pour que son sang puisse pousser les uns et les autres à respecter ce pacte de paix.

Muabilayi/Congoprofond.net


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Or: Remplacements des réserves et nouvelles opportunités pour sécuriser le programme de KIBALI étalé sur plus de 10 ans

Published

on

La plus grande mine d’or d’Afrique, Kibali, est sur la bonne voie pour le remplacement de ses réserves réduites par l’exploitation en 2022, tandis que de nouvelles opportunités de croissance soutiendront également son plan d’affaires étalé sur plus de 10 ans et son statut de l’un des actifs de niveau 11 de Barrick Gold Corporation.

Le président et président directeur général de Barrick, Mark Bristow, a déclaré à la presse aujourd’hui que le gisement prolifique KCD de Kibali continuait d’offrir de la valeur supplémentaire vu que le forage actuel est axé sur la conversion des ressources en réserves et sur l’exploration des filons qui sont encore ouverts en profondeur. En outre, les cibles de Mengu Hill, Ikanva et Gorumbwa présentent le potentiel nécessaire pour renforcer le portefeuille souterrain de Kibali.

« Kibali est une opération très rentable avec ses trois centrales hydroélectriques de classe mondiale qui couvrent la majeure partie de ses besoins énergétiques. Elles seront suppléées par une nouvelle centrale solaire de 17MW qui, une fois achevée en 2025, fera passer la part des énergies renouvelables dans les sources énergétiques de la mine de 81% à 93%, » a déclaré Bristow.

Les références écologiques de Kibali comprennent également la réduction continue des eaux douces provenant de la rivière Kibali et un programme de reboisement qui, à ce jour, a permis de planter plus de 10,000 arbres. La mine poursuit son programme d’appui à la conservation de la biodiversité au Parc National de la Garamba en RDC, avec la réintroduction des rhinocéros provenant d’Afrique du Sud. Les 16 premiers rhinocéros sont attendus à Garamba d’ici la fin du deuxième trimestre de cette année et seront suivis de 60 autres au cours des trois prochaines années.

Conformément à la politique globale de Barrick consistant à employer et à promouvoir les ressortissants du pays hôte, Arthur Kabila a été nommé premier directeur général congolais de Kibali. Depuis l’année dernière, huit autres postes clés de direction et techniques sont désormais occupés par des Congolais.

 

Tshieke Bukasa/Congoprofond


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising