Connect with us

Sécurité

Ituri : rédition de 9 ADF avec 9 armes en 2 semaines dans la région de Boga

Published

on

9 rebelles ADF MTM se sont rendus aux FARDC à l’espace de deux semaines dans la région de Boga, en territoire d’Irumu, en province de l’Ituri.

Le cas le plus récent est celui de la rédition de 4 rebelles ADF et 4 armes à Mala, une localité du groupement Buleyi dans la chefferie des Bahema Boga, ce samedi 09 octobre 2021.

L’armée qui rapporte la nouvelle à congoprofond.net justifie ces réditions par les pressions militaires sur ces étrangers qui décident tout simplement de déposer et de se rendre à l’armée régulière dans cette partie du territoire d’Irumu.

« Suite aux opérations militaires brutales, rapides et sans break que nous menons en profondeur, 4 ADF avec 4 armes se sont rendus aux FARDC », laisse entendre Jules Ngongo, porte-parole de l’armée en Ituri.

A l’en croire, ceci porte à 9 le nombre des rebelles ADF qui se sont rendus aux FARDC avec 9 armes dans la région de Boga en territoire d’Irumu.

Entre-temps, les hommes armés identifiés comme ces mêmes rebelles ADF intensifient des attaques le long de la nationale numéro 4 sur le tronçon Komanda-Luna où 4 véhicules ont été incendiés dans une embuscade sur un convoi sécurisé survenu le soir du samedi 09 octobre 2021.

Verite Johnson/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Le nombre, le courage et le patriotisme contre l’hypocrisie et la traitrise : Nous irons à Kigali !

Published

on

C’est le coup de tonnerre auquel on ne s’attendait sans doute pas dans la plupart des capitales mondiales et, particulièrement, à Kigali où on continue de s’imaginer des Congolais dans le costume d’éternels distraits, manquant de courage et d’intelligence face à l’humiliation que ne cesse de leur infliger le pays des mille collines depuis bientôt plus de 20 ans.

Samedi 29 octobre sous la présidence du Chef de l’Etat, le Conseil supérieur de la défense réuni à la Cité de l’Union Africaine demandait au gouvernement d’expulser sous 48 heures l’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Rwanda à Kinshasa. Ce qui a été fait dès le lundi 31 octobre par le ministère des Affaires Etrangères qui a demandé dans la foulée à notre ambassadeur nommé à Kigali de suspendre sa démarche d’accréditation et rappelé illico presto notre Chargé d’Affaires a.i. dans la capitale rwandaise.

Contrairement à un certain nombre de nos compatriotes qui ne décryptent l’actualité qu’à travers le prisme déformant de leurs intérêts politiques, économiques et financiers, les observateurs avertis, le Rwanda en tête, ainsi que plusieurs autres capitales qui suivent la crise entre les deux pays, ont parfaitement compris que la RD Congo venait de franchir une étape de plus dans son exaspération mais aussi et surtout dans sa détermination à en finir une fois pour toutes avec l’humiliation.

Message

Un développement d’autant plus inédit que la RD Congo était visiblement dans la démonstration que sa bonne foi était régulièrement moquée à la fois par la communauté internationale tour à tour complice et impuissante, mais aussi et surtout par le Rwanda qui n’a du Congo que l’image d’un pays de désordre, divisé et corrompu, que ses élites seraient prêtes à vendre à l’autel de leurs intérêts et de leurs ambitions.

Un message clair et sans ambiguïté a donc été lancé à l’attention de la communauté internationale et au Rwanda. On en retient pour l’essentiel que la RDC intègre désormais dans sa démarche la dimension des sacrifices qu’exige cette humiliation qui lui colle tant à la peau, et que pour ce faire, la prochaine étape ne devait logiquement être que cette proclamation de la mobilisation générale avec la montée en puissance des Fardc, mais surtout le déferlement de la population, avec tous les moyens à sa disposition, vers nos frontières orientales.

Mobilisation

Cette étape a été franchie avec le message à la nation du chef de l’Etat jeudi 3 novembre 2022 au cours duquel il a annoncé avec ses mots la mobilisation générale après le constat de l’épuisement de la bonne volonté de la RDC et de l’impuissance de la communauté internationale.

Le président de la république a ainsi sublimé les recommandations du Conseil supérieur de la défense le samedi 29 octobre 2022. Parmi ces recommandations, outre l’expulsion de l’ambassadeur du Rwanda à Kinshasa, l’envoi de toute urgence d’une mission humanitaire dans l’est pour porter assistance aux populations déplacées; l’adoption d’une panoplie de mesures supplémentaires de restriction d’accès au territoire congolais à l’encontre du Rwanda ; l’accroissement de la force de frappe de nos forces armées et de sécurité ; la réaffirmation de la volonté de la République démocratique du Congo de rester engagée dans le processus de paix de Nairobi et la feuille de route de Luanda en vue de restaurer durablement la paix, la sécurité et la stabilité dans la région des grands lacs.

Du coup, ce qu’il reste désormais à Paul Kagame, c’est de faire le constat lucide de l’exaspération et de la détermination des Congolais qui ne pensent plus qu’à laver la honte et l’humiliation qu’ils subissent depuis des décennies ; mais aussi à tout mettre en œuvre pour gagner la désescalade. Faute de quoi, il ne restera plus au leader rwandais qu’une seule solution pour se sortir du traquenard dans lequel l’ont précipité son mépris et son arrogance : tuer tous les Congolais et effacer la RD Congo de la surface de la terre.
Les manifestations qui se déroulent sur l’ensemble du territoire national, de l’est à l’ouest et du nord au sud, l’engouement des jeunes Congolais, surtout dans l’est du pays, à s’enrôler dans les forces de défense et de sécurité pour avoir l’occasion d’affronter le Rwanda même à mains nues, constituent à cet égard des indicateurs indiscutables.

Front médiatique

Pour le reste, on constatera que le Rwanda ne nous attaque pas que sur le front militaire à travers ses marionnettes du M23, ses mercenaires et ses RDF qu’il promet de surpayer avec l’exploitation illicite des ressources du sol et du sous-sol de notre pays. Kigali a surtout entrepris de diviser les Congolais, les jetant les uns contre les autres et déstabilisant les institutions grâce à une campagne médiatique bien organisée et des réseaux sociaux abondamment mis à contribution grâce notamment à des relais congolais.

La RdC est en effet le seul pays au monde où, au nom d’une certaine liberté de la presse, des journalistes nationaux trouvent un malin plaisir à relayer les thèses et les positions de l’ennemi, à tourner en dérision les forces de sécurité et de défense de leur pays, à célébrer les victoires vraies ou supposées de l’ennemi. Tout cela, pendant que le gouvernement de la république se tire une balle dans le pied en gardant le silence, dans toutes les langues, sur le déploiement de cette arme redoutable et sur la trahison dont se rendent coupables les Congolais qui en sont les relais.

Comble de malheur ou ironie du sort, nos compatriotes s’écharpent et polémiquent pendant ce temps, comme à leur habitude, sur le sexe des anges à travers des définitions souvent tirées par les cheveux des droits et libertés du citoyen. Or, au-delà des questions d’éthique et de déontologie, la notion de la liberté de la presse en temps de guerre n’est absolument pas une invention congolaise lorsqu’il s’agit de faire face à des défis qui menacent l’existence même de la nation. Et même si la guerre n’était pas encore officiellement déclarée, nous devrions nous interroger sur la responsabilité sociale de ces compatriotes ayant choisi le métier de journaliste et qui l’exercent dans des conditions souvent discutables, au propre comme au figuré. Nous devrions nous demander comment, pourquoi, au nom de quel principe moral, de quelle raison d’Etat ou de quelle philosophie politique ils se permettraient de choisir, sans tomber sous le coup de la haute trahison, de tourner en dérision leur propre pays, de se moquer de son armée, de déstabiliser les institutions de la république pour l’unique confort des intérêts ou des ambitions de leurs sponsors.

La liberté de la presse ne serait donc pas seulement la loi suprême, elle confinerait malheureusement, en même temps, au désordre, flirterait allégrement avec l’anarchie, l’indiscipline, loin, très loin de la noblesse qui devrait être le fondement du code d’honneur de cette profession et de ses chevaliers.

Ils n’avaient donc pas toujours tort, ceux de nos compatriotes qui avaient estimé, au sortir des états généraux récemment organisés par le ministère de la Communication et Médias, que ces derniers ont eu le tort de n’avoir pas mis l’accent sur la dimension et la fonction de la régulation au cœur du dispositif de la stratégie du gouvernement dans un contexte dominé par les réseaux sociaux et pollué par des communicateurs de tous poils n’obéissant à aucune règle professionnelle.

Ce questionnement en appelle un autre, qui lui est intimement lié : pourquoi et comment le mandat du Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication se trouve en perpétuel glissement depuis 2012 ?
Le CSAC étant une institution de la République, la guerre que certains communicateurs déloyaux font aux institutions le touche aussi. D’où la nécessité et l’urgence de s’adapter à l’air du temps, de produire des textes législatifs et réglementaires adaptés à ces nouveaux médias qu’on appelle réseaux sociaux ainsi qu’à leurs excès.

La preuve par l’EAC

Les souffrances de nos populations en moins, la crise que nous inflige le Rwanda, la duplicité de l’Ouganda, le double langage du Burundi, la valse-hésitation de Tanzanie et les atermoiements du Kenya ont ceci de positif qu’ils apprennent enfin aux dirigeants congolais que la bonne foi seule ne suffit pas dans les relations internationales, où il faut apprendre à faire preuve de roublardise, d’artifices et de faux-fuyants pour survivre dans la compétition entre nations. Il faut espérer que les dirigeants congolais, le président de la république en tête, ont fini par se rendre compte à quel point la vocation naturelle et la proximité géographique sont généralement porteuses d’intérêt, et qu’il ne suffit pas de multiplier les amitiés comme les alliances, surtout contre nature, pour arriver à fonder un véritable projet d’avenir là où les énergies se contrarient et où les ondes se neutralisent dans le chaos des intérêts et des ambitions.

Dans le cas d’espèce, alors que la CEEAC n’a presque jamais été conflictuelle à notre égard, on se rappelle que la SADC de son côté n’avait pas hésité, en son temps, à voler au secours de notre pays face à l’agression des mêmes Rwanda et Ouganda. Aujourd’hui, c’est donc avec beaucoup de peine que les Congolais découvrent qu’il ne suffit pas de mutualiser les forces de défense et de sécurité avec l’Ouganda, d’offrir des accords et des contrats les plus juteux au Rwanda pour que l’un comme l’autre renoncent à leurs véritables visées qui sont la fragilisation de la RDC – une puissance en devenir qui les écraserait – et l’installation à la tête de ce pays d’un digne représentant de l’empire hima. C’est avec beaucoup de peine que chacun d’entre nous découvre que les flatteries, les tapes dans le dos, les sourires contraints et forcés, les contrats et les accords les plus juteux ne transforment pas un roublard et ne le conduisent pas à renoncer à sa véritable nature qui est celle de la prédation, du mensonge, de la dissimulation et de la traitrise.
Bref, la crise actuelle, avec plus de bas que de hauts dans le respect des engagements des uns et des autres, devrait convaincre les Congolais que leur intérêt réside dans leur capacité à construire par eux-mêmes leur pays, petit à petit, sans précipitation, sur la base de la maîtrise des ressources humaines, morales et spirituelles dont Dieu a doté ce pays.

Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo n’a évidemment pas mal fait de vouloir s’ouvrir à nos voisins, à l’Afrique et au monde pour faire de la RDC un élément clé de la scène internationale. Force est cependant de se rendre à l’évidence. Le chef de l’Etat ne connaissait pas si bien ses interlocuteurs et ses partenaires dont la capacité de nuisance lui font payer aujourd’hui cash son excès de confiance. Nous lui souhaitons de sortir victorieux de cette dure épreuve. Il devra cependant en tirer les leçons, avec courage, lucidité et responsabilité pour l’avenir.

Jean KENGE MUKENGESHAYI/L’HORIZON


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising