Connect with us

À la Une

Consultation présidentielle :Dr Martin Mulumba honoré par le président F. Tshisekedi

Published

on

 

Docteur et chercheur en droit public, spécialité droit constitutionnel et institutions politiques de l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Me Martin MULUMBA a été honoré ce jeudi 12 novembre par le président Félix TSHISEKEDI au Palais de la Nation.

Invité aux consultations nationales initiées par le chef de l’État en sa qualité de chercheur et Docteur en Droit constitutionnel, Martin MULUMBA a offert au chef de l’État congolais un exemplaire de sa thèse de doctorat préparée et soutenue à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, et pour laquelle il a obtenu la mention très honorable avec l’autorisation de publication. Il a même été à ce titre, désigné comme un des laureats pour prendre la parole à la rentrée solennelle de l’École doctorale de droit de la Sorbonne.

Martin Mulumba

Cette thèse qui porte sur la conception de la fonction présidentielle en République démocratique du Congo a été réceptionnée avec joie et considération par le président Félix TSHISEKEDI, qui a remercié et félicité Martin MULUMBA pour son effort scientifique qui est une fierté de la République démocratique du Congo et pour sa contribution à ses consultations nationales.

On notera, à ce sujet, que Martin MULUMBA avait même reçu les félicitations du Gouvernement congolais par une lettre lui adressée par le ministre Thomas Luhaka Losendjola de l’Enseignement Supérieur et Universitaire.

Répondant aux questions des journalistes après son entretien avec le chef de l’État, Docteur Martin MULUMBA s’est dit satisfait de l’échange qu’il venait d’avoir avec le président de la République. Il a dit avoir donné son avis technique au chef de l’État sur la situation politique, et qu’il reviendra au chef de prendre les décisions qui s’imposent pour l’intérêt et le salut du peuple.

Pour le Docteur en droit public, le peuple congolais souffre, le président doit faire quelque chose pour que la situation change.

Interrogé sur la coalition Fcc-Cach, le chercheur en droit a démontré que les fondements de la coalition Fcc-Cach étaient fragiles, les acteurs n’ont pas un même objectif, c’est une coalition qui dans sa configuration actuelle ne sert pas le peuple congolais.
Martin MULUMBA qui a apprécié l’initiative du président Félix TSHISEKEDI a affirmé avoir dit au président que le temps est à la fois l’allié et l’ennemi de tout chef de l’État, il n’attend pas, il va-vite, voire trop vite, il faut agir maintenant, car demain il sera trop tard.

Pour Docteur Martin MULUMBA, le président était attentif lors de cet entretien, il prenait même quelques notes, c’est un homme humble et simple..

Selon Martin MULUMBA, le président de la République ne doit pas avoir une main qui tremble pour décider. Il a dit au président que la Constitution vous établit comme chef de l’État et arbitre pour le fonctionnement régulier des services publics et des institutions. “Maintenant que vous avez constaté des divergences persistantes au sein de la /coalition Fcc-Cach sur les fondamentaux de la construction d’un véritable État de droit, il vous appartient de faire usage des moyens juridiques et politiques que la Constitution vous donne pour débloquer la situation”, a-t-il ajouté, avant de rappeler au président que le peuple attend beaucoup de lui. ” Il espère même ce que vous ne pouvez pas faire, mais soyez un président qui, à la fin de son mandat, aura une conscience d’avoir tout fait pour changer la vie de ses concitoyens et avoir mis le pays sur les bonnes bases d’une manière irréversible”.

Interrogé sur les elections en sa qualité d’Expert en Administration d’élections, Martin MULUMBA plaide pour une réforme en profondeur du système électoral congolais. On doit réviser la loi électorale et revoir aussi celle portant organisation et fonctionnement de la Commission électorale nationale indépendante. Pour lui, la Ceni doit être confiée à une personne compétente , ayant un profil adapté aux questions des élections. On doit tenir compte de la compétence ( Diplôme universitaire) et de l’intégrité morale.

Martin MULUMBA n’a pas oublié de parler du droit de vote de Congolais de l’étranger qui sont toujours privés de ce droit fondamental. Il demande à ce qu’on puisse mettre fin à cette discrimination entre les congolais vivants au pays et ceux de la diaspora.

L’Expert en Administration d’élections a aussi évoqué avec le chef de l’État la question du recensement, qui peut être possible dans un meilleur délai avec un schéma pratique et simple qu’il propose, permettant d’identifier la population pour avoir un fichier électoral fiable. Il a promis d’apporter son expertise à ce sujet.

Pour Docteur Martin MULUMBA, le président de la République semble déterminer pour changer les choses, il a promis de s’adresser à la Nation après les consultations, nous devons seulement attendre !

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Coup d’État manqué ou tentative d’assassinat : Didier Kamerhe attend fermement le rapport officiel de la haute hiérarchie du pays

Published

on

Menée par Christian Malanga, un ancien membre des FARDC, la milice “New Zaïre” a orchestré, les petites heures du dimanche 19 mai 2024, une attaque meurtrière à la résidence de Vital Kamerhe, candidat au perchoir de l’Assemblée Nationale et une descente au Palais de la Nation, siège et bureau du président de la République.

La question sur la vraie cible de cette attaque se pose tant dans la population congolaise que dans la sphère politique et divise deux membres du Gouvernement Sama Lukonde II.

Selon le signataire d’un communiqué officiel publié quelques heures après cet acte, Patrick Muyaya, ministre de la Communication et des Médias, porte parole de l’exécutif national, confie que seuls le Palais de la nation, siège du bureau du Président de la République, et la résidence de Vital Kamerhe, en premier, ont été attaqués.

Cette version va se marier à celle du porte-parole des FARDC affirmant avoir déjoué un coup d’État et de l’épouse de Vital Kamerhe, Hamida Chatur, qui sur son compte X a témoigné “une attaque meurtrière qui a principalement ciblé son mari“.

Se confiant aux propos des assaillants, des nouveaux éléments d’apparence non relayés par le communiqué du Gouvernement et la presse congolaise, seront dévoilés le même jour par Jean-Pierre Bemba via le compte X de la Vice-primature, ministère de la Défense Nationale et des Anciens Combattants.

Les résidences de la première ministre Suminwa Judith , du VPM de la défense, Jean-Pierre Bemba et de l’honorable Vital Kamerhe, avant l’étape du palais de la nation, étaient les principales cibles, selon les témoignages des assaillants“, lit-on.

14 heures après cet incident, Didier Kamerhe, frère de Vital Kamerhe, appelle la communauté congolaise à rester factuelle en attendant les résultats des enquêtes officielles en cours et soulèvent les quatre points suivants :

1. Le point de départ de ce qu’on présente officiellement comme tentative de renversement de pouvoir à Kinshasa est la résidence d’un simple député mais, il faudrait le préciser, candidat au poste du président de l’assemblée;

2. L’une des gardes du député sort de la parcelle en pleine nuit, soi-disant parce qu’il aurait vu des drones circuler dans le ciel et, comme par hasard, les assaillants profitent de son ouverture du portail pour le braquer, entrer dans la parcelle et le ligoter, pendant que d’autres engagent un échange des feux avec les autres gardes dont 2 seront tués avec un des assaillants;

3. Vue la résistance des gardes restés à l’intérieur de la parcelle du député en question, les assaillants vont se retirer pour prendre d’assaut le palais de la nation sans une résistance sérieuse sur les différentes barrières de sécurité de ce site hautement sécurisé du pays;

4. C’est après la tentative (d’assassinat) manquée à la résidence du député et prise d’assaut très facile du Palais de la nation que, seul, le commandant des assaillants sera abattu.

Optimiste, il soutient cette célèbre phrase “les faits sont sacrés mais les commentaires libres”, pour n’attendre que le rapport Officiel de la haute hiérarchie qui pourra démontrer les commanditaires de cette tentative de déstabilisation des institutions, des officiels et de Kinshasa.

Exaucé Kaya/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte