Connect with us

À la Une

Journée internationale de l’éducation 2021, Relancer et redynamiser l’éducation pour la génération COVID-19

Published

on

Cette troisième édition de la Journée internationale de l’éducation intervient au lendemain de la pandémie de COVID-19 qui a entraîné, à l’échelle mondiale, une perturbation de l’apprentissage d’une ampleur et d’une gravité sans précédent.

La fermeture des écoles, des universités et autres établissements d’enseignement, ainsi que l’interruption de nombreux programmes d’alphabétisation et d’apprentissage tout au long de la vie, ont bouleversé la vie de 1,6 milliard d’apprenants dans plus de 190 pays.

Partout, les gouvernements ont rapidement proposé des solutions de remplacement, mais au moins un tiers des apprenants de par le monde n’ont pu accéder à l’enseignement à distance, tandis que, selon les estimations, près de quatre mois de scolarité ont été perdus dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire de la tranche inférieure – contre six semaines dans les pays à revenu élevé. Et malheureusement, ces perturbations sont encore très présentes.

La pandémie a amplifié les inégalités sociales, économiques et numériques, exposant toute une génération au risque d’une catastrophe éducative contre laquelle le Secrétaire général de l’ONU met en garde dans sa Note de synthèse intitulée « L’éducation en temps de COVID-19 et après ». Mais elle a également fait ressortir à quel point l’éducation jouait un rôle central dans toutes les sociétés, en tant que bien public commun et fondement de la cohésion sociale, du bien-être et des possibilités d’action.

Alors que la pandémie de COVID-19 entre dans ses deuxième et troisième vagues, parfois plus graves que les précédentes, imposant de nouveaux confinements dans différents pays, de nombreuses écoles restent ouvertes, alors même que d’autres institutions et certaines entreprises sont fermées, ce qui témoigne de l’importance et du caractère irremplaçable de leur rôle dans la société, ainsi que des 24 multiples risques – scolaires, socioémotionnels et économiques – encourus lorsque l’on s’en remet uniquement aux solutions d’apprentissage à distance.

Parallèlement, la pandémie a été un signal d’alarme – pour rendre les systèmes éducatifs plus résilients face aux crises, mais également plus inclusifs, flexibles et durables.

Elle a mis en évidence la capacité des systèmes à innover, en repoussant les frontières des possibilités d’apprentissage, ainsi que l’esprit d’initiative dont ont fait preuve les enseignants pour assurer la continuité de l’apprentissage ; elle a fait ressortir l’immense valeur que revêt l’éducation pour les apprenants, les familles et les communautés – car la perte d’un bien, même temporaire, permet de mieux en appréhender toute la valeur.

L’action menée face aux perturbations causées par la pandémie a débloqué et inspiré de nouveaux partenariats, comme en témoigne la Coalition mondiale pour l’éducation de l’UNESCO, qui a fédéré 160 partenaires depuis son lancement en mars 2020. Cette dernière rassemble diverses organisations résolues à mener des actions de sensibilisation et de mobilisation en faveur de l’éducation, illustrées entre autres par la campagne « Sauvez notre avenir ». Elle a été le moteur de la coopération intergouvernementale dès les premiers jours de la crise et, plus récemment, lors d’une session extraordinaire de la Réunion mondiale sur l’éducation organisée par l’UNESCO, le Ghana, la Norvège et le Royaume-Uni en octobre 2020.

À cette occasion, les chefs d’État et de gouvernement et les ministres de plus de 70 pays ont approuvé une déclaration exprimant un engagement fort en faveur de la protection du financement de l’éducation, ainsi que de la mise en œuvre des actions suivantes d’ici à la fin de 2021, afin de préserver l’éducation :

1. Prendre toutes les mesures nécessaires pour rouvrir les écoles en toute sécurité et sans exclure personne ;

2. Soutenir tous les enseignants en tant qu’intervenants de première ligne et accorder la priorité à leur formation et à leur développement professionnel ;

3. Investir dans le développement des compétences pour une relance inclusive ;

4. Réduire la fracture numérique qui a empêché un tiers des apprenants du monde entier d’accéder à l’éducation pendant la fermeture des établissements d’enseignement ;

5. Maintenir, voire augmenter, les budgets de l’éducation ; veiller à ce que les plans de relance soutiennent les mesures visant à atténuer les pertes, en termes d’apprentissage, et à permettre aux plus vulnérables de retourner à l’école ; et accroître le volume, la prévisibilité et l’efficacité de l’aide à l’éducation.

En ce début d’année, le moment est venu d’intensifier la collaboration et la solidarité internationale en vue de placer l’éducation et l’apprentissage tout au long de la vie au centre des efforts de relance et de transformation vers des sociétés plus inclusives, plus sûres et plus durables.

Il est temps d’investir afin de mieux adapter les systèmes éducatifs du monde entier à la réalité de l’interdépendance que la pandémie a précipitée, et de faire de l’éducation un moyen de promouvoir la justice sociale, la paix, le respect de la diversité, les droits de l’homme et les valeurs démocratiques.

Cette Journée internationale de l’éducation a pour but de :

• mettre en lumière les engagements pris et les actions menées par la suite dans le cadre de la relance pour protéger l’éducation, accroître l’inclusion et lutter contre l’abandon des apprentissages ;

• célébrer les initiatives menées par les gouvernements, les éducateurs et les organisations (du niveau mondial au niveau local), ainsi que les partenariats;

• mettre en avant les meilleures pratiques en matière de législation et de politiques sur le financement équitable de l’éducation, ciblant de manière efficace et efficiente les plus défavorisés au moyen d’un outil (baptisé PEER) présenté sur le site Web du Rapport mondial de suivi sur l’éducation de l’UNESCO ;

• donner la parole à la génération COVID-19 pour qu’elle exprime ses préoccupations et ses aspirations face à un avenir marqué par une récession économique et le changement climatique.

Comme en 2020, cette Journée sera organisée en partenariat avec plusieurs acteurs, dont le Partenariat mondial pour l’éducation et le Centre d’études interdisciplinaires, et pourra compter sur la présence de partenaires de la Coalition mondiale pour l’éducation.

Dans l’esprit de la Journée internationale de l’éducation, le Centre d’études interdisciplinaires et l’UNESCO coordonnent le #LearningPlanet Festival – ou « Festival de l’Apprendre », destiné à célébrer l’apprentissage dans tous les contextes et à partager les innovations permettant de réaliser le potentiel de chaque apprenant, quelles que soient les circonstances dans lesquelles il se trouve.  La Journée internationale de l’éducation sera célébrée le lundi 25 janvier 2021.

 

 

CONGOPROFOND.NET