Connect with us

À la Une

Jules Alingete Key : « Opposition ou majorité, l’IGF n’épargnera personne »( Interview Jeune Afrique)

Published

on

Trop politique ? Pas assez efficace ? Patron de l’Inspection générale des finances depuis un an, Jules Alingete Key, clé de voûte du dispositif anticorruption de Félix Tshisekedi, défend son bilan.

Lorsqu’il a été nommé par Félix Tshisekedi à la tête de l’Inspection générale des finances (IGF), début juillet 2020, Jules Alingete Key était encore un inconnu du grand public. Il n’aura cependant pas fallu longtemps à ce natif du Maï-Ndombe, cousin de feu le cardinal Monsengwo, l’ancien archevêque de Kinshasa décédé le 11 juillet dernier, pour se faire un nom.

Déjà connu dans les sphères politico-économiques kinoises – il a rejoint l’IGF dès la fin de ses études en sciences économiques à l’Université de Kinshasa, en 1989 – et familier des rouages de l’institution qu’il dirige depuis deux mois, l’expert-comptable de 57 ans a imprimé sa marque en publiant des rapports pointant détournements, malversations et autre soupçons de corruption pesant sur plusieurs personnalités en vue.

IL FALLAIT METTRE EN PLACE UNE THÉRAPIE DE CHOC POUR RENVERSER LA SITUATION

De l’ancien Premier ministre Matata Ponyo, mis en cause dans plusieurs dossiers de détournement de fonds, à des ministres des gouvernements de Sylvestre Ilunga Ilunkamba et de Sama Lukonde Kyenge, en passant par des gouverneurs de province ou encore des gestionnaires d’entreprises publiques, Jules Alingete Key semble ne vouloir épargner personne.

Un peu plus d’un an après avoir pris la tête de l’IGF, il défend son bilan, nie que l’institution soit un organe politique et met en garde la classe politique congolaise, assurant qu’« aucun dossier ne sera enterré ».

Jeune Afrique : Quel était l’état des finances publiques lorsque vous avez pris la direction de l’IGF, le 1er juillet 2020 ?

Jules Alingete Key : Le Congo n’était pas alors d’un niveau de corruption tel qu’en Afghanistan. L’IGF était cantonnée au rôle de simple spectateur des malversations financières, impuissante, parce que privée d’un appui politique important et des ressources humaines nécessaires pour relever ce défi. Les gestionnaires publics considéraient les biens et finances publiques comme leur propriété et jugeaient donc qu’ils pouvaient en disposer comme bon leur semblait. Très vite, nous avons estimé qu’il fallait mettre en place une thérapie de choc pour renverser la situation. Et cela a été compliqué.

Quelles sont les principales mesures que vous avez mises en place pour réaliser cette « thérapie de choc » ?

Premièrement, il était important de procéder à une réforme des compétences de l’IGF. Nous les avons clairement définies, ce que le chef de l’État a sanctionné par une ordonnance.

Deuxièmement, il fallait mobiliser les inspecteurs et, par conséquent, améliorer leurs conditions de travail, ce dans quoi nous nous sommes investis tant sur le plan des infrastructures que sur celui de la rémunération des inspecteurs. Cela a, je crois, contribué à renforcer leur motivation à lutter contre la corruption.

Nous avons aussi décidé d’augmenter leur nombre. Un défi énorme. L’année passée, nous en avons recruté 85, qui ont rapidement rejoint l’armée financière que nous voulions mettre sur pied. Il a également fallu les sensibiliser à leur mission, leur donner conscience de son importance.

Une fois ce travail accompli, après environ quatre mois, nous avons lancé de grandes missions de contrôle, qui ont donné leurs premiers résultats. À chaque étape, nous avons bénéficié du soutien incontestable du chef de l’État, avec lequel nous sommes en contact permanent. Nous avons les mains libres, et c’est ce qui nous permet d’affronter les défis sans craindre la puissance des prédateurs économiques.

Un an après l’avoir lancée, cette thérapie a-t-elle été payante ?

Les missions de l’IGF ont été salutaires pour la République. Nous avons amené l’opinion publique à intérioriser la lutte contre la corruption et les malversations comme étant une priorité.

Concrètement, nous avons également mené un certain nombre de missions avec efficacité, ce qui a valeur d’exemple. Nous avons commencé par le contrôle des fonds alloués à la lutte contre la pandémie de Covid-19, dont les résultats ont fait beaucoup de bruit.

Nous avons également mené un travail sur les exonérations fantaisistes, qui étaient un fléau pour le pays. Le combat a été dur, et cette stratégie a été beaucoup critiquée, mais nous avons fait le bon choix. L’augmentation des recettes a notamment été permise par la lutte contre ces exonérations.

Par ailleurs, nous avons combattu le recours à la procédure d’urgence, qui consiste, quand elle est appliquée aux finances publiques, à violer la procédure normale. Elle tendait à devenir la règle, au mépris de l’orthodoxie financière. Là aussi, nous avons obtenu de bons résultats.

Sur dix actes de gestion, neuf étaient émaillés de faits de malversation. Aujourd’hui, six actes environ sur dix sont entachés de la sorte.

La faible mobilisation des recettes de l’État est un problème endémique en RDC. Sur ce front, pensez-vous avoir avancé ?

Nous nous sommes battus pour encadrer les régies financières, nous avons déployé nos inspecteurs partout où il y avait des points de perception des recettes de l’État pour nous assurer que les impôts, taxes et droits sont correctement réglés. Et cela a payé. En 2020, l’État collectait environ 300 millions de dollars par mois, et nous avons vécu grâce à l’appui budgétaire du FMI. Mais depuis début 2021, nous enregistrons 500 millions de dollars de recettes par mois.

Contrairement à vos prédécesseurs, vous bénéficiez de la latitude de communiquer auprès du public, mais vous ne publiez pas vos rapports. Pourquoi ? Cela ne nuit-il pas à la vérification citoyenne ?

Nous avons adapté nos méthodes à un niveau d’antivaleurs sans précédent. C’est pour cela que lorsque nous menons des opérations de contrôle tout en préservant l’anonymat des personnes concernées par les faits de détournement présumé. Nous rendons compte des résultats dans telle ou telle entité seulement. Nous déclarons qu’il y a des malversations quand nous décidons de saisir la justice.

Et cela a commencé à mettre mal à l’aise les gestionnaires… C’est la première fois dans l’histoire de notre pays qu’un organe de contrôle arrive ainsi à inquiéter les membres du gouvernement. Que certains mandataires sont révoqués, ou même emprisonnés. On peut déjà constater que ceux qui sont aux affaires actuellement réfléchissent avant de se permettre des actes délictueux…

Certains accusent l’IGF de partialité dans le choix de ses cibles. Que leur répondez-vous ?

Mais la partialité, c’est quoi ? Quand nous sommes arrivés, en 2020, il fallait procéder au contrôle de la gestion conduite par des gens qui avaient été aux affaires entre 2018 et 2019, et même en 2020. Lorsqu’il est arrivé au pouvoir, Félix Tshisekedi a sonné la fin de la mauvaise gouvernance, mais force est de constater que, malheureusement, des gestionnaires qui avaient travaillé avec le président de la République honoraire [Joseph Kabila] et à qui le chef de l’État avait confié des responsabilités, n’avaient pas compris le message. De fait, tous les contrôles se sont soldés par un constat de malversation, et nous avons été obligés de mettre des gens hors d’état de nuire.

Un seul contrôle a porté sur des actes de gestion posés avant 2019 : celui du parc agro-industriel de Bukanga Lonzo [dossier dans lequel l’ancien Premier ministre Matata Ponyo est actuellement poursuivi, NDLR]. Mais cela n’a jamais été dans notre programme initial, ce sont les gens qui ont géré ce parc agro-industriel qui ont sollicité l’IGF en vue de lever les soupçons qui pesaient sur certaines personnes. Et l’institution a fait le travail.

D’aucuns vous ont aussi reproché d’avoir surmédiatisé l’affaires des cartes bancaires liées au Trésor et utilisées par des proches de Joseph Kabila. Avez-vous trop communiqué à ce sujet ?

Non, c’est faux. Nous n’avons pas médiatisé cette affaire pour viser d’anciens dignitaires, nous avons révélé à l’opinion publique qu’il existait dans notre pays un système de cartes bancaires dont l’argent provenait du compte général du Trésor. Cela a évidemment été un choc, car les gens ne s’y attendaient pas. Notre objectif, c’était de mettre fin à ces pratiques qui saignent à blanc les finances publiques et d’obtenir le remboursement des sommes prélevées.

Cette pratique existe-t-elle toujours ?

Non, tout a été désactivé. Néanmoins, nous avons décidé de l’autoriser exceptionnellement au ministre des Affaires étrangères pour des raisons de représentativité. Mais cela ne se fera pas comme cela se pratiquait auparavant.

Malgré les progrès que vous mettez en avant, les États-Unis considéraient, en juin dernier, que la RDC n’avait pas satisfait aux exigences minimales de transparence budgétaire. N’est-ce pas un échec ?

Non. Pour nous, le rapport que vous évoquez fait état de progrès significatifs. Après seulement huit mois de travail, c’est une source de satisfaction. Et nous continuerons de le mener afin que le pays avance.

Où en est l’audit de la gestion de la présidence de la République ?

Il a démarré il y a trois mois et est aujourd’hui en phase finale. Il porte sur les effectifs et sur tous les contrats signés par la présidence. Des observations ont été adressées aux différentes personnes concernées, et lorsque les réponses auront été apportées, nous délivrerons nos conclusions, en toute transparence.

L’IGF est-elle une structure politique ou technique ?

Ce ne sera jamais une structure politique. Elle restera toujours une structure technique. Opposition ou majorité, l’IGF n’épargnera personne. Tous ceux qui se rendent coupables de malversations seront traqués.

Aucun dossier ne sera enterré. Je vous préviens et je le dis à ceux qui sont en train de gérer les fonds publics, qu’ils soient des entreprises publiques, des établissements publics ou issus du gouvernement, nous n’allons pas baisser la garde.

La Cour des comptes a cependant été neutralisée, et l’IGF est désormais mise en avant. N’est-ce pas au contraire une preuve de la politisation de l’instance ?

Non, le chef de l’État n’a pas neutralisé la Cour des comptes. Le problème est que ses magistrats n’ont pas prêté serment. Pour cela, il faut qu’il y ait une audience solennelle, convoquée par le président de la Cour et le procureur général. Pourquoi ne la convoquent-ils pas ? Posez-leur la question.

Nous, à l’IGF, nous avons grandement besoin de la Cour des comptes parce que nous sommes actuellement les seuls à subir les attaques des prédateurs. Personnellement, j’en appelle vivement à ce que les magistrats prêtent serment le plus rapidement possible.

On vous reproche d’épargner les membres du pouvoir actuel dans vos enquêtes…

Le parti au pouvoir aujourd’hui, c’est l’Union sacrée. Vous savez que nous avons des incompréhensions avec deux membres du gouvernement, ce n’est pas un secret. Nous soupçonnons des malversations au sein des ministères de la Formation professionnelle et de l’Enseignement. Or les ministres concernés sont tous deux membres de l’Union sacrée. Pourquoi personne n’en parle ?

La direction de l’IGF est un poste très exposé. Recevez-vous des menaces ?

Oui, régulièrement. Mais je suis un homme très déterminé, parce que je crois au Congo, je crois au président de la République et je le suis dans sa vision de la bonne gouvernance.

Craignez-vous pour votre vie ?

Beaucoup de messages m’arrivent de Congolais de tous bords qui m’alertent sur des pièges et des complots ourdis contre moi. Je ne peux le nier. Je suis inspecteur des finances depuis trente-quatre ans. J’ai choisi un métier difficile. Quand un soldat va à la guerre, il est conscient qu’il peut prendre une balle. Mais je n’ai pas peur, car je sais que c’est un travail noble, un travail pour la République.

Stanis Bujakera Tshiamala