Connect with us

À la Une

Coup de théâtre à Lubumbashi : un acte d’appel à l’ouverture du procès de Ngoy Mulunda !

Published

on

Chose inhabituelle à laquelle le public lushois a assisté hier à l’ouverture du procès qui oppose Daniel Ngoy Mulunda à l’Etat. On a enregistré un acte d’appel sans qu’il y ait une quelconque option levée par le tribunal !

Alors qu’on était à l’étape de l’ouverture du procès qui oppose l’ancien président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), Daniel Ngoy Mulunda pour incitation à la haine tribale et atteinte à la sûreté de l’Etat, le juge président a été désagréablement surpris de constater un acte d’appel glissé dans le dossier du prévenu, probablement par un greffier au tribunal de paix de Kamalondo.

Face à la situation qui paraît aussi curieuse que surprenante en matière d’instruction, le tribunal n’avait pas d’autre choix que de suspendre l’audience. Celle-ci reprendra ce jeudi 21 janvier avec à l’affiche l’examen du fameux acte d’appel fait en violation de la procédure en la matière.

Pour des praticiens du droit, le fait de glisser un acte d’appel avant même que le procès soit ouvert revient ni plus ni moins à mettre la charrue devant le bœuf. Cela relève d’une manœuvre dilatoire visant à tirer inutilement les choses en longueur en vue d’empêcher le tribunal de prononcer son verdict dans le délai approprié.

Ceux qui se livrent à ce jeu malsain donnent l’impression d’ignorer qu’il s’agit d’un procès en flagrance où toutes les manœuvres qu’on voudrait monter ne serviront à rien. Car, après l’examen du fameux appel, le procès reprendra son cours normal.

Dom/LE PHARE