Connect with us

Société

Forum francophone : le mouvement des femmes renforcé en capacités

Published

on

Le fonds pour les femmes francophones (XOESE) organise du 23 au 26 novembre le forum international francophones, sous le thème : « renforcement du Mouvement des Femmes Francophones : Comment pouvons-nous y contribuer ».
Un grand évènement qui réunit les leaders clés du mouvement des femmes francophones du monde entier. Il est un espace pour se rencontrer, nouer des liens, échanger, se redynamiser et élaborer des stratégies sur des moyens novateurs de travailler ensemble au-delà de nos différences en vue de renforcer le mouvement des femmes.

Durant 4 jours d’affilée, le Forum a permis de mettre en exergue des expériences novatrices et des réalisations exceptionnelles des militantes et de leurs organisations dans différents pays et régions de l’espace francophone.
Tenez par exemple pour soutenir les initiatives innovantes des femmes, des partenaires financiers ont expliqué comment procéder pour avoir le fonds pour mettre en œuvre différents projets.

La présidente de XOESE, Massan d’Almeida, a, quant à elle, donné les motivations qui ont poussé sa structure à organiser cette rencontre internationale .

Les défis de « l’intergénérationnalité » , à savoir comment les aînées préparent la jeune génération pour le passage du flambeau, comment accueillir les jeunes qui arrivent au sein des structures, ont toutes étaient passées au peigne fin. Les aînés ont pris la résolution d’évoluer ensemble pour donné le bon exemple aux générations nouvelles.

Pour ce, un slogan qui traduit la nécessité de travailler en synergie afin de porter loin la voix de la femme, été créé je cite : « Ensemble, nous sommes plus fort ».

Plusieurs témoignages des groupes de plaidoyers « je m’engage », dont celui de la RDC, conduit par Annie Bambe, coordonnatrice de la coalition Beijing +25RDC. Elle a relevé les défis auxquels le groupe JME RDC est confronté, mais avec l’aide de certains partenaires et le courage de certaines jeunes, son groupe ne baisse pas le bras lorsqu’il s’agit de mener des actions en rapport avec les 6 coalitions.

Annie Bambe est parmi ces aînées qui préparent bien la relève dans ce combat des droits humains. Elle a encouragé ces jeunes dévoués à la cause de l’égalité des genres a persévérer.

Le message clé de ces différents témoignages et partage d’expériences est de mener les actions collectives afin de ne plus afficher ce visage d’enfants des parents pauvres. Ces brillantes combattantes ont convenues de réfléchir ensemble pour trouver des solutions aux problèmes du mouvement francophone à travers la création des groupes de plaidoyer.

Le forum francophone va fermer ses portes ce 26 novembre.

Elda Along /congoprofond.net


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Kinshasa : Un policier tue son amante et ses 3 enfants avant de se donner la mort !

Published

on

Auguy Kayembe, policier de son état, s’est donné la mort dans la nuit du 30 janvier 2023 après avoir tué son amante et ses trois enfants au quartier Bibwa dans la commune de N’Sele (Kinshasa).

Selon le témoignage d’un enfant (rescapé) de la défunte, tout est parti d’une dispute entre les deux amants dans leur chambre à coucher. S’en est suivi de coups de balles tirés par Auguy Kayembe sur Bibiche Musalu, elle aussi policière.

La scène macabre, digne d’un film de Hollywood, pouvait se terminer par un bilan encore plus lourd n’eût été la vigilance des voisins du quartier.

Ce jour-là, raconte Prosper (20 ans), Auguy Kayembe est rentré un peu tard à la maison et tenait, à tout prix, à échanger avec son amante sur un sujet très important, avant de rentrer à son poste de travail où il devait assurer la garde jusqu’au matin. Après quelques minutes d’échanges, le ton monte et la dispute s’invite.

« Un coup de balle a retenti dans la chambre où se trouvaient maman et son amant. Curieuse, ma sœur s’est rapprochée de la pièce pour en savoir un peu plus. Lorsqu’elle ouvre la porte, elle est accueillie par une balle à la tête et se retrouve par terre. Étonné, mon frère s’est empressé pour secourir la sœur encore agonisante. Malheureusement, il subira le même sort que les deux autres corps inertes. C’est alors que je me suis senti en insécurité et j’ai résolu de me cacher sous le fauteuil. J’ai vu l’assassin sortir de la chambre, rassembler quelques papiers et habits pour tenter d’incinérer les corps sans vie de ma mère, ma sœur et mon frère. Comme si cela ne suffisait pas, il s’est rendu dans la chambre où se trouvait ma sœur cadette qu’il tua à coups de baïonnette. Je me suis retrouvé chez les voisins après avoir escaladé le mur mitoyen pour chercher secours », a déclaré Prosper.

C’est après les cris de détresse de Prosper qu’un groupe de policiers et militaires s’est retrouvé sur le lieu pour maitriser le meurtrier et en savoir un peu plus.

Alors que les militaires cherchaient à maitriser le policier incivique, ce dernier replia dans la résidence de son amante où il a été hébergé pendant plus de cinq ans. Il se donna la mort après avoir tenté d’incendier la pièce de la maison où il s’était caché. C’est alors que les agents de l’ordre ont récupéré tous les corps sans vie y compris le policier et les ont conduits à la morgue.

Fortement touché par l’assassinat ignoble des siens, Prosper est inconsolable. Il souhaite le rétablissement de l’état de santé de sa sœur cadette grièvement blessée par le meurtrier et prise en charge par le Centre hospitalier initiative plus, œuvre de l’épouse de l’ex président Joseph Kabila, situé dans la commune de N’sele.

Aux dernières nouvelles, Auguy Kayembe vivait en union libre avec Bibiche Musalu depuis plus de cinq ans, abandonnant ainsi sa femme « légitime » et ses « enfants » au Camp colonel Kokolo, dans la commune de Ngaliema.

Selon certains membres de famille de la défunte, le meurtrier Auguy Kayembe a été pris en charge par Bibiche Musalu pendant tout le temps qu’ils ont vécu ensemble.

KAOM


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising