Dev Solaire

Connect with us

À la Une

Chebeya 10 ans déjà : la FBCP veut faire payer le prix aux véritables assassins !

Published

on

1er juin 2010 – 01 juin 2020 : l’ONG des droits de l’homme “Fondation Bill Clinton pour la paix”( FBCP) se souvient du double assassinat de Floribert Chebeya et Fidèle Bazana.

Dix ans après leur mort tragique, la “Fondation Bill Clinton pour la paix” plaide pour la réouverture du procès et la poursuite des vrais assassins de ces deux activistes des droits de l’homme.

Dans une déclaration à la presse dimanche 31 mai 2020 relayée à la Radio Onusienne, le président de cette ONG, Emmanuel Adu Cole, estime qu’il est inacceptable que les vrais assassins soient toujours en liberté et que des innocents en paient le prix.

“L’assassinat de notre collègue Floribert Chebeya est une affaire qui concerne tout le monde. Mais, nous avons constaté que c’était une affaire de montage. Et que le major Paul Mwilambwe qui est au Sénégal a tout dit. Le colonel Daniel Mukalayi est pris en otage. Le principal auteur de cet assassinat est connu, c’est un général. C’était un crime d’Etat, l’innocent ne peut pas payer le pot-cassé. Il faut que les coupables puissent se retrouver en prison”, a-t-il regretté.

L’ONG envisage de mener des démarches pour que les vrais assassins de Floribert Chebeya puissent payer le prix et que les innocents soient libérés

“Nous appuyons la demande de major Paul Mwilambwe qui est au Sénégal. Nous voulons qu’il y ait la réouverture du dossier parce que le colonel Daniel à l’époque ne pouvait pas tout dire parce que sa sécurité n’était assurée”, a-t-il conclu.

Pour rappel, le 1er juin 2010, il est convoqué au siège de l’Inspection générale de la police, alors dirigée par le général John Numbi. Le lendemain, son corps sans vie est retrouvé dans une voiture, la scène grossièrement maquillée en affaire de mœurs. Son chauffeur Fidèle Bazana est porté disparu, son corps n’a jamais été retrouvé.

À l’époque, un premier procès a lieu: John Numbi est suspendu et huit policiers, dont Paul Mwilambwe, sont inculpés. Quatre d’entre eux sont condamnés à la peine de mort et un à perpétuité. Paul Mwilambwe réussit à prendre la fuite et se réfugie au Sénégal. En 2015, en appel, quatre des policiers sont acquittés, faute de preuves. Le cinquième voit sa peine réduite à 15 ans de prison.

Depuis 2014, au Sénégal, une procédure est en cours, après une plainte des familles des deux victimes contre Paul Mwilambwe, protagoniste présumé de ce double assassinat.

Témoin capital

En ce temps, le major Paul Mwilambwe est alors en charge de la sécurité des bureaux de l’inspection générale de la police nationale. Il a au cours d’un entretien en 2019 avec nos confrères de Tv5 affirmé avoir tout vu sur les caméras de vidéosurveillance. Il accuse le général John Numbi, chef de la police en 2010, d’être “le commanditaire” de l’assassinat et le major Christian Ngoy d’en être “l’acteur principal”. Ce dernier serait actuellement “à Lubumbashi protégé par l’ancien pouvoir”, selon ce témoin capital de l’affaire. Quant au donneur d’ordre, Paul Mwilambwe n’a aucun doute : “C’est le président Kabila”.

Promesse de Félix Antoine Tshisekedi

3 mois après son installation à la tête de la RDC, le président congolais a d’après Jeune Afrique, reçu à Washington des proches de l’un des deux experts de l’ONU assassinés en mars 2017, ainsi que la veuve de Floribert Chebeya, assassiné en 2010. Il leur a promis « d’intervenir au cas où il y aurait blocage » dans le déroulement des procédures.

MUAMBA MULEMBUE CLÉMENT/CONGOPROFOND.NET

error:
%d blogueurs aiment cette page :