Connect with us

À la Une

Droits de l’homme : ACAJ exige la libération d’un étudiant congolais détenu dans un lieu secret en Chine

Published

on

Au cours d’une Conférence de presse tenue ce mercredi 15 septembre 2021 à son siège de Kinshasa, l’Association Congolaise à l’Accès à la Justice ( ACAJ ) dénonce l’arrestation arbitraire et sans raison connue de l’étudiant Patrick Ali Saidi en Chine depuis le 10 juin dans un lieu tenu secret.

Son père, inquiet, révèle n’avoir eu aucune nouvelle de son fils arrêté à Wuhan, dans la province de Hubei, en République Populaire chinoise, où il est à trois mois de sa dernière année d’études. Mais aussi, il affirme ignorer l’infraction commise par son fils car les autorités chinoises l’ont incarcérées dans un lieu secret où il n’est en contact avec personne depuis plusieurs semaines. Il prie cependant les autorités congolaises, notamment le Chef de l’Etat déjà saisi, et qui déjà font des efforts considérables, de lui permettre d’entrer en contact avec son fils pour être sûr qu’il est réellement en vie.

Le numéro 1 de l’ACAJ, Georges Kapiamba, interpelle à son tour le Chef de l’Etat et les autorités congolaises à agir encore de manière efficace sur le plan diplomatique pour avoir plus d’informations sur le lieu où est détenu le compatriote Patrick Ali Saidi en territoire chinois.

Par contre, l’ACAJ qui salue la collaboration des autorités congolaises sur cette affaire, constate un certain retard. « Nous constatons malheureusement que ça traîne. Les parents ne savent pas entrer en contact avec leur fils ou de savoir s’il est en vie. Si les autorités chinoises pensent que sa présence pose problème, qu’on le renvoie même ici au pays parce que ses parents ont besoin de leur fils en vie… », a-t-il fait savoir.

En outre, L’ACAJ affirme avoir saisi l’ambassadeur chinois en RDC pour lui rappeler que la Chine est parmi les pays membres de l’ONU et a signé un certains nombres d’engagements notamment la protection des droits des citoyens principalement des personnes soupçonnées d’avoir commis à tord ou à raison des crimes infractionnelles et que parmi ces droits, il y a celui de recevoir la visite quand on est détenu.

« Nous considérons que notre compatriote Patrick est victime d’une arrestation arbitraire et de torture morale… il est accusé de quoi ? Personne n’a eu la possibilité de vérifier… le pacte international des Nations-Unies exige qu’une personne accusée d’un fait puisse avoir le droit de la défense, chose que les autorités chinoises ne lui garantissent pas. Nous nous inquiétons énormément parce que quelqu’un qui est détenu en secret nous ne savons pas s’il est en vie… Voilà pourquoi nous avons pensé en parler publiquement pour informer l’opinion nationale et internationale sur cette situation », indique-t-il, appelant les autorités chinoises et congolaises de faire en sorte que la famille du concerné entre en contact avec lui et que sa défense soit organisée.

Il demande aux autorités chinoises de réserver un traitement digne à l’endroit de Patrick Ali Saidi comme il a été le cas des Chinois arrêtés à Kolwezi pour avoir maltraité un Congolais.

Theo Liko


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Urgent/ Kasaï : Une femme tuée par un camion en pleine ville à Tshikapa

Published

on

Une femme non identifiée a été tragiquement heurtée par un camion sur le boulevard Lumumba, au centre-ville de Tshikapa, dans un accident de la circulation survenu ce samedi 2 mars 2024.

Selon les témoins, la dame se trouvait à bord d’un taxi-moto en provenance du marché Kamalenga. Il y a eu une collision entre la moto et le camion qui venait de la commune de Dibumba. La dame a malheureusement perdu la vie sur place, tandis que le conducteur du taxi-moto, gravement blessé avec les deux jambes fracturées, a été conduit à l’hôpital général de Tshikapa.

Les témoins indiquent que l’excès de vitesse de la part des deux conducteurs est la principale cause de cet accident.

Entre-temps, le conducteur du camion, qui tentait de s’échapper, a été appréhendé par la population à Kamalenga.

À l’heure actuelle (18h à Tshikapa), le corps sans vie de la dame gît sur le sol, suscitant un profond regret au sein de la population du Kasaï.

Clementus Lusamba Lua Mbombo/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte