Connect with us

Politique

Déclarations controversées du SG de l’UDPS : Augustin Kabuya et le délicat jeu des responsabilités politiques

Published

on

Le SG de l’UDPS, Augustin Kabuya Tshilumba, a clairement établi au cours d’une matinée politique ce samedi 30 mars 2024 à Limete un lien entre l’absence de Joseph Kabila sur le territoire national et les défections de cadres du PPRD vers l’AFC-M23 de l’ancien président de la Commission Électorale Nationale Indépendante et actuel chef rebelle Corneille Nangaa Yobeluo.

Ce nouveau seigneur de guerre, frère biologique de l’actuel Gouverneur sortant du Haut-Uélé Christophe Baseane Nangaa qui est, comble de l’histoire, candidat à sa propre succession malgré l’incompréhension que suscite la probable collusion entre cette fratrie et la bienveillance coupable de ceux qui crient au loup. Ses propos d’une gravité extrême ont suscité une controverse majeure en RDC.

Cette tentative de culpabiliser Joseph Kabila pour les actions de ses anciens collaborateurs soulève des questions cruciales. Pourquoi pointer du doigt Kabila maintenant, alors que de nombreux proches ont déjà changé d’allégeance en 2019, passant du FCC à l’Union Sacrée pour la Nation sans que personne ne trouve rien à redire à l’époque ? La transhumance est inhérente à la classe politique congolaise.

Cette sortie du SG Kabuya met en lumière les dynamiques complexes de la politique congolaise, révélant les subtilités du pouvoir, des alliances changeantes et des responsabilités politiques en jeu. Dans le monde politique congolais, les promesses non tenues et la mauvaise foi manifeste sont des thèmes récurrents, illustrés de manière frappante par l’histoire de Jean Bakomito Gambu.

Ce fraudeur, invalidé par la Cour Constitutionnelle, se retrouve tout de même retenu par le Bureau de Réception et Traitement de Candidature de la CENI pour le même cycle électoral. Le règne de 18 ans de Joseph Kabila a laissé une empreinte profonde sur la RD Congo, marquée par des défis, des controverses et des bouleversements politiques que d’aucuns feignent de découvrir maintenant.

Depuis presque 30 ans, le pouvoir central basé à Kinshasa a souvent semblé distant de certaines provinces, avec des conséquences palpables que nous déplorons tous. En contrastant cet héritage avec l’éphémère visite de Félix Tshisekedi à Isiro de 15 minutes en 2023 pendant la campagne, où son bref passage n’a fait qu’exacerber le fossé entre les populations locales et le pouvoir central.

Un constat s’impose : l’indifférence envers les provinces éloignées persiste, alimentant le mécontentement et renforçant l’image d’une administration centrale déconnectée des aspirations particulières de certaines zones. Ces enjeux soulignent la nécessité d’une gouvernance inclusive, attentive aux besoins des territoires périphériques, pour renforcer l’unité et la cohésion nationales.

Dans ce contexte, le leadership provincial du Grand Chef Constant Lungagbe Ndatanadu incarne un défi crucial : Comment concilier les aspirations locales avec les impératifs nationaux, tout en redonnant à la province du Haut-Uélé son rôle de fier porte-étendard de la République ? C’est ce qui a manqué au Gouverneur sortant Christophe Baseane Nangaa, frère du chef rebelle de l’AFC-M23 Corneille Nangaa.

TEDDY MFITU

Polymathe, chercheur et écrivain / Consultant senior cabinet CICPAR


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

Actualité

Scandales et erreurs d’arbitrage secouent les playoffs : l’appel à la VAR en RDC se fait pressant

Published

on

By

 

 

La phase aller des playoffs du championnat d’élite de la République Démocratique du Congo a été émaillée de controverses liées à des scandales et des erreurs d’arbitrage. Plusieurs arbitres ont déjà été suspendus, suscitant un débat intense quant à la nécessité d’introduire la VAR (Video Assistant Referee) dans le pays. Parmi les incidents les plus marquants, le match du Classico a été le théâtre de décisions contestées, mettant en lumière les lacunes du système actuel.

Des sanctions imminentes pour l’arbitre central et ses assistants :

Lors du match du Classico, opposant l’AS Vclub à une autre équipe, l’arbitre central Martin Mukala de LIFKOR et ses assistants se retrouvent aujourd’hui sur le fil du rasoir. La décision de refuser un but à l’AS Vclub alors que le ballon avait franchi la ligne a créé une vive polémique. De plus, les gestes antisportifs d’Issama Mpeko, qui a marché sur un joueur adverse, et d’Ingele, qui a porté un coup aux parties intimes d’Oscar KABWIT, ont ajouté à la controverse et à la colère des supporters.

L’appel à l’utilisation urgente de la VAR :

Face à la récurrence de ces incidents et à la nécessité d’assurer une justice sportive, de nombreux observateurs sportifs plaident ardemment en faveur de l’introduction de la VAR en République Démocratique du Congo. La VAR est un système technologique qui permet aux arbitres de revoir les actions litigieuses grâce à des caméras et à des angles de vue multiples. Elle a déjà été adoptée dans plusieurs championnats internationaux et a contribué à réduire les erreurs d’arbitrage et à garantir une plus grande équité.

Les avantages potentiels de la VAR :

L’utilisation de la VAR présente de nombreux avantages potentiels pour le football congolais. Tout d’abord, elle permettrait de réduire les erreurs d’arbitrage flagrantes, comme celle ayant conduit au refus du but de l’AS Vclub lors du match du Classico. En offrant aux arbitres un outil supplémentaire pour prendre des décisions justes, la VAR pourrait contribuer à restaurer la confiance des joueurs, des entraîneurs et des supporters dans l’intégrité du jeu.

De plus, l’introduction de la VAR aurait un impact positif sur l’image du football congolais à l’échelle internationale. En alignant le championnat d’élite du pays sur les normes technologiques modernes, la RDC enverrait un signal fort de professionnalisme et de transparence.

Les scandales et erreurs d’arbitrage qui ont marqué cette phase aller des playoffs en République Démocratique du Congo ont ravivé le débat sur l’introduction urgente de la VAR. Les incidents lors du match du Classico ont mis en évidence la nécessité de garantir une justice sportive et de réduire les erreurs d’arbitrage flagrantes. L’utilisation de la VAR offrirait une solution technologique pour remédier à ces problèmes et contribuerait à restaurer la confiance des acteurs du football congolais. Il est donc temps d’envisager sérieusement l’adoption de la VAR dans le championnat d’élite de la RDC afin d’assurer l’équité et l’intégrité du jeu.

Désiré Rex Owamba/CONGOPROFOND.NET 


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte