Connect with us

Economie

DRC MINING WEEK : le rendez-vous de grands miniers revient d’abord en ligne !

Published

on

La communauté de la DRC Mining Week a débuté sa rencontre en ligne pour deux jours (du 14 au 15 juin 2021) avant de se réunir à Lubumbashi en octobre. Cet événement en ligne a pour but de toucher un public plus large qui ne pourra peut-être pas se présenter physiquement en octobre à cause des certaines restrictions dues à la pandémie de covid-19.

Outre la possibilité de couvrir des sujets d’actualité, notamment ceux liés à la pandémie de COVID-19, l’événement virtuel a permis à toute la communauté de trouver un moyen de garder contact et avoir plus d’informations sur certains acteurs clés du secteur minier telle que la société aurifère BARRICK GOLD.

D’entrée de jeu, la DRC MINING en ligne a commencé par le discours inaugural d’Antoinette N’Samba Kalambayi, ministre des Mines en RDC. A cette séance d’ouverture, la ministre a axé son allocution en rassurant les opérateurs économiques locaux et les investisseurs internationaux de la viabilité du secteur minier congolais. Pour ce faire, elle s’est appesantie sur la législation minière et sur les opportunités d’investissements en RDC.

Après le discours de la ministre, plusieurs sessions online en panel ou table-ronde se sont succédées. L’une des sessions sur la loi de sous-traitance a relevé le fait qu’en raison de la richesse minérale de la RDC, l’industrie mondiale des prestataires de services et des fournisseurs est impatiente de faire des affaires dans le pays. Il est cependant important pour ces entreprises de comprendre les lois sur la sous-traitance selon lesquelles elles peuvent opérer. Ces lois sont en place pour protéger et aider à la croissance des petites et moyennes entreprises locales de la RDC, tout en encourageant les entreprises expérimentées à contribuer à la construction du secteur minier.

Des opportunités d’investissement qu’offre le secteur minier congolais

Le sous-sol de la RDC regorgent un potentiel minier regroupé dans différentes filières, notamment : La filière cupro-cobaltifère avec comme ressources estimées pour le cuivre à plus au moins 75 millions de tonnes, le cobalt à plus au moins 6 millions de tonnes et pour le zinc à plus au moins 7 millions de tonnes ; la filière aurifère avec comme ressources en or estimées à plus au moins 750 tonnes ; la filière diamantifère dont les ressources en diamant sont estimées à plus au moins 700 millions de carats ; la filière stannifère avec comme ressources estimées en cassitérites à plus au moins 800 000 tonnes, en coltan à plus au moins 30 millions de tonnes et Wolframite à plus au moins 400 millions de tonnes ; la filière fer-manganèse avec comme ressources estimées en fer à plus au moins 10 milliards de tonnes et en manganèse à plus au moins à 30 millions de tonnes.

Antoinette N’Samba Kalambayi a profité de l’occasion pour présenter la politique de son ministère qui repose sur des axes principaux, à savoir : La certification des réserves minérales, la valorisation des actifs miniers, la lutte contre la fraude minière, l’éradication du travail des enfants et des femmes enceintes dans les zones d’exploitation minière artisanale, ainsi que l’augmentation de la valeur ajoutée aux produits miniers.

Ainsi donc, la RDC reste une destination attrayante pour les investisseurs et entreprises du secteur minier dont l’activité est loin d’être au point mort, et qui aura prouvé sa résilience face à la pandémie ravageuse de la covid 19.

Notons que cette session sera suivie d’une autre en octobre 2021 à Lubumbashi en format présentiel. Tout dépendra évidemment de l’évolution de la pandémie en RDC.

Virginie GBONOBE/CONGOPROFOND.NET