K-WA Advertising

Connect with us

À la Une

EPST : suspension de la grève des enseignants des écoles publiques, dès ce lundi 01 novembre 

Published

on

A travers une déclaration faite par Godefroid Matondo Nzuzi, porte-parole de l’Intersyndical des enseignants, depuis Kisantu, dans le Kongo central, la grève est suspendue sur toute l’étendue de la République, à partir du lundi 01 novembre prochain.

Un compromis serait trouvé, entre Gouvernement et banc syndical, sur les points suivants :

– l’obtention de la note circulaire définissant clairement le champ d’application de la gratuité de l’enseignement et ce, séance tenante, impliquant aussi le banc syndical ;

– la définition de la prise en charge, par l’Etat, des enseignants oeuvrant dans les écoles primaires publiques non payées ;

– le paiement de toutes les N.U identifiées à partir du mois de novembre, avec rappel du mois d’octobre 2021;

– la réactivation des écoles et bureaux gestionnaires victimes de la désactivation depuis le mois de juillet 2021;

– l’identification de la traçabilité du compte reliquat de la paie des enseignants comme source extrabudgétaire à verser au compte de l’EPST.

Néanmoins, la question de la suppression des zones salariales n’a pas été évoquée.

Pour sa part, le VPM et ministre de la Fonction Publique, Jean-Pierre Lihau, a exprimé sa satisfaction, en promettant d’examiner les revendications des enseignants, l’une après l’autre.

” Merci d’avoir répondu favorablement à la demande du Gouvernement, en privilégiant l’intérêt supérieur de nos enfants, qui vont donc retrouver les bancs de l’école”, a-t-il souligné.

Rappelons que les négociations entre les deux parties avaient repris le jeudi 28 octobre dernier, à Kisantu, après l’échec de la commission paritaire, organisée en fin septembre 2021, à Kinshasa.

Quant à la déclaration de l’intersyndical suspendant la grève, les effets seront constatés la semaine prochaine, car on ne sait pas dire avec exactitude, si elle fait l’unanimité des enseignants.

Jules KISEMA/Congoprofond.net.

À la Une

EPST : La Synergie des Syndicats des enseignants met en garde le SECOPE !

Published

on

La Synergie des Syndicats des enseignants de la République Démocratique du Congo, réunie en Assemblée Générale le samedi 14 mai 2022 à Kinshasa, pour évaluer les promesses du Gouvernement aux enseignants, a lancé une mise en garde à l’endroit du Service de la Paie et du Contrôle des enseignants (SECOPE).

Au cours de la déclaration finale de cette réunion, lue devant la presse, le Secrétaire Général du Synecat, Jean-Bosco Puna, s’est exprimé en ces termes : ” La Synergie met en garde le SECOPE et l’invite à assurer ses prérogatives, conformément à ses missions initiales “.

Par contre, rien n’a été précisé comme grief à l’endroit de ce Service, lors de cette déclaration.

Dans la recherche des informations, la rédaction du CONGOPROFOND.NET est entrée en contact avec des écoles et a constaté que la grande majorité des enseignants mécanisés par le SECOPE, au mois de janvier, n’a pas été payée en avril, comme annoncé par le ministre de l’EPST.

Pour les enseignants affiliés à ces Syndicats, le Gouvernement n’a pas réalisé les promesses faites à Mbuela Lodge à Kisantu, au début du mois de novembre 2021, lors des négociations entre banc syndical des enseignants et le banc gouvernemental.

C’est pourquoi, ajoute Jean-Bosco Puna, : ” Les enseignants demandent au Gouvernement, avant d’envisager la rentrée scolaire prochaine, de suspendre la retraite cavalière, de payer le troisième palier à tous les enseignants de l’EPST et de payer les vrais enseignants N.U “.

Néanmoins, précise-t-il : ” Les enseignants décident de poursuivre les enseignements dans toutes les écoles primaires et secondaires, sur toute l’étendue de la République Démocratique du Congo et attendre la clôture de l’année scolaire 2021-2022, pour des actions bien planifiées à leur profit “.

Rappelons que l’année scolaire en cours a démarré le 04 octobre 2021 sur fonds de grève, au niveau des écoles publiques.

Les enseignants revendiquent l’amélioration de leurs conditions sociales. Les points saillants de ces revendications sont la régularisation de la situation des enseignants dits N.U et le paiement des deuxième et troisième paliers de salaires.

Selon les autorités, 70.023 enseignants Nouvelles Unités viennent d’être payées en avril dernier.

Jules KISEMA KINKATU/CONGOPROFOND.NET

Continue Reading

K-WA Advertising