Connect with us

À la Une

“Guéguerre” Assemblée nationale-Conseil d’État : le FCC exhorte les animateurs des institutions à respecter le principe sacrosaint de séparation des pouvoirs

Published

on

Dans une déclaration politique faite ce samedi 13 juin 2020, la famille politique de Joseph Kabila Kabange, le Front Commun pour le Congo ( FCC) s’est dit préoccupé par le recours abusif, devenu récurrent, à la puissance publique à savoir la police, justice, forces de sécurité pour régler des conflits inter ou intra-institutionnels là où pourtant des règles du jeu claires, fixées par la Constitution et les lois de la République.

Cette sortie du bataillon de Joseph Kabila fait suite à ce qu’il qualifie de violation intentionnelle du principe, à valeur constitutionnelle, de l’inviolabilité du siège du parlement par des forces de police et des militants ou sympathisants des formations politiques dans le dessein, bien compris, de faire obstruction aux délibérations d’une institution aussi représentative du peuple congolais et de toutes nos provinces qu’est le Parlement.

À cet effet, au nom de sa famille politique, Néhémie Mwilanya Wilondja exige que soient mis immédiatement ces pratiques rétrogrades qui constituent un recul par rapport aux avancées démocratique engrangées par la RDC au cours des deux décennies. Et que leurs auteurs soient sanctionnés conformément à la loi.

Aussi, a-t-il rappelé que la tentative irrésistible d’empêcher l’institution parlementaire à fonctionner a été à la base de grandes crises institutionnelles en 1960.

Le FCC exhorte les animateurs des institutions à respecter chacun, les prérogatives des autres institutions sur pied du sacrosaint principe de séparation des pouvoirs.

Le FCC apporte tout son soutien à tous les élus, particulièrement à ceux de la majorité parlementaire et aux Présidents de leurs chambres, dans l’accomplissement du mandat leur dévolu par le peuple souverain et ce, quel qu’en soit la matière.

Rappelons-le, prévue vendredi 12 juin 2020, l’élection du premier vice-president de l’Assemblée nationale a été reportée suite à un conflit entre la chambre basse du parlement et le conseil d’État qui avait demandé à cette chambre législative de surseoir son calendrier en attendant l’arrêt de la Cour Constitutionnelle.

MUAMBA MULEMBUE CLÉMENT/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Campagne 2023: Analyse du comportement controversé de la RTNC et le silence du CSAC en période électorale

Published

on

En période électorale en République démocratique du Congo (RDC), la diffusion impartiale de l’information est cruciale pour garantir l’équité entre les candidats. Cependant, des préoccupations ont été soulevées quant au comportement de la Radiotélévision nationale congolaise (RTNC) et au silence de la Commission de surveillance de l’audiovisuel et de la communication (CSAC). Cet article examine objectivement ces préoccupations et met en lumière les implications sur l’impartialité des institutions et le favoritisme présumé en faveur d’un candidat, en l’occurrence Félix Tshisekedi.

Le rôle de la RTNC en période électorale

La RTNC est la principale chaîne de télévision suivie dans toute la RDC, et en période électorale, son rôle est crucial pour assurer une couverture équitable des candidats. Cependant, des allégations ont été formulées selon lesquelles la RTNC aurait accordé un traitement de faveur au candidat Félix Tshisekedi, en lui permettant d’apparaître en direct, tandis que ses concurrents n’auraient pas bénéficié de la même opportunité. Ces allégations soulèvent des inquiétudes légitimes quant à l’impartialité de la chaîne et son respect des principes démocratiques.

Le silence du CSAC

La Commission de surveillance de l’audiovisuel et de la communication (CSAC) est l’organe chargé de veiller au respect des normes éthiques dans le secteur de l’audiovisuel en RDC. Cependant, le silence abasourdissant de la CSAC face aux allégations concernant le comportement de la RTNC en période électorale est préoccupant. La CSAC a la responsabilité de garantir l’équité et l’impartialité dans la couverture médiatique des élections, et son silence remet en question son rôle et son indépendance.

Implications sur l’impartialité des institutions

Les faits rapportés concernant le comportement controversé de la RTNC et le silence de la CSAC soulèvent des préoccupations plus larges quant à l’impartialité des institutions en RDC. Dans une démocratie fonctionnelle, il est essentiel que les médias publics agissent de manière impartiale et fournissent une couverture équitable à tous les candidats. De même, les organes de régulation doivent faire preuve d’indépendance et d’intégrité pour garantir des élections libres et équitables.

Le comportement controversé de la RTNC en période électorale et le silence de la CSAC face à ces allégations jettent une lumière inquiétante sur l’impartialité des institutions congolaises. La diffusion équitable de l’information et la garantie d’élections libres et équitables sont des éléments essentiels pour renforcer la démocratie en RDC. Il est impératif que des mesures soient prises pour enquêter sur ces allégations, garantir l’impartialité des médias publics et renforcer l’indépendance des organes de régulation. Seule une véritable transparence et un engagement en faveur de l’intégrité permettront de rétablir la confiance du public dans ces institutions clés.

TEDDY MFITU
Polymathe, chercheur et écrivain


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

K-WA Advertising