Connect with us

À la Une

Grâce présidentielle : la peine d’Eddy Kapend commuée en prison à vie !

Published

on

La mesure de grâce accordée aux condamnés du procès sur l’assassinat de feu le président Laurent-Désiré Kabila par le Chef de l’Etat Antoine-Félix Tshisekedi à l’occasion du 60ème anniversaire de l’indépendance de la République démocratique du Congo a été exécutée ce mercredi 16 juillet 2020.

Les plus heureux, selon une source proche de la prison centrale de Makala, sont ceux qui étaient condamnés à 20 ans de servitude pénale principale. Ils ont donc été libérés ce mercredi vers 18h00’. Ils ont pour noms : capitaine Maurice Kolokota, lieutenant Kot Diur, lieutenant Jean-Claude Kimuanga, Lieutenant Meschak Luhungu, adjudant Jean-Jacques Kapia.

Quant aux condamnés emblématiques, dont le colonel Eddy Kapend, ancien chef de camp du président assassiné, Constantin Nono Lutula, ancien conseiller spécial en matière de sécurité, Leta Mangasa, ancien administrateur général de l’Agence nationale de renseignements (ANR), leur peine de mort vient d’être commuée à la servitude pénale à perpétuité ou prison à vie.

Ceux qui étaient condamnés à la prison à vie comme le capitaine Emmanuel Ndongo Kayilu, commandant du peloton qui avait exécuté dix Libanais à Kibomango sur ordre du général Yav Nawej, ont vu leur peine commuée à 20 ans de servitude pénale principale, peine qu’ils vont probablement purger en janvier 2021.

Il sied de noter que certains de ces détenus étant décédés, 28 croupissaient encore en prison. 5 ayant été libérés suite à la grâce présidentielle, il en reste encore 23.

Pour rappel, le jour où elle avait rendu son arrêt, la Cour d’ordre militaire, par la bouche de son président le général Camille Nawele Mukongo, avait déclaré que le procès sur l’assassinat du président Laurent-Désiré Kabila n’est pas encore terminé.

Quant aux organisations non gouvernementales de défense des droits de l’homme, elles continuent à clamer que les assassins du président Laurent-Désirent Kabila courent les rues, et que ce sont les innocents qui sont en prison. A ce sujet, le colonel Eddy Kapend continue à se dire non coupable.

Concernant Nono Lutula, il a été condamné à mort seulement pour avoir donné 50 dollars aux suspects Bora Uzima, Mirindi et un autre qui lui avaient demandé à manger lorsqu’ils étaient au cachot.

Le Potentiel