Connect with us

non classé

Covid-19 : la RDC s’en sort bien (Tribune du Dr Claude Kiangala Tukila, Expert en Santé Publique, ancien ministre provincial de la Santé du Kwango)

Published

on

Depuis le dépistage du premier cas de covid-19, il y a plus d’un mois, la Rdc compte à ce jour 235 cas confirmés, parmi lesquels 20 décès. Ailleurs, et plus particulièrement en occident, le nombre des cas augmente de façon exponentielle jusqu’à atteindre des milliers des cas et des morts.

Quelle est la différence entre l’occident et l’Afrique subsaharienne ?

Je voudrais faire une étude comparative pour expliquer cette différence.

D’abord je voudrais éliminer les fausses rumeurs :

– Cette différence ne veut pas dire que le virus n’existe pas. Nous confirmons que le covid-19 existe bel et bien en Rdc et les cas rapportés les sont réellement car confirmés après les tests spécifiques;

– La race noire n’a pas un effet protecteur car le constat fait aux USA nous montre que les noirs américains sont les plus atteints par le covid-19 et qu’il y a d’autres facteurs qui interviennent;

– À mon sens, la chaleur influence peu car une étude faite en Chine indique que le virus meurt à partir de 57°C. Hors dans nos pays, nous n’atteignons pas cette température.

Par contre, certaines études faites dans les pays à forte prévalence de la maladie montrent des faits suivants :

– La pyramide des âges a une forte influence : 55% des personnes contaminées au covid-19 en Europe ont plus de 65 ans et 36% entre 45 et 64 ans d’âge.

– En Italie où il y a plus de cas en Europe, 23% de la population a plus de 65 ans, contre 3% seulement en Rdc pour la même tranche d’âge.

Pour cette première constatation, nous remarquons que la probabilité de la contagion est moindre par rapport en Italie car plus on augmente en âge plus il est probable d’attraper la maladie et aussi plus on a des formes sévères de la maladie.

Parmi les cas contaminés, la moyenne d’âge de décès est de 81 ans. Cela montre pourquoi il y a beaucoup de décès liés au covid-19 en Europe.

– le groupe sanguin O+ a un effet protecteur par rapport à l’infection au covid-19.

Les statistiques montrent que les africains subsahariens ont un pourcentage de ce groupe sanguin supérieur à la moyenne mondiale. 38% pour la moyenne mondiale et 52-55% pour l’Afrique subsaharienne.

On voit pourquoi un africain de groupe sanguin O+ à moins de chance d’attraper ce virus.

Ces deux éléments combinés (pyramide des âges et génétique avec le groupe sanguin O+) fait déjà baisser le nombre des contaminés en Afrique subsaharienne.

_les inhalations par fumigation_ .

À notre connaissance, la pratique d’inhalation par fumigation avec l’eucalyptus ou viks aide à soigner le rhume, la bronchite ou la grippe. Quand on sait que le covid-19 se loge au niveau du nez ou gorge avant de descendre aux voies respiratoires inférieures, surtout que cette inhalation se fait à forte chaleur, cela pourrait influencer à éliminer la maladie au stade précoce.

Certains témoignages des gens qui ont attrapé le covid-19 dans le milieu africain en Europe nous rapportent qu’ils se sont fait soigner rien qu’avec cette méthode d’inhalation par fumigation.

– _enfin certains aliments qui augmentent l’immunité de l’organisme comme l’a suggéré le professeur Theophile Mbemba, biologiste de l’Université de Kinshasa_ .

Ce sont des produits accessibles chez nous en RDC et qui ont un effet protecteur contre le virus.

Partant de tous les éléments cités ci haut, je pense que c’est ce qui pourrait expliquer la faible contagion naturelle au covid-19 en grande partie chez nous en Rdc.

Ajouter à cela, toutes les mesures préconisées par les autorités sanitaires et politiques qu’il ne faut pas abandonner mais au contraire renforcer :
– les méthodes de barrieres: lavage régulier des mains, usage des masques, distanciation sociale, évitement des attroupement, etc.

Les frontières nationales (terrestres, aériennes, maritimes ) doivent rester fermées tant que la pandémie n’est pas encore jugulée ailleurs.

Les sensibilisations doivent s’intensifier pour que la population soit mieux informée et qu’elle puisse adopter de bonnes pratiques par rapport à cette maladie.

Voilà ma modeste contribution. Cela peut-être contredit par celui qui a plus d’arguments que moi.

(Relu par Émile Yimbu/ CONGOPROFOND.NET)


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

non classé

Contrôle technique des véhicules à Boma: Dr Guy Bandu apporte une bouée de sauvetage à la population 

Published

on

Alors que le gouverneur du Kongo Central travaille pour la cohésion provinciale et la promotion de l’équilibre géo-économique, beaucoup le voient d’un mauvais oeil. Guy Bandu Ndungidi a signé dernièrement un arrêté rendant obligatoire le contrôle technique de tout véhicule et matériels roulants d’occasion à l’importation, en conventionnel ou en container. La délivrance du bon de sortie des véhicules ne se fera désormais qu’après le résultat dudit contrôle. Pour l’heure, seul le port international de Boma dispose des infrastructures adéquates quant à ce.

Des faits

Plusieurs cas d’accidents signalés sur la route nationale n°1. Une situation dûe, à en croire certains témoignages, au mauvais état des véhicules. Il n’est un secret pour personne que depuis un temps circuler dans la ville de Matadi est devenu un casse-tête. Des embouteillages monstres sont observés sur les grandes artères, principalement vers l’entrée du pont OEBK, à cause des véhicules remorques se dirigeant au port MGT.

Selon les témoignages de certains déclarants, actuellement plusieurs navires sont en mouillage, des containers bloqués aux ports de transit faute d’espace à MGT.

Enfin, le Bas-fleuve avec son unique ville Boma est économiquement malade à cause de l’effondrement des activités portuaires.

Evaluant de près la situation et tenant compte des paramètres socio-économiques, le gouvernement provincial a pris l’option de s’appuyer sur l’arrêté Tsasa-di-Ntumba dans le souci de réglementer et réguler les activités économiques.

Pour rappel, cette décision fait suite à un atelier de deux jours organisé au gouvernorat avec la participation de tous les intervenants portuaires y compris les armateurs et la Fec. L’arrêté Bandu n’est que la mise en application de l’une des 26 recommandations assorties de ces assises.

De l’avis d’un juriste

Pour Me Willy Mbadi, c’est du bon droit que le gouverneur a signé cet arrêté soutenu par une forte légitimité au nom de l’équilibre économique provincial entre les deux principaux pools constituant le Kongo Central à savoir l’Est et l’Ouest. Dans tous les cas, la partie droite du fleuve Congo se réjouit et remercie le président de la République, son Excellence Félix-Antoine Tshisekedi qui a enfin accompli, au travers le gouverneur du Kongo Central le Docteur Guy Bandu Ndungidi, sa promesse faite aux Bomatraciens de relancer l’exploitation du port pour l’amélioration des conditions socio-économiques de cette partie de la province. La population attend impatiemment la fin du moratoire de 45 jours pour l’application effective de l’arrêté Bandu.

Sandrine Lisingi/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising