Connect with us

À la Une

Haut-Katanga : Mvunzi Meya met fin à un vieux conflit coutumier fratricide de 32 ans à Kaponda !

Published

on

Le ministre délégué près le ministre de l’Intérieur, Sécurité et Affaires coutumières, Eyrolles Michel Mvunzi Meya, séjourne depuis mardi 19 mai à Lubumbashi, chef-lieu de la province du Haut-Katanga.

Mvunzi Meya est allé faire le suivi de la situation de crise qui prévaut dans cette partie du pays. Une crise de succession qui a mis aux prises deux princes prétendants à la succession à la chefferie Kaponda, en territoire de Kipushi.

Cette crise de succession a perduré depuis 1992, après le décès du grand chef Kaponda précédent.

32 ans de déchirement entre frères et candidats au trône, qui s’est étendue sur l’ensemble de la communauté et a pris les allures de guerre de positionnement pour le contrôle de la terre des minerais. Une mine à richesse où des vautours de la politique s’immiscent pour tirer les ficelles en vue des bénéfices.

Cette affaire, comme elle apparaît d’emblée, a nécessité l’intervention et l’arbitrage de l’État central, pour mettre d’accord les princes ayant droit à la succession au trône pour favoriser rapidement la paix, et éviter ainsi le pire qu’on redoute…

Après des longues séances de négociation avec différentes parties, ce mardi 19 mai dans la salle des banquets du gouvernorat du Haut-Katanga, le ministre des Affaires coutumières est parvenu à concilier les deux frères adversaires Lubenge Bwalya et Kashoba Bupe Mulwana.

A l’issue des longs pourparlers, les deux désormais anciens protagonistes sont tombés d’accord sur les principes qui régissent leur coutume et se sont engagés à observer les règles en la matière dans le respect de leurs traditions et pour le privilège du bien et du développement de leur groupement.

Lubenge Bwalya et Kashoba Bupe Mulwana ont ainsi enterré la hache de guerre. Leur « guéguerre » entre dans les annales de la RDC comme l’un des conflits résolus dans la concorde et dans la conscience des principes coutumiers établis.

Aux termes de cet arrangement sous les auspices du ministre des Affaires coutumières, Eyrolles Michel Mvunzi Meya, Lubenge Bwalya est reconnu chef du groupement Kaponda et Kashoba Bupe Mulwana, reconnu prince dans la lignée de succession, va aider son frère dans son règne et va l’assister dans les tâches administratives.

Se souriant pour la première fois depuis 1992, les deux princes royaux ont appelé à la cohésion au sein de leur communauté, et ont promis de se mettre au travail pour le développement de Kaponda.

Le ministre provincial de l’Intérieur, Fulbert Kunda Milundu, le directeur de cabinet adjoint du gouverneur Jacques Kyabula, Prof Christian Kunda, ont salué la médiation et la sagesse du ministre Mvunzi Meya, qui a réussi à renouer les frères protagonistes qui se sont entredéchirés pendant plus de trente ans, alors que plusieurs membres des gouvernements central et provincial rallumaient le feu de la discorde.

De la bouche du ministre provincial de l’Intérieur, la présence de Mvunzi Meya à Lubumbashi est un soleil qui a illuminé la terre pour le territoire de Kipushi.

Le rendez-vous est pris pour jeudi 21 mai, où le chef ainsi reconnu par les principes coutumiers et traditionnels sera investi. La cérémonie d’investiture aura lieu en présence du gouverneur de province Jacques Kiabula Katwe et le ministre des affaires coutumières Mvunzi Meya, qui est en séjour dans la province.

Émile YIMBU/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

À la Une

Goma: Sur recommandation du Premier ministre, le couvre-feu est levé !

Published

on

Le couvre-feu a été levé ce lundi 26 septembre sur toute l’étendue de la ville de Goma. En revanche, il reste en vigueur dans le reste de la province du Nord-Kivu « en attendant l’amélioration des conditions sécuritaires ». Cette mesure avait été décrétée dans cette province dans le but de protéger la population pendant la période des fêtes de fin d’année en 2021, caractérisée par un pic inhabituel d’insécurité.

La levée de cette mesure dans le chef-lieu du Nord-Kivu intervient peu après la mission de suivi-évaluation de l’état de siège « en vue de réorienter les actions pouvant contribuer à rétablir la paix et la sécurité durables dans cette partie de notre territoire national », effectuée par le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde en Ituri et au Nord-Kivu

A cet effet, il avait été demandé au gouverneur militaire d’évaluer son efficacité, après les nombreuses plaintes des populations exaspérées par les tracasseries.

« Nous devons nous assurer avec les autorités militaires que nous puissions mettre fin à toutes ces questions, surtout des questions des tracasseries qui ont été mentionnées. Nous estimons que nous, en tant qu’autorités, devons suivre ce que la population nous dit et travailler dans le sens de lui garantir son bien-être. C’est une population qui n’a que trop souffert et donc nous sommes très sensibles aux messages qui nous sont donnés. Nous avons eu aussi cette demande qui nous a été faite, particulièrement pour la ville de Goma, en ce qui concerne les restrictions en termes de déplacements. Nous avons discuté avec le Gouverneur militaire et donné une indication pour qu’il puisse très vite, réunir le conseil de sécurité et voir les modalités, tout en garantissant la sécurité ici dans la ville de Goma », avait ajouté le Premier ministre Sama Lukonde.

Signalons qu’une première journée ville morte a été observée ce lundi 26 septembre à Goma à l’appel des forces vives et de la société civile en protestation de l’occupation depuis plus de 3 mois de la cité de Bunagana par le M23 et de l’état de siège, jugé inefficace.

Franck Kaky/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising