Connect with us

À la Une

Gouvernement : « Il ne sera pas nécessaire d’avoir un informateur, » ( Vidye Tshimanga)

Published

on

Après la nomination des membres du cabinet du Chef de l’État, l’attention des Congolais se porte maintenant sur la formation du gouvernement .
Alors que plusieurs s’attendaient à la nomination de Kamerhe comme informateur du gouvernement, celui-ci a été nommé Directeur de cabinet de Félix Tshisekedi, à la surprise presque générale.

Qu’en sera-t-il de l’informateur?

La nomination d’un informateur a pour but de permettre au nouveau président de dégager une majorité parlementaire.

Il s’avère que pour le porte-parole de Félix Tshisekedi, Vidye Tshimanga, il n’en sera pas question.
« Nous ne pensons pas finalement qu’il y aura un informateur. On peut encore laisser le temps pour voir comment la majorité va s’organiser au niveau du parlement. Et sur base de ça, nous saurons si oui ou non s’il faut un informateur. Il semble selon toute évidence qu’il ne sera pas nécessaire d’avoir un informateur », a-t-il indiqué.

Selon lui:
« la Constitution a essayé de faire en sorte qu’il n’y ait pas des dispositions conflictogènes et qu’il puisse y avoir véritablement une concertation, à chaque fois, entre le président de la République et le gouvernement, qui est issu de l’Assemblée, d’une part ».

Il s’avère que l’accord de Nairobi signé entre Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe doit être modifié.

Étant donné que le CACH n’a pas obtenu la majorité nécessaire au parlement.
Il a obtenu près de 50 députés d’où l’obligation de composer avec les autres regroupements.

Or la loi donne la possibilité pour le président de la République, c’est-à-dire Félix Tshisekedi, de pouvoir nommer un informateur. C’est-à-dire, quelqu’un qui va essayer de voir, au sein du Parlement congolais, comment dégager une majorité parlementaire.

Cet informateur peut travailler pendant trente jours pour essayer de dégager la majorité parlementaire.
Or cette dernière est déjà acquise au FCC dont les partis et regroupements ont obtenus près 350 députés.
Cet aspect peut effectivement amener à ce que le président Tshisekedi n’ait pas une certaine marge de manœuvre.
Il doit dès lors composer avec l’ancienne MP devenue FCC pour gérer le pays.Une équation difficile mais pas impossible.

TMB/ CONGOPROFOND. NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

À la Une

Le Salon des Médias et du Business ouvert ce jeudi à Kinshasa 

Published

on

C’est sur le thème: « Les médias, un atout pour la croissance des entreprises en RDC » que le Salon des Médias et du Business s’est ouvert ce jeudi 26 au 27 janvier 2023 à l’hôtel Fleuve Congo.

Événement incontournable de la scène des médias, le Salon des Médias et du Business est l’unique salon en RDC qui rassemble toute la presse et les opérateurs économiques pour discuter des possibilités d’une relation gagnant-gagnant.

Ce salon est organisé par l’Association des médias en ligne (MILRDC) en collaboration avec la Fédération des Entreprises du Congo (FEC), avec l’appui technique d’Internews sur financement de l’Union Européenne dans le cadre du projet Medias Indépendants et Innovants (Medias 2I).

Prennent part à cette rencontre, environ une centaine de journalistes, communicateurs et chefs d’entreprises.

L’objectif visé par les organisateurs est double : « d’abord évaluer les avancées de l’écosystème médiatique et son impact éventuel sur la croissance des entreprises du pays et ensuite initier un espace d’échange sur diverses thématiques en vue d’améliorer la relation entre le secteur privé et les médias », a déclaré Noémie Kilembe, directrice adjointe d’Internews.

Durant les deux jours du Salon, les participants prendront part aux echanges à travers quatre panels. Les deux premiers prévus ce jeudi ont tablé sur « la réglementation de la publicité en RDC et son impact sur les revenus des médias »; et aussi « les médias face aux régies publicitaires et GAFAS ».

Pour ce vendredi, le premier panel traitera de la diversification des services et des offres des médias, alors que le deuxième planchera sur la gouvernance et la gestion des médias en tant qu’entreprise.

Ce Salon, convient-il de rappeler, rentre dans le cadre du projet M2I débuté en janvier 2020 et qui s’achève à la fin du mois de janvier 2023.

Déborah Kabuya/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising