Connect with us

À la Une

Ituri : Le discours « captivant » et « motivant » de la députée Julie Adabay à l’intention des femmes

Published

on

C’est sous le thème « Promouvoir l’égalité de sexe et l’autonomisation des femmes et filles, impliquons-nous pour une paix durable » que la province de l’Ituri à l’est de la RDC a commémorée la journée des droits de la femme, ce mardi 8 mars 2022.

Des activités de réflexion ont été organisées à cette occasion à travers le chef-lieu de la province, notamment par la division Genre, famille et enfant en collaboration avec le gouvernement provincial.

Prenant part à cette session où les femmes vêtues en noir et foulard blanc, signe de deuil et de l’espoir, la député provinciale Julie Adabay a interpellé et motivé les femmes.

Cette élue du territoire d’Irumu appelle ses congénères à s’impliquer d’abord dans la sensibilisation des groupes armés locaux car « il n’y a que la femme pour faire la propreté de la maison ». Mais néanmoins, reconnaît-elle, cela doit passer notamment par l’organisation et le courage.

« À partir d’aujourd’hui, 08 mars, nous devrions nous liguer comme un seul homme pour balayer le sang dans notre maison, qui est l’Ituri », a-t-elle dit.

Puis d’ajouter : « Outre les ADF et Banyabwisha, nous avons des gens à sensibiliser. Il nous manque seulement l’organisation et le courage ».

Adabay motive les femmes à déployer tous les moyens pour le retour de la paix longtemps recherchée dans la province, car, selon elle, plus on est calme, plus les choses s’empirent.

« C’est douloureux, triste et honteux.  Ayons le courage d’aller sensibiliser les nôtres. Prenons courage, allons vers eux, s’ils (les miliciens locaux) vont tuer, tant mieux qu’ils tuent toutes les femmes de l’Ituri. Et l’histoire retiendra que les femmes de l’Ituri ont été tuées par des miliciens locaux pendant la recherche de la paix », a-t-elle déclaré sous des applaudissements des femmes réunies pour commémorer la journée dédiée à leurs droits.

Notons que la province de l’Ituri est toujours sous menace de différents groupes armés dont des locaux.

Des menaces caractérisées par des kidnapings, viols, vols, incendies des maisons et tueries des civils.

Verite Johnson/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Goma: Sur recommandation du Premier ministre, le couvre-feu est levé !

Published

on

Le couvre-feu a été levé ce lundi 26 septembre sur toute l’étendue de la ville de Goma. En revanche, il reste en vigueur dans le reste de la province du Nord-Kivu « en attendant l’amélioration des conditions sécuritaires ». Cette mesure avait été décrétée dans cette province dans le but de protéger la population pendant la période des fêtes de fin d’année en 2021, caractérisée par un pic inhabituel d’insécurité.

La levée de cette mesure dans le chef-lieu du Nord-Kivu intervient peu après la mission de suivi-évaluation de l’état de siège « en vue de réorienter les actions pouvant contribuer à rétablir la paix et la sécurité durables dans cette partie de notre territoire national », effectuée par le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde en Ituri et au Nord-Kivu

A cet effet, il avait été demandé au gouverneur militaire d’évaluer son efficacité, après les nombreuses plaintes des populations exaspérées par les tracasseries.

« Nous devons nous assurer avec les autorités militaires que nous puissions mettre fin à toutes ces questions, surtout des questions des tracasseries qui ont été mentionnées. Nous estimons que nous, en tant qu’autorités, devons suivre ce que la population nous dit et travailler dans le sens de lui garantir son bien-être. C’est une population qui n’a que trop souffert et donc nous sommes très sensibles aux messages qui nous sont donnés. Nous avons eu aussi cette demande qui nous a été faite, particulièrement pour la ville de Goma, en ce qui concerne les restrictions en termes de déplacements. Nous avons discuté avec le Gouverneur militaire et donné une indication pour qu’il puisse très vite, réunir le conseil de sécurité et voir les modalités, tout en garantissant la sécurité ici dans la ville de Goma », avait ajouté le Premier ministre Sama Lukonde.

Signalons qu’une première journée ville morte a été observée ce lundi 26 septembre à Goma à l’appel des forces vives et de la société civile en protestation de l’occupation depuis plus de 3 mois de la cité de Bunagana par le M23 et de l’état de siège, jugé inefficace.

Franck Kaky/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising