K-WA Advertising

Connect with us

À la Une

Dédoublement AFDC-A : le TGI/Gombe tranche en faveur de Bahati Lukwebo

Published

on

Quelques jours après la tenue de son congrès, le sénateur Modeste Bahati Lukwebo vient d’être confirmé président du regroupement politique Alliance des Forces Démocratiques du Congo et Alliés (AFDC-A) par un jugement rendu par le tribunal de grande instance de Kinshasa de Kinshasa/Gombe.

“Le Tribunal de grande instance de Kinshasa Gombe, siégeant en matière civile au premier degré à son audience du 23 novembre 2020,… statuant publiquement et contradictoirement à l’égard du requérant Sénateur Professeur Modeste Bahati Lukwebo, le ministère public entendu, le confirme en qualité de Président national statutaire du Regroupement politique Alliance des forces démocratiques du Congo et Alliés, AFDC-A en sigle”, indique un extrait du jugement dudit tribunal dont une copie est parvenue à la rédaction de CONGOPROFOND.NET mercredi 02 décembre 2020.

Dans sa requête saisissant le tribunal, rappelons-le, le regroupement politique AFDC-A indique qu’en date du 17 mars 2018 a été signé le protocole d’accord portant sa création, qui dispose en son article 7, paragraphe 4 que “le président, et autorité morale de l’AFDC, est de droit le président et l’autorité morale du regroupement politique AFDC-A”.

Aussi, avait-il rappelé que Modeste Bahati Lukwebo a été élu par le Congrès de l’AFDC depuis 2015 et fut alors désigné président et autorité morale de l’AFDC-A par la Conférence des président des partis et personnalités politiques de ce regroupement politique par une décision du 19 mai 2018.

Dans l’opinion, cette décision est saluée. Des observateurs estiment qu’il est plus que temps pour mettre fin au dédoublement de l’AFDC-A. Pour cette catégorie de personnes, cette décision tombe au bon moment où le Chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi lance l’Union sacrée de la nation, avec la récupération par BAHATI LUKWEBO de ses sièges à l’Assemblée nationale restés au Front Commun pour le Congo, il sera d’un grand apport à Félix Antoine Tshisekedi.

De l’autre côté conduit par le duo Néné Nkulu et Steve Mbikayi, a-t-on appris, l’on estime que la justice a été instrumentalisée pour des fins politiques. D’après l’un des avocats de l’AFDC-A/FCC dès ce jeudi 03 décembre 2020, ils vont faire appel pour attaquer cette décision qu’ils considèrent comme une provocation et déni de droit.

Rappelons-le, la commission PAJ à l’assemblée nationale avait dans son rapport statuant sur le cas AFDC-A, reconnu à Néné Nkulu la paternité du regroupement politique au détriment d’Adèle Kahinda proche de Modeste BAHATI à la chambre basse du parlement.

 

 

MUAMBA MULEMBUE CLÉMENT/CONGOPROFOND.NET

À la Une

EPST : La Synergie des Syndicats des enseignants met en garde le SECOPE !

Published

on

La Synergie des Syndicats des enseignants de la République Démocratique du Congo, réunie en Assemblée Générale le samedi 14 mai 2022 à Kinshasa, pour évaluer les promesses du Gouvernement aux enseignants, a lancé une mise en garde à l’endroit du Service de la Paie et du Contrôle des enseignants (SECOPE).

Au cours de la déclaration finale de cette réunion, lue devant la presse, le Secrétaire Général du Synecat, Jean-Bosco Puna, s’est exprimé en ces termes : ” La Synergie met en garde le SECOPE et l’invite à assurer ses prérogatives, conformément à ses missions initiales “.

Par contre, rien n’a été précisé comme grief à l’endroit de ce Service, lors de cette déclaration.

Dans la recherche des informations, la rédaction du CONGOPROFOND.NET est entrée en contact avec des écoles et a constaté que la grande majorité des enseignants mécanisés par le SECOPE, au mois de janvier, n’a pas été payée en avril, comme annoncé par le ministre de l’EPST.

Pour les enseignants affiliés à ces Syndicats, le Gouvernement n’a pas réalisé les promesses faites à Mbuela Lodge à Kisantu, au début du mois de novembre 2021, lors des négociations entre banc syndical des enseignants et le banc gouvernemental.

C’est pourquoi, ajoute Jean-Bosco Puna, : ” Les enseignants demandent au Gouvernement, avant d’envisager la rentrée scolaire prochaine, de suspendre la retraite cavalière, de payer le troisième palier à tous les enseignants de l’EPST et de payer les vrais enseignants N.U “.

Néanmoins, précise-t-il : ” Les enseignants décident de poursuivre les enseignements dans toutes les écoles primaires et secondaires, sur toute l’étendue de la République Démocratique du Congo et attendre la clôture de l’année scolaire 2021-2022, pour des actions bien planifiées à leur profit “.

Rappelons que l’année scolaire en cours a démarré le 04 octobre 2021 sur fonds de grève, au niveau des écoles publiques.

Les enseignants revendiquent l’amélioration de leurs conditions sociales. Les points saillants de ces revendications sont la régularisation de la situation des enseignants dits N.U et le paiement des deuxième et troisième paliers de salaires.

Selon les autorités, 70.023 enseignants Nouvelles Unités viennent d’être payées en avril dernier.

Jules KISEMA KINKATU/CONGOPROFOND.NET

Continue Reading

K-WA Advertising