Connect with us

À la Une

COVID-19 : la recette de Guy Bukasa, coach adjoint des Léopards, pour garder la forme et le moral (Interview exclusive)

Published

on

Par crainte du coronavirus, les matches de football sont toujours en suspension. Cependant, les athlètes, en confinement partout dans le monde, sont dans l’obligation de se maintenir en forme en vue du sprint final de la saison.

Actuellement à Kigali, le jeune entraîneur congolais de Gasogi United en première division du championnat rwandais, mais aussi entraîneur adjoint des Léopards seniors et les équipes des jeunes de la RDC, Guy Bukasa, s’est ouvert, ce dimanche 19 avril à CONGOPROFOND.NET, dans une interview exclusive. Il dévoile comment il vit cette période; Ce qu’il fait pour garder ses joueurs en forme; Il donne des pistes sur le temps à accorder aux équipes avant la reprise des compétitions, si et seulement si le Covid-19 prenait fin…

Ce natif de Kinshasa, licencié licencié en Économie internationale à l’UPC où il est, par ailleurs professeur assistant, Guy Bukasa est également breveté en Administration et Gestion des Organisations sportives.

Ennemi proclamé et affiché des pratiques fétichistes dans le football, il affirme tout haut que son objectif est de gagner autant de titres, mais aussi d’amener les âmes à Jésus-Christ. Entretien.

CONGOPROFOND.NET : Coach Guy Bukasa Bonjour !

Guy Bukasa : Bonjour, monsieur le journaliste.

CP : le monde entier est frappé par le Covid-19 et nous sommes tous en confinement. Personnellement, comment traversez-vous cette période?

G.B: Après plusieurs années de profession, c’est une première de vivre des moments pareils. Qu’à cela ne tienne, nous sommes obligés de nous occuper. C’est une situation très inhabituel. L’avantage est que ça nous permet de passer le temps en famille, chose que notre métier nous privait autrefois à cause des voyages. Nous passons vraiment le maximum de temps avec nos familles, mais c’est très embêtant d’être loin du terrain. On conçoit des entraînements, mais qu’il faut expérimenter sur terrain. J’essaie de voir les différentes performances et apporter des correctifs surtout que mon équipe découvre la première ligue. C’est aussi le moment de revoir mon cahier d’entraînement. Ça me permet d’ajuster la saison prochaine et la reprise. On essaie de mettre une plate-forme d’échanges avec des collègues et ça nous permet d’apprendre, de partager et d’adapter nos discours aux contenus. Je passe beaucoup de temps dans la lecture et conception des séances qui nous seront utiles dès la reprise.

CONGOPROFOND.NET : Comment, vous faites pour garder vos joueurs en forme ?

G.B : La forme des joueurs, c’est le grand problème. On ne sait pas se voir, on ne sait pas aller sur terrain. Dieu merci, la technologie existe. On essaie de mettre les joueurs en forme pour une probable reprise. On ne veut pas qu’on soit surpris à la reprise des compétitions avec des joueurs en méforme. Voilà pourquoi, on essaie de proposer un contenu qui leur permet de maintenir la forme. J’essaie de réunir mes joueurs par team Link, en créant un lien qui me permet de les tous. Nous faisons des séances maximum d’une heure, trois à quatre fois par semaines. Je donne des exercices et je vois comment tout le monde s’applique, c’est difficile par moment puisque certains ont du mal à se connecter. Mais depuis les deux dernières semaines, on arrive quand même à avoir tout le monde et c’est très intéressant. Ça nous permet surtout de garder le team building (esprit d’équipe) par cette ambiance de groupe qui nous manque beaucoup puisqu’en réalité chacun peut faire son footing et ses exercices seul. Mais si j’insiste sur ça, c’est pour maintenir cette ambiance de groupe qui n’est pas facile à créer. Après ce n’est pas seulement la forme physique, c’est aussi un aspect mental. C’est la première fois que nous connaîtrons une trêve pareille. Mentalement, c’est un coup d’arrêt pour les joueurs et nous managers. Nous sommes obligés de trouver les mots pour ne pas les perdre mentalement. Le fait de rester sans jouer peut affecter certains. Ils revoient des anciens matchs et tout le monde parle.

CP : êtes-vous convaincu que grâce à vos séances vidéos, l’équipe va garder ce team building et que vos joueurs vont rester physiquement au point bien qu’ils ne jouent pas ?

G.B : Je ne sais pas le dire, mais c’est vraiment un souhait qui va produire des effets positifs. Parfois ça ne peut pas aussi marcher. Le grand problème est que nous faisons seulement un entretien de forme. Par contre, les analyses vidéo tactiques que nous faisons sont très importantes. Les joueurs aiment bien se voir et se découvrir leurs erreurs. On a vraiment besoin du terrain pour aiguiser nos séances tactiques.

CONGOPROFOND.NET : Selon vous, si la pandémie prenait fin, combien des tempd les fédérations devraient laisser aux équipes avant la reprise des championnats ?

G.B : Tout dépendra de quand on a arrêté. Nous, par exemple, le dernier match c’était le 14 mars. Ça fait déjà plus de 5 semaines qu’on est à l’arrêt et on peut aller jusqu’à 8 semaines. C’est déjà au-delà d’une trêve normale. Donc allez-y comprendre qu’il nous faudra un minimum de 15 jours incluant le test qu’on pourra faire passer à nos joueurs pour cerner le niveau de forme de chacun d’entr’eux et ainsi adapter notre contenu pour poursuivre le championnat. Un minimum de 10 et 15 jours, ça peut passer pour s’adapter et remettre l’équipe en marche. Sinon, si on se presse à reprogrammer les matches sans permettre à des équipes de remettre le moteur en marche, on sera buté à des problèmes des blessures et d’autres difficultés.

Guy Bukasa, coach adjoint des Léopards

C. P : Qu’est-ce qui vous poussé à signé Gasogi United ? Quel objectif de votre club cette saison ? Quelle place occupiez-vous au classement avant l’arrêt du championnat ?

G.B : En réalité, j’ai accepté cet offre puisqu’il était important de rester sur un défi qui nous permet de grandir. Il fallait que je signe avec un club qui accepterait que je puisse garder mes fonctions en équipe nationale avec les jeunes et en A. Voilà ce qui m’a motivé. C’était un bon challenge avec une équipe qui venait de la deuxième division. Généralement ici quand les équipes montent, elles redescendent directement. Mais les dirigeants, avec le sponsor de l’équipe, nous ont demandé d’apporter notre contribution à la pâte pour que l’équipe puisse se maintenir. Dieu merci nous étions sur une bonne lancée avant l’arrêt du championnat. Nous étions sur une bonne dynamique avec une série de 5 matchs sans défaite. Ce qui nous a placé à la 8ème position bien que c’est trop serré. Du faite que c’est quand même une jeune équipe, ce sont des résultats acceptables, au regard des moyens du club. Je pense que si vous essayez de vous renseigner, on vous dira que l’équipe fait de belles prestations et révèle beaucoup de jeunes.”

C.P : Quel est votre objectif, étant qu’entraîneur?

GB : “Mon objectif en tant qu’entraîneur c’est de gagner des titres et amener des âmes en Christ. C’est peut être surprenant, mais je suis un témoignage vivant de la main puissante de notre Seigneur Jésus-Christ et je suis convaincu que celui qui a voulu que je puisse œuvrer dans ce domaine. Pour moi, par sa grâce, je gagnerai le maximum des trophées possibles qui vont se présenter sur le chemin et aider aussi des jeunes à réussir leurs carrières et surtout amener des âmes à Jésus-Christ… C’est grâce à la prière que j’ai compris que ma voix était de devenir entraîneur. L’essentiel pour moi, c’est Dieu. Je parle avec mes joueurs en leur montrant qu’on peut réussir avec Dieu. Muleka, Mpoku et d’autres, nous partageons beaucoup de temps sur comment réussir avec Dieu. Quand nous amenons des âmes à Christ, il est satisfait et c’est là qu’il nous bénit.

CONGOPROFOND.NET : Merci coach de votre disponibilité

Guy Bukasa : je vous en prie.

Propos recueillis par Jolga Luvundisakio/CONGOPROFOND.NET