Connect with us

non classé

Incendie au marché “Gambela” de Yeoville : Les Congolais soupçonnent une piste criminelle xénophobe

Published

on

C’est dans la nuit du 20 au 21 juin vers 2h du matin que les résidants de Yeoville (quartier de Johannesburg, en Afrique du Sud, où habitent les étrangers ) ont été réveillés par des explosions et des détonations produites provenant d’un incendie.

A en croire des sources locales, les vendeurs et vendeuses de ce marché étaient menacés par des membres de l’OPERATION DUDULA (chasse aux étrangers ) depuis le début de ce mois de juin. Et la semaine passée, ils n’ont pas pu vendre pendant deux jours.

La reprise des activités commerciales serait à la base de cet incendie. Des membres de ce mouvement xénophobe et afrophobe viennent ainsi de donner un avertissement sévère à tous les étrangers qui vendent dans ce marché.

Leur revendication est claire: le travail aux Sud-Africains et pour les Sud-Africains. Les étrangers n’ont pas droit de cité sur le sol sud-africain. Ce mouvement xénophobe et afrophobe est soutenu malheureusement par certaines autorités sans scrupules et certains agents de la police sud-africaine.

Ce qu’il faut retenir dans ce malheur qui vient de frapper les vendeurs et vendeuses du marché de Yeoville, communément appelé “GAMBELA”, est que les personnes majoritaires qui vendent dans ce marché sont des sujets congolais. Donc, c’est la communauté congolaise qui est la plus touchée.

Au moment où je suis entrain de coucher cet article , il y a des pleurs à Yeoville car les mamans congolaises, vendeuses au marché GAMBELA ne savent pas à quel saint se vouer ayant tout perdu !

Qui va dédommager ces pauvres femmes ? Ces mamans congolaises sont des femmes battantes, qui prennent en charge leurs familles.

Elles sont en règle avec la municipalité de Johannesburg et paient leurs taxes, mais les Sud-Africains ne veulent pas les voir vendre dans ce marché.

Est-ce que nos mamans vendeuses ont souscrit à l’ASSURANCE INCENDIE ?

En voyant la façon dont elles sont entrain de pleurer, on comprend qu’il y a quelques doutes

C’est à la société civile congolaise en Afrique du Sud de venir en aide à ces mamans vendeuses pour intenter une action en justice contre ce mouvement criminel nommé “OPÉRATION DUDULA”.

Ça fait quelques années que les Sud-Africains maltraitent les autres ressortissants africains sans que l’Union africaine et la SADC(Communauté de développement d’Afrique Australe) puissent les condamner et surtout les sanctionner. Et pourtant l’Assemblée panafricaine est à Midrand dans la province de Gauteng en Afrique du Sud.

Que fait l’ambassade de la RDC en Afrique du Sud ?

Le gouvernement sud-africain a oublié tout ce que les autres pays africains ont fait pour les noirs de ce pays pendant la période de l’apartheid de triste mémoire. La nouvelle génération des Sud-Africains ne connait pas cet épisode parce que le système éducatif sud-africain n’en parle pas.

Tant que l’Afrique du Sud ne sera pas sanctionnée comme à l’époque de l’apartheid par le boycottage, il faut un mouvement panafricain antixénophobe et afrophobe pour réclamer des sanctions économiques et l’isolement total de ce régime xénophobe et afrophobe de ce pays. Il faut noter que ce n’est pas tout le marché qui a été incendié mais juste une partie de l’entrée principale dudit marché.

Activiste, Penseur, Président honoraire de la communauté congolaise en Afrique du Sud et Notable de Madimba, Mingiedi Mbala N’zeteke Charlie Jephthé


There is no ads to display, Please add some

À la Une

SYNAMED : Les médecins en grève dès ce mercredi 6 juillet !

Published

on

Le Syndicat National des Médecins (SYNAMED), à travers sa note d’information du 02 juillet 2022 adressé au Premier ministre, Sama LUKONDE,  annonce, à l’intention du gouvernement, qu’à partir de ce mercredi 6 jusqu’au samedi 9 juillet 2022, il va observer un arrêt de travail.

En effet, souligne son Bureau exécutif national représenté par son secrétaire général national, le Professeur Dr John Senga Lwamba, et son secrétaire général adjoint chargé de l’Administration, Etudes et Documentation, Dr Fabien NZOKO FWANKENDA, il s’agit là d’une forme de grève qui porte sur un service minimum qui partira de ces dates à partir de 7h30.

A en croire cette note du SYNAMED, ce service minimum dépendra de la volonté du gouvernement. A son issue, le samedi 9 juillet 2022, une évaluation générale pourra donc être faite.

Notons que les médecins précisent également que le service minimum va consister, entre autres, à la prise en charge des malades hospitalisés et des urgences, l’évaluation des cas préprogrammés ainsi que la libération des malades qui ne posent plus de problèmes.

Aussi, la note renseigne que les médecins qui œuvrent dans les provinces sous état de siège, les médecins des FARDC et de la Police Nationale ainsi que ceux des banques de sang sont donc exemptés par cette mesure prise par le Bureau Exécutif National du Synamed.

Toutefois, ils rappellent que le droit à la grève est du reste garanti par la constitution de la République, raison pour laquelle ils appellent ses affiliés à faire preuve de responsabilité.

Pour rappel, il y a lieu de révéler que cette position du Bureau Exécutif du Synamed intervient à la suite du non-respect par le gouvernement de l’Accord du 3 août 2021 conclu, d’une part, entre SYNAMED asbl et Symeco et la partie gouvernementale,  conformément à l’atelier de Bibwa du 16 au 25 juin 2022. Selon eux, aucune plénière de la commission n’a pu avoir lieu, aucune explication n’a été avancée par rapport aux engagements faits. Ceci donne lieu à une remise en question par rapport aux indemnités de transport et de logement et enfin l’absence de l’adoption du Règlement Intérieur de la Commission Interministérielle qui, du reste, constitue l’un des objectifs majeurs de cet atelier qui avait eu lieu.

Melba Muzola/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising