Connect with us

À la Une

CENI : A quoi joue Christophe Mboso ?

Published

on

L’Assemblée nationale avait accordé un délai supplémentaire de 72 heures aux confessions religieuses courant de samedi 14 au mardi 17 aout 2021.
Les responsables catholiques demandent la prolongation de ce délai après l’avoir laissé s’écouler. C’est à croire que notre pays est soumis au rythme et au bon vouloir de la CENCO.

Christophe Mboso qui est lui-même un fervent catholique est en train d’accorder un droit de véto à la CENCO, encourager cette dernière à bloquer le processus de désignation du président de la CENI et organiser ainsi le glissement. Sinon, comment comprendre que ce processus va de report en report ? Et pourtant, les responsables catholiques et protestants ont montré leur manque de considération en rejetant et boycottant la Commission mixte paritaire qui est pourtant l’émanation de l’Assemblée nationale, comme l’a écrit Mboso lui-même dans sa lettre à CENCO et ECC.

Déjà, la CENCO et l’ECC avait auparavant violé la charte des confessions religieuses en refusant d’aller au vote après le constat de manque de consensus.
Par son attitude, notre Parlement est en train de légitimer un groupe de 2 confessions, en rabaissant une plateforme de 6 confessions. De prétendre que les 2 sont les religions les plus populaires est une injustice et une humiliation aux millions des Congolais qui prient dans les 6 autres confessions religieuses. Sommes-nous moins importants devant Dieu que les catholiques et les protestants ?

C’est pourquoi, nous ne comprenons pas la timidité des 6 autres confessions religieuses devant tant d’humiliations vis-à-vis d’eux-mêmes, et ensuite du candidat qu’ils ont choisi. D’ailleurs, il nous revient que CENCO et ECC profitent de ces prolongations pour approcher au moins 2 des 6 chefs religieux pour qu’ils changent leur choix en se rangeant du côté des catholiques et des protestants.

Rafiki Hamuli


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Kaniama Kasese : 200 volontaires de Kasumbalesa en route pour le Centre de formation “Félix Tshisekedi”

Published

on

Après ceux de Kinshasa, Mbuji-Mayi et Lubumbashi, c’est au tour de quelques jeunes de Kasumbalesa de se voir doter de la tenue bleue et jaune, symbole du Service National, fièrement portée par les “Bâtisseurs” de la République. Parmi ces jeunes, 60 % sont des volontaires désireux de servir la nation à travers cette structure étatique. Ils seront soumis à une formation paramilitaire, laquelle sera suivie d’un apprentissage des métiers au sein du Centre de formation “Félix Tshisekedi” à Kaniama Kasese.

C’est dans une ambiance des chants, des cantiques de remerciements aux autorités que chacun de ces jeunes volontaires a reçu des tenues bleues et jaunes, symbole du service national, et ont embarqué pour Kaniama Kasese en vue d’un séjour qui vise une transformation civique.

Ces volontaires viennent donc tordre le coup aux rumeurs qui laissaient croire que leurs prédécesseurs, récemment transférés à Kaniama Kasese, ont été victimes de l’arbitraire et seraient sous le coup de la torture.

Éduqués aux métiers, ces jeunes seront envoyés à travers le pays afin de contribuer au développement de la nation en cultivant, en construisant des écoles et des hôpitaux après leur temps de rééducation et de formation à Kaniama Kasese.

De son côté, le général major Jean-Pierre Kasongo Kabwik, commandant du Service National, rassure que tout est fait selon les instructions du Président de la République, c’est-à-dire celles relatives au respect des droits de l’homme.

Ces nouveaux pensionnaires du centre de formation et d’encadrement Félix Antoine Tshisekedi rejoignent une autre vague de Lubumbashi pour Kaniama Kasese. À leur arrivée, ces nouveaux locataires du Centre d’Instruction et de Formation Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo seront soumis à des formations élémentaires sur le civisme, la maçonnerie, l’électricité, la mécanique automobile. Ces formations seront sanctionnées par des brevets.

Il sied de rappeler que ces nouveaux pensionnaires venus du Haut-Katanga et de Kasumbalesa rejoignent les groupes qui sont déjà arrivés de Kinshasa et du Kasaï oriental. L’objectif de cette fusion est de consolider l’unité et la cohésion nationale, mission capitale du Service National, qui est directement liée à la présidence de la République.

Monica Bubanji/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte