Connect with us

Analyses et points de vue

Famine, impunité, politisation de la CENI, etc. : la RDC assise sur un volcan ! ( Tribune de Paul Kitutu, activiste du mouvement  » Réveil Citoyen Congolais « )

Published

on

Le peuple congolais, victime et otage de ses acteurs politiques au pouvoir, est à bout de ses forces ! Aucune lueur d’espoir ne profile à l’horizon. Dans tous les secteurs ( politique, économie, éducation, etc.), le quotidien va mal, la situation est explosive.

Les mêmes causes produisant les mêmes effets, ceux qui ont chassé Joseph Kabila du pouvoir, sont aujourd’hui entrain de faire la même chose que lui, voire pire que lui.

 » Le Peuple d’abord ! » se révèle à ce jour un slogan honteux parce qu’en contradiction avec la réalité. Les affairistes au pouvoir scandent plutôt en sourdine  » Nos poches d’abord  » !

Tous les combats menés par le Peuple contre le régime Kabila sont aujourd’hui vains. Nous nous étions mobilisés contre son système caractérisé par la corruption, la politisation de la CENI, l’impunité, l’instrumentalisation de la justice, la spoliation de nos terres, les guerres à l’Est du pays, les tueries des civils, les violations des droits humains, etc., mais les mêmes scénarios se répètent aujourd’hui.

A l’ombre de 2023, tout est sombre et les mêmes tarres sont omniprésentes et déguisées: politisation de la CENI, état de siège sur fond de viols et pillages des biens de la population, instrumentalisation de la justice, spoliation des terres, pauvreté , chômage, affairisme, etc.

Voici nos conclusions :

LA POLITISATION DE LA CENI : avec un Président de la Centrale électorale pro pouvoir, le ticket gagnant pour 2023 est connu d’avance. Face à ce forcing, nous disons NON à une Ceni politisée !  » Laissez le peuple juger et interagir face à votre bilan et votre discours de campagne ! Nous voulons un débat politique démocratique pour des élections crédibles, transparentes et inclusives ! »

D’où notre appel aux actions pacifiques lesquelles se poursuivront à la lumière de celle du samedi 13 novembre dernier pour stopper cette hémorragie et ce recul démocratique. Aussi, nous en appelons à notre jeunesse de barrer la route à cette forfaiture lors des manifestations annoncées le 27 novembre prochain, malgré le sit-in étouffé par les forces policières et militaires ce lundi 22 novembre 2021.

L’ETAT DE SIEGE : une mesure qui ne convainc pas l’unanimité. Après 12 prolongations par le Président de la République, aucun résultat concret, tandis que l’inefficacité est criante, le coût trop élevé pour le gouvernement, avec comme conséquence négative sur le panier de la ménagère. D’ores et déjà, la population de ces coins réclame haut et fort la levée de cette mesure, la démilitarisation de l’administration publique, la suppression des taxes et impôts imposés sous la menace de la baïonnette dans des zones sinistrées. Elle demande aussi la cessation des graves violations des droits humains, mettant des familles entières en péril.  » Le sang du peuple congolais coule tous les jours sous les yeux des dirigeants impuissants. Il est temps de mettre fin à ces aventures, qui profitent aux ventes illicites de nos minerais.

SPOLIATION DES NOS TERRES : Nous militons contre l’ingérence du pouvoir rwandais qui instrumentalise les conflits armés et aussi dans les affaires politiques et economiques pour destabiliser la RDC.

Par ailleurs, j’en appelle à des actions citoyennes pour denoncer les accords commerciaux léonins signés avec le Rwanda et surtout pour dénoncer l’occupation militaire rwandaise.


There is no ads to display, Please add some

Analyses et points de vue

Tribune: Alors que son pays agresse la RDC, Kagamé crée une diversion liée aux élections afin de diviser les Congolais (Par Siméon Isako, Chroniqueur et Analyste politique)

Published

on

Kagame ou l’art de la diversion

L’unité, la cohésion et détermination de tous les Congolais semblent être l’arme fatale et idéale pour mettre en déroute toute tentative de déstabilisation et balkanisation de la RDC. Preuve : depuis l’appel à la mobilisation tous azimuts, de la jeunesse congolaise, lancé par le Chef de l’État Félix Tshisekedi, les choses semblent prendre une autre tournure à Kigali. Et visiblement, Kagame s’agite. Du coup, il ne cesse de multiplier des stratagèmes pour diviser les Congolais.

Diaboliser Tshisekedi

En effet, s’exprimant, mercredi 30 novembre, devant son parlement, Paul Kagame, a usé de toute la fourberie que l’on lui reconnaît pour dénigrer, en mondovision, Félix Tshisekedi.
Il a argué, notamment et toute honte bue, que le Président congolais n’a pas remporté les élections passées ! Kagame et leçons de démocratie ? Mais quelle connexion de plus improbable.
Et d’ajouter :  » Le Rwanda ne portera pas le péché des autres sur ses épaules ». Lunaire. C’est tout ce qu’on devrait en dire.

Oh cher Maître chanteur; fini le temps de la victimisation, l’heure de la marchandisation du génocide est SURANNÉE.

La planète entière, aujourd’hui, a compris ce jeu ô combien mesquin, ce cynique commerce des morts que vous brassiez et serviez à qui voulait vous écouter.

Comme un disque rayé, cette rengaine éculée ne passe plus, pire lasse tous les « souteneurs » de votre cause personnelle.

Ne pouvant plus porter tout seul sa croix gammée, trop lourde pour ses petites épaules fragiles, l’autocrate en Chef de Kigali tente vainement de
susciter une inimitié entre le Président Tshisekedi et ses proches collaborateurs d’abord, puis avec à son peuple.
Peine perdue, s’il est un temps où les filles et fils de RDC savent faire bloc, c’est quand une adversité leur est imposée.

Cette enième tentative de déstabilisation des institutions de la République est donc un échec cuisant.

Échec cuisant aussi, cette ridicule accusation larvée comme quoi, le Fils du Sphinx ne saurait gérer correctement les situations sécuritaire et démocratique de son pays. La réalité sur terrain est bien évidemment loin de ces imprécations.

Mais en quoi nos élections l’intéresse-t-il ?

Faisant feu de tout bois, le voilà fourrant son nez dans ce qu’il y a de plus « souverain  » pour un peuple : les élections…comme si son régime était un exemple de la démocratie (sic)!

En « connaisseur autoproclamé «  d’une partie crasse de la classe politique congolaise, l’homme espère ainsi surfer sur le débat d’un echec imaginaire de Tshisekedi en 2018 et d’un report, tout aussi imaginaire, des élections de 2023, pour détourner l’attention du personnel politique sur la tentative de démembrement et du drame humanitaire qui se jouent dans l’Est du pays.

Ayant compris que le partage du pouvoir interresse l’opposition politique que la recherche des solutions à l’insécurité à l’Est, le ravitailleur de M23 joue à fond cette carte machiavélique.

Diviser pour mieux piller

Ce jeu nauséeux n’est rien d’autre que la partie visible de l’iceberg. Mais cela n’a plus aucun impact sur nous autres.

En réalité le Congolais a ouvert les yeux sur ce qui se passe et sait dorénavant qu’il ne peut compter que sur lui-même pour résoudre ses problèmes comme l’a dit Félix Tshisekedi.

La jeunesse l’a prouvé en répondant massivement à l’appel du Chef de l’État. Pas de divisions, nous réglons nos problèmes à l’interne et formons un bloc pour mettre en déroute tous nos ennemis, ainsi peut se traduire l’engagement des milliers de jeunes sous le drapeau depuis le dernier appel du Commandant suprême.

Kagame ne veut pas être traité de voleur, d’accord. Mais qu’il accepte alors d’être qualifié de PILLARD.

La sagesse et la cohésion pour sauver le pays

C’est le dernier recours. Et ça, le Congolais lambda l’a intériorisé dorénavant. Plus question de se pencher sur ce qui nous divise.

Siméon Isako, Chroniqueur et Analyste politique


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising