mbet

Connect with us

À la Une

Etat de la nation 2021 : les points saillants du discours de Félix Tshisekedi

Published

on

Le Chef de l’État Félix Tshisekedi, dans son troisième discours sur l’état de la Nation prononcée ce lundi 13 décembre devant les deux chambres du Parlement réunies en congrès, a parlé sur les grands problèmes qui concernent la marche de la République Democratique du Congo et sa vision pour son développement.

Voici les grandes lignes de son discours:

« Ce n’est que dans l’unité et la concorde que nous arriverons à vaincre cet ennemi qui a pris l’habitude de semer la désolation dans nos villes et villages », a dit le Président Félix Tshisekedi dans son 3e discours sur l’état de la nation.

Le Chef de l’État Félix Tshisekedi a réaffirmé son engagement de poursuivre les réformes courageuses dans le secteur de la justice y compris dans les structures et la qualité de leurs animateurs dans le soucis de mettre l’homme qu’il faut à la place qu’il faut.

Pour ce faire, il a encouragé le Conseil supérieur de la magistrature à faire fonctionner les chambres disciplinaires afin que la sanction soit la seule récompense des mauvais magistrats.

« Aujourd’hui encore sur le banc des accusés notre justice devait pourtant rassurer tout le monde, nantis ou non, puissant comme faible en ayant pour égard que la protection des droits. Bref, une justice qui non seulement dit le droit mais rassure que le droit alors le bon a été dit. Je réaffirme mon engagement à poursuivre les réformes courageuses dans le secteur de la justice y compris celle relative aux structures et à la qualité de leurs animateurs suivant le principe l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. J’encourage le Conseil supérieur de la magistrature à faire fonctionner les chambres disciplinaires afin que la sanction soit la seule récompense des mauvais magistrats qui, par leur comportement, ternisse l’image de toute une institution voulue un corps d’élite », a déclaré Félix Tshisekedi.

Il a aussi appelé le gouvernement, en collaboration avec le conseil supérieur de la magistrature, à finaliser le processus de recrutement des magistrats afin de faire face à la problématique des insuffisances des magistrats.

« Dans le souci de résorber les problèmes récurrents des effectifs insuffisants des magistrats, le gouvernement est appelé avec le concours du Conseil supérieur de la magistrature à finaliser le processus de recrutement dont le dernier remonte malheureusement à plus d’une décennie », a-t-il recommandé.

Le Président Félix Tshisekedi a aussi promu de « limiter strictement » la présence de l’armée ougandaise (UDPF) dans l’Est de la RDC où elle s’est déployée, depuis fin novembre, pour des opérations conjointes contre l’ADF.

“Ainsi, pour les combattre plus efficacement, nos deux pays ont convenu tout récemment de mutualiser leurs efforts en vue de mener des opérations conjointes contre cet ennemi commun”, a déclaré Félix Tshisekedi.

“Notre Parlement dument informé, je veillerai à limiter au temps strictement nécessaire à ces opérations, la présence de l’armée ougandaise sur notre sol”, a-t-il conclu sur ce point.

Le Président Félix Tshisekedi a remercié les députés et sénateurs pour avoir répondu possiblement à son “appel de ralliement dans une union sacrée de la nation” ayant consacré le basculement de la majorité parlementaire pro (Joseph) Kabila à sa cause en 2020.

Félix Tshisekedi fait état de 14/26 provinces qui ont vu leurs gouverneurs destitués par les assemblées provinciales.

Le Président de la République encourage le Parlement a amendé “certains textes légaux” se rapportant à la gestion des institutions provinciales.

Le Président note avec satisfaction les actions du FARDC pour la reprise des plusieurs bastions occupées autrefois par l’ennemi.

Il fustige la campagne de dénigrement et appelle ceux là à rejoindre le camp de la patrie.

Il a salué la montée en puissance de notre armée et sa bravoure…

Pour ce qui concerne les Élections, le Président Félix Tshisekedi appelle le peuple à soutenir la commission électorale et son équipe dirigeante actuelle.

Il a appelé les composantes restantes à déposer la liste de leur membres dans le nouveau bureau de la commission électorale nationale indépendante (CENI) à l’Assemblée nationale.

Au gouvernement, le chef de l’Etat appelle à la mobilisation des moyens au profit de la centrale électorale en vue de tenir le délai constitutionnel.

« Le processus électoral avec ses enjeux oblige que nous nous engagions dès à présent pour des élections que nous voulons crédibles, en écartant les différents obstacles tant juridiques que matériels qui en constituent les pesanteurs. Mon engagement de faire de la République Démocratique du Congo un État véritablement démocratique ne peut se concrétiser sans l’organisation des élections libres, démocratiques, transparentes et dans le délai constitutionnel. Je lance donc un appel solennel à tout notre peuple pour accompagner démocratiquement la commission électorale nationale indépendante et pour s’impliquer activement dans le processus électoral. Je rappelle que celui-ci a déjà commencé avec la désignation de ces nouveaux animateurs après consultation des confessions religieuses et validation par l’Assemblée nationale. Afin de parachever la composition du bureau de la CENI, j’invite instamment des acteurs politiques qui traînent encore les pieds à désigner rapidement leurs représentants respectifs au sein de ce bureau. J’invite en même temps le gouvernement à mobiliser et à disponibiliser les moyens financiers conséquents pour permettre à la CENI de respecter le délai d’organisation de ces élections afin qu’elles se tiennent effectivement en 2023 », a déclaré Félix Tshisekedi, dans son troisième discours sur l’état de la Nation devant les deux chambres réunies en congrès.

Il a également exhorté les deux chambres du parlement à finaliser avec le vote des lois en vue de l’organisation de ces élections.

« Pour ce faire, il est également important que le parlement procède diligemment au vote des lois encore en souffrance pour un aboutissement heureux du prochain cycle électoral », a-t-il ajouté.

Bishop Mfundu/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Ituri : Peine de mort et radiation de l’armée pour des militaires impliqués dans la vente d’armes aux miliciens !

Published

on

La cour militaire de l’Ituri a rendu son verdict, ce vendredi 27 mai, dans le procès ventes d’armes et munitions aux groupes armés dans la province de l’Ituri.

Parmi les 15 prévenus poursuivis pour association des malfaiteurs, participation aux mouvements insurrectionnels et crime de guerre par meurtre, 13 ont été condamnés et 2 autres acquittés pour insuffisance de preuves.

Sur la liste des condamnés, on y retrouve 8 militaires FARDC dont 3 officiers. Ils sont condamnés à des peines de mort et sont radiés définitivement de l’armée. Parmi eux, le lieutenant-Colonel Kalegamire Marcel.

Afoyo Deogratias et Makusi Lotsove, deux autres civils poursuivis pour les mêmes faits, ont également été condamnés à des mêmes peines.

Bénéficiant de circonstances atténuantes, les prévenues Biwaga et Michiline Yenga ont toutes deux écopé de 10 ans de service pénale principale et sont sommées au payement de 250 000 FC de frais d’instance.

Ces condamnés, désormais locataires officiels de la prison centrale de Bunia, disposent de 5 jours pour interjeter appel.

Cependant, sur la liste des acquittés, l’on retrouve un officier militaire et un civil. Il s’agit du major Ngoy Kabulo et le taximan Muloko Bongi Dieudonné dont la moto sera aussi restituée.

Un arrêt de la cour salué par certains habitants de la ville de Bunia. Nombreux estiment que la poursuite des audiences contre les personnes impliquées dans l’insécurité en Ituri et leur condamnation serviront d’exemples pour les autres qui pourront éventuellement s’engager dans cette pratique.

A signaler que ce procès très médiatisé a été ouvert depuis le 25 avril 20220.

Verite Johnson/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising

K-WA Advertising