Connect with us

À la Une

Détournement mensuel de 62 milliards FC au SECOPE : les complices aux Finances, Budget et BCC tremblent !

Published

on

Depuis l’arrestation, en début du week-end dernier, de l’inspecteur général et du directeur général du Service de Contrôle et de Paie des Enseignants (Secope), une inquiétude sans pareil plane, autant dans les couloirs du cabinet et des services du ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et technique (EPST), qu’aux ministères des Finances, de Budget ou encore à la Banque centrale.

En effet, au terme des audits diligentés auprès des organes de l’Etat, l’Inspection générale des Finances (IGF) avait fait un rapport portant sur le détournement présumé de 62 milliards de FC au SECOPE. Le nom du Directeur national du Service de coordination de la paie des enseignants, Delon Kampay, avait été cité dans ce rapport.

Ayant répondu à l’invitation du Parquet général de la Gombe pour s’expliquer sur les griefs mis à sa charge, étant donné que l’affaire se trouve encore au niveau pré-juridictionnel, Delon Kampay n’a pas pu regagner son domicile sur ordre du magistrat qui mène des enquêtes.

C’est une occasion, selon le Syndicat des enseignants du Congo (SYECO), pour la justice de donner suite aux dénonciations récurrentes des enseignants sur le détournement de leurs paies.

Pour sa secrétaire générale, Cécile Tshiyombo, les ramifications de ce détournement sont tentaculaires et se retrouvent aussi bien à l’Enseignement primaire et technique (EPT), qu’aux Finances, au Budget et à la BCC.  » Cette action judiciaire doit aller jusqu’à son terme pour permette aux enseignants de rentrer dans leurs droits spoliés pendant si longtemps. Que la justice fasse la lumière sur les plaintes des gestionnaires des réseaux d’enseignement et des bureaux gestionnaires sur la rétrocession de plus de la moitié des frais de fonctionnement qu’ils reçoivent. Plusieurs rapports tant de la capitale que de l’intérieur du pays ont été rédigés par les syndicats sur cette forfaiture ; mais sans aucun effet jusqu’à ce jour! », a martelé Cécile Tshiyombo.

Confiante à la justice nationale, déjà appelée à abattre un grand travail sur cette affaire, la syndicaliste rappelle tout de même l’observance du principe de la présomption d’innocence.  » Nous ne visons nullement un individu, qui qu’il soit, mais nous nous inscrivons dans la mission d’un syndicat d’action pour le bien-être de ses membres… », a-t-elle martelé, avant d’appeler vivement toute la lumière sur le détournement mensuel de 62 milliards de Fc par des stratégies fallacieuses et de fausses factures mises en place par les décideurs du secteur de l’enseignement dont les deux responsables sont aux arrêts.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

PPC Barnet RDC dément la rumeur de rachat par une autre cimenterie congolaise

Published

on

PPC Barnet souhaite apporter un démenti fort et clair aux rumeurs de marché qui circulent concernant un éventuel rachat de l’entreprise par Nyumba ya AKIBA/ marque CIMKO.

PPC Barnet procède à cette mise au point sans équivoque et qui doit ne laisser la place à aucun doute : Il n’existe aucune discussion avec d’autres entités. De plus, un changement dans la structure de propriété de PPC Barnet n’est pas à l’ordre du jour.

La stratégie de développement de PPC Barnet en RDC, au lendemain de la publication de résultats positif, reste inchangée. Ainsi, PPC Barnet RDC souhaite rassurer ses clients, partenaires et collaborateurs et assume son ambition d’être leader des matériaux de construction dans le pays, depuis le commencement de sa production en 2017.

La direction générale de PPC Barnet et son conseil d’administration, ainsi que ses actionnaires congolais démentent formellement cette rumeur, qui ne sert qu’à déstabiliser le marché de la construction.

PPCB continuera sa production, il n’existe aucun risque de rupture de stock. PPC Barnet affiche des résultats positifs et encourageants sur le premier semestre 2022 et continuera d’acheminer son ciment dans l’ensemble des régions du pays, au plus près de la demande, afin de contribuer au développement économique national.

PPC BARNET est une usine intégrée de production de ciment, disposant d’un outil de production de dernière génération avec une capacité de 1,2 million de tonnes de ciment par an. L’entreprise représente un investissement de 300 millions de dollars et produit du ciment de qualité supérieure sous la marque Surecem (32.5) et le Surcast (42.5). Il emploie 179 salariés avec quatre bureaux commerciaux à Mbuji Mayi, Kisangani, Mbandaka et Gemena et des représentations à travers ses revendeurs. PPC BARNET est au cœur du développement des infrastructures en RDC et rend le ciment accessible à un prix abordable sur le territoire national.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising