Connect with us

À la Une

Dr Miaka Mia Bileng, 10 ans déjà dans l’au-delà : Hommage à l’un des pionniers de la lutte contre la trypanosomiase en RDC

Published

on

10 ans, jour pour jour, depuis sa disparition le 22 mars 2014, la communauté médicale de la RDC veut rendre hommage à l’une des personnalités les plus marquantes de l’histoire sanitaire du pays, en l’occurrence le Docteur Miaka Mia Bilenge Constantin. Ce médecin fut l’un des pionniers de la lutte contre la trypanosomiase et les maladies transmissibles de l’enfance.

A cet effet, un programme sous le thème « Mesures préventives et surveillances épidémiologiques dans le secteur de la santé, sous le mandat du secrétaire général Dr. MIAKA » sera animé par divers professionnels de la santé au cours des assises dont le calendrier sera dévoilé au public dans les jours à venir.

Autour de plusieurs sous-thèmes, notamment, ” Organisation administrative, Qualité des ressources humaines, Performance du personnel”, “Qualité, disponibilité, traçabilité et accessibilité pour une surveillance adéquate”, ” Plan Mashako : Une approche originale pour contribuer à la vaccination des enfants congolais. Contribution du Dr Miaka”, ” Stratégie de lutte contre la trypanosomiase. Avancées ou Progrès. Perspectives d’avenir”, etc., des orateurs de renom, dont le pharmacien Franck BIAYI du PMAM, vont partager au public leurs témoignages, expériences et visions en vue d’améliorer le secteur sanitaire national.

Né à Muanga, au Kasaï occidental, le 17 mars 1950, le docteur MIAKA est un ancien Joséphiste au collège de Bulongo. Il obtient son diplôme en 1970 en section littéraire. Médecin en chirurgie et en accouchement depuis 1977 à l’Université de Kinshasa. Il a également évolué à l’hôpital de Kwamouth, Inongo et Bulungu dans la province de Bandundu ainsi qu’à Mbuji-Mayi, respectivement comme médecins de collectivités,directeur des hôpitaux, médecin de zone, médecin sous-régional et médecin inspecteur provincial de 1977 à 1985.

Formé également aux États-Unis d’Amérique, avec l’apport de l’USAID, il y a obtenu son master en Santé publique, avec un certificat en management des programmes de survie de l’enfant. Cet éminent médecin avait encore dans sa gibecière d’autres diplômes d’analyste financier et de management des services de santé.

Entre 1988 et sa mort, il a occupé les fonctions de médecin au cabinet des ministères de la Santé, Médecin-Directeur du programme national de la lutte contre la trypanosomiase et secrétaire général à la Santé, député provincial de Mweka, Directeur national du bureau central de la trypanosomiase et directeur national du bureau des vaccinations, etc.

Plusieurs personnalités affirment que feu Dr Miaka est le véritable architecte du ministère pour lequel il a travaillé, avec tout son coeur, durant plusieurs décennies.

Ce pionnier de la santé a laissé, au travers de ses œuvres universitaires et à titre de scientifique, plusieurs soubassements et disciples cadres du ministère de la Santé de la RDC.

Une carrière politique motivée par l’essentiel

En 2006, Docteur MIAKA est élu député dans la circonscription de Mweka avec plus de 22 000 voix. Élu brillamment, il fermait une page de son histoire au ministère de la Santé pour en ouvrir une autre dans l’univers politique, en combinant son don d’expression, son accent vif, son sens de la conviction, son ouverture d’esprit à la qualité de travail bien fait, réalisé avec organisation.

Au-delà du médecin professionnel, un leader pour ses troupes

Au-delà de la casquette de médecin, Constantin MIAKA fut un homme leader, présent, plein d’énergie, disponible et apte à motiver les équipes. Sans omettre son caractère respectueux, courtois, plein d’humanité et franc dans un parler disant toujours tout haut ce qu’il pense en toute objectivité sans léser les parties prenantes.

Il sied de rappeler que le Dr Constantin MIAKA Mia Bilenge demeure à travers ses travaux de recherche une source intarissable d’inspiration où viennent puiser plusieurs chercheurs.

Ses collaborateurs l’appelaient “Papa” suite à son caractère ouvert. Il a participé à plusieurs conférences internationales dans le domaine de la santé qui l’ont équipé d’une grande expertise dans le domaine. Il a consulté pour le compte de plusieurs organisations internationales dont l’OMS et était chercheur avec plusieurs publications.

Monica Bubanji/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Kin, Goma et L’shi accueillent le 14ème Congrès de l’Union des Architectes d’Afrique en fin juin 2025

Published

on

Plus de 1500 délégués, provenant de tous les coins du continent noir, sont attendus dans 3 villes de la RDC ( Kinshasa, Goma et Lubumbashi), vers la fin du mois de juin de l’année prochaine, afin de prendre part au 14ème Congrès de l’Union des Architectes de l’Afrique autour du thème :«la résilience des villes africaines dans les zones industrielles et sismiques ».

Le lancement officiel de la campagne de ce 14ème Congrès a bel et bien eu lieu ce jeudi 24 mai depuis l’hôtel Hilton de Kinshasa.

Une journée riche en programme qui a permis aux participants ainsi qu’aux journalistes présents de s’imprégner des contours de cette édition 2025 qui se déroulera sur 3 villes congolaises.

Ce congrès sera une occasion en or pour présenter le potentiel inestimable de la RDC au monde comme le souligne l’architecte Fiyou Ndondoboni, président de l’Ordre national des architectes ( ONA). « La tenue de ces rencontres dans mon pays constitue un événement diplomatique majeur, contribuant non seulement à son rayonnement international mais aussi s’intégrant harmonieusement dans les efforts menés par le Président de la république Félix Tshisekedi Tshilombo sur le plan diplomatique », a-t-il appuyé.

Le président de l’union des architectes d’Afrique, l’architecte Donatien Kasseyet-Kalume, est, quant à lui, revenu sur le constat amère de la situation de l’architecte congolais qui est souvent oublié, voire pas considéré. « La présidence se rend chaque année aux différentes Conférences des Parties
(COP) sans architecte ni urbaniste pour discuter de l’avenir de notre nation en termes d’Environnement et d’environnement bâti(…). Le Premier Ministre, chef du Gouvernement, n’a jamais convoqué les architectes congolais lors des consultations qu’il organise à l’échelle de la Nation. Le ministère de l’Urbanisme, notre ministère de tutelle, a signé récemment un contrat de construction de 100.000 cités intégrées à ériger sur le territoire national, avec un groupe kenyan, certes, mais pas congolais… Y avait-il un impératif ? Si notre ministre de tutelle ne croit pas en nous, qui le fera ?”, s’est-il interrogé.

Aux partenaires multilatéraux de la RDC, l’architecte a interrogé : ” Oserions-nous vous demander le rôle réservé à l’architecte congolais dans le cadre de l’exécution de vos programmes d’aide ou de partenariat ?”.

Enfin, à ses consœurs et confrères architectes congolais, Donatien Kasseyet-Kalume a adressé son interpellation : ” Sommes-nous suffisamment organisés, préparés, outillés pour prendre la charge de notre rôle de conseil ?».

Représentant du Premier ministre, le ministre de l’Aménagement du Territoire de la République Démocratique du Congo, a fait savoir son espoir de voir les questions architecturales qui gangrènent la société congolaise trouver les réponses nécessaires. « Je suis certain que ce congrès va poser les prémices et les fondamentaux pour l’édition 2025. Je souhaite également que cela soit une occasion d’échange avec les partenaires sur les questions essentielles comme les opérations minières et les projets de développement de nos pays africains…»

A noter que ce lancement officiel de plus d’un an en avance a été voulu pour préparer ensemble une célébration réussie de cet événement mais également l’occasion de lancer l’appel à contribution au niveau du continent sur les thématiques choisies pour une matérialisation tangible du concept de coopération Sud-Sud tant souhaitée.

Dorcas Ntumba/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte