Connect with us

À la Une

Affaire Puela-Mabunda : enfin, le jour J au Conseil d’État !

Published

on

Sauf changement de dernière minute, l’élue de Bumba et présidente de l’Assemblée nationale, Jeanine Mabunda Lyoko, est attendue ce mercredi 18 novembre 2020 au Conseil d’État. Ce, à la suite de la saisine de l’élu de Matadi Albert Fabrice Puela qui a accusé le bureau de la chambre basse du parlement de n’avoir pas déposé son rapport financier tel que prévu dans l’article 139 du règlement intérieur.

En effet, depuis cette convocation, des voix se sont levées pour réagir face à cette situation. Si pour certains, il y a eu bel et bien violation du règlement intérieur de l’Assemblée nationale, d’autres par contre estiment qu’il n’y a pas eu violation. Ils estiment qu’il y a bel et bien un schéma orchestré derrière Albert Fabrice Puela pour chercher à déstabiliser l’Assemblée nationale en ce temps où elle se penchait sur des matières importantes pour l’avenir de la République notamment l’examen du projet de budget 2021.

Au cours d’un point de presse tenu mardi 17 novembre 2020, les députés nationaux TOENGAHO et André TAMBWE ont donné toutes les lumières concernant les procédures parlementaire et juridique concernant le dépôt du rapport de gestion 2019 de l’Assemblée nationale.

Prenant la parole, le professeur TOENGAHO a démontré preuve à la main que le bureau a bel et bien déposé le rapport le 15 avril 2020 alors que la session marquée par la covid-19 s’était ouverte le 16 mars 2020. La commission mise en place a présenté son rapport qui a été discuté et adopté le 7 juillet par la plénière.

Et revenant sur l’aspect juridique de cette démarche de Puela, le député André TAMBWE a expliqué le défaut de qualité dans le chef du requérant qui se substitue à la plénière qui a le pouvoir de déchoir le bureau. Et même par rapport à l’objectif de sa démarche, le Conseil d’État n’est pas qualifié pour statuer sur les décisions souveraines de la plénière de l’Assemblée nationale.
Aucune disposition constitutionnelle ne prévoit l’anéantissement du bureau au profit du secrétaire général de l’administration pour défaut de présentation du rapport.

Face à cet état de chose, les regards de l’opinion publique sont tournés vers la juridiction chapeautée par le professeur Vunduawe Te PeMako pour en savoir un peu plus si elle dira le vrai droit ou subira la pression politique.

MUAMBA MULEMBUE CLÉMENT/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Gestion de la Direction générale des recettes du Kasaï Central «DGRKAC» : La Commission Kayombo dédouane le gouverneur sortant John Kabeya de l’enquête

Published

on

La gestion du gouverneur sortant du Kasaï Central, John Kabeya Shikayi, n’a pas fait l’objet d’une enquête de l’Assemblée provinciale. C’est ce qu’a révélé le député provincial Bob Kayombo, président de la Commission spéciale mise en place par l’organe délibérant du Kasaï Central pour enquêter sur la gestion de la Direction générale des recettes du Kasaï Central, «DGRKAC». Il l’a dit dans une interview accordée à la presse au lendemain de l’adoption des recommandations issues de cette enquête, le vendredi 14 Juin.

D’après cet élu de Kazumba, le travail effectué par sa Commission a été sapé. Bob Kayombo s’indigne de constater que les responsables directs cités dans son rapport ne soient pas mis en justice et parle d’un acharnement de certains élus provinciaux sur la personne de John Kabeya Shikayi.

” L’enquête que nous avons menée ne concerne nullement la gestion du Gouverneur Kabeya. J’ai été sidéré, séance tenante, de voir certains députés provinciaux citer le Gouverneur sortant et estimer qu’il soit déféré devant la justice pour des raisons que j’ignore jusqu’à présent. Mes regrets c’est de voir les dirigeants de la DGRKAC que nous devrions blâmer être blanchis pour des raisons inavouées. Mais les gens qui n’ont même pas fait objet d’une enquête soient assimilés aux gestionnaires directs de la DGRKAC. Nous n’avons pas enquêté sur la gestion du gouverneur Kabeya…”, explique-t-il sous un ton fort.

Concernant la gestion de la DGRKAC qui a fait l’objet de l’enquête de sa Commission instituée par la Première institution du Kasaï Central, le député Bob Kayombo s’est indigné des révélations recueillies lors de cette enquête et met plutôt en cause l’équipe dirigeante de cette régie financière provinciale.

On ne peut pas accepter que notre seule source de revenus soit dirigée avec légèreté et amateurisme. Nous avons constaté un dysfonctionnement dans l’appareil de gestion de cette régie, commençant par la Direction générale jusqu’aux agents commis aux postes de péages. Nous sommes allés sur terrain, où les agents se servent à souhait les fonds de l’État. Il y a eu exactement des détournement sûrement, les fonds perçus dans les centres Kazumba et Luiza n’ont pas été tracés.”, martèle-t-il.

Pour rappel, c’est après son départ de Kananga, chef-lieu de la province du Kasaï Central le 30 avril passé, qu’un cafouillage a été constaté dans la gestion de la régie financière entretenue, d’une part, par le ministère provincial des Finances, les responsables de la DGRKAC et le gouverneur ad intérim.

J.M.(C.P.)/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte