Connect with us

À la Une

Crise politique en RDC : Néhémie Mwilanya rappelle à JP Lacroix la nécessité de jouer à la prévention

Published

on

Un jour après son arrivée à Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo, Jean-Pierre Lacroix a échangé avec une délégation du Front commun pour le Congo( FCC) conduite par son coordonnateur Néhémie Mwilanya Wilondja. D’après la Radio Onusienne qui a annoncé la nouvelle lundi 14 décembre 2020, la crise politique caractérisée par la rupture de la coalition FCC-CACH a été au menu de cet entretien.

“Nous avons quand même attiré l’attention du secrétaire général adjoint des Nations Unies sur toutes ses ruptures qui arrivent et la nécessité de jouer à la prévention”, a rapporté Néhémie Mwilanya, à la sortie de l’audience que lui a accordée Jean-Pierre Lacroix.

Le coordonnateur du FCC, cité toujours par Radio Okapi, rappelle qu’il y a des ruptures politiques graves, notamment des contrats de confiance au sein de la coalition.

“Vous avez entendu la position du Président de la République qui est autorité morale de CACH, qui a mis fin unilatéralement à la coalition”, a fait l’élu de Fizi et ancien Dircab de Joseph Kabila Kabange.

Par ailleurs, il a indiqué qu’ils ont aussi parlé avec Jean-Pierre Lacroix de la crise institutionnelle à l’Assemblée Nationale, avec la destitution du bureau Mabunda.

“Il y a aussi la situation au sein de l’Assemblée nationale, du Parlement en général. Le parlement est le socle de notre démocratie qui est représentative. Aujourd’hui, lorsqu’on torpille la légitimité des élus issus des urnes et on pense que l’on peut fabriquer une autre légitimité et arriver à une nouvelle majorité, c’est quand même une rupture importante”, a déploré Néhémie Mwilanya Wilondja.

Rappelons-le, le Chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi a, à l’issue des consultations politiques menées du 02 au 25 novembre 2020, annoncé la rupture de la coalition FCC-CACH. Il a annoncé la nomination imminente d’un informateur en vue d’identifier une nouvelle majorité en vue de la création d’un nouveau gouvernement dit de l’Union sacrée de la Nation.

 

MUAKAMU/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Abolition du système LMD en RDC : Fausse alerte !

Published

on

Le système d’enseignement Licence-Master-Doctorat (LMD) n’est pas annulé en République Démocratique du Congo, contrairement aux rumeurs distillées sur les réseaux sociaux depuis la soirée du dimanche 23 juin 2024.

Ceci ressort d’un communiqué signé dans la soirée de ce lundi 24 juin 2024 par Marie-Thérèse Sombo Ayanne Safi Mukuna, ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire (ESU).

Le communiqué officiel note plutôt qu’au cours de la séance plénière d’investiture du gouvernement, le programme présenté et défendu, en son pillier 4, axe stratégique 4.2.1, prévoit la poursuite de la mise en place d’un système éducatif performant, inclusif et équitable, dont l’une des actions identifiées porte sur l’évaluation de la mise en œuvre du programme LMD.

Ce faisant, son Excellence, madame la ministre de l’ESU a prévu dans sa feuille de Route une évaluation à mi-parcours de cette réforme dont la fin du premier cycle interviendra la fin de cette année académique“, lit-on dans ce communiqué.

Le même communiqué précise que le calendrier de ces assises sera publié dans les jours qui suivent pour éclairer les acteurs de l’ESU, de la communauté universitaire que des partenaires concernés et du public intéressé.

Rappelons que la réforme LMD qui est le substitut du système PADEM, a été instauré et mis en application dans les établissements tant Publics que privés en 2021 sur ordre du ministère honoraire de l’ESU, Muhindo Nzangi Butondo, désormais ministre du Développement rural en RDC.

Exaucé Kaya/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte