mbet

Connect with us

À la Une

Puela et Muyaya formels : ” le respect des droits humains dans les zones d’opérations de l’état de siège est de rigueur…”

Published

on

Le ministre de la Communication et des medias, Patrick Muyaya, et son collègue des Droits humains, Albert Fabrice Puela, ont tenu conjointement un briefing ce lundi 16 août 2021 devant la presse pour éclairer sur la situation des droits humains durant l’état de siège.

Après que les membres du gouvernement concernés par la situation d’état de siège, se soient expliqués à l’Assemblée nationale, le ministre de la Communication a estimé bon que celui des Droits humains soit devant les médias pour éclairer l’opinion sur son évolution dans le volet le concernant.

“Depuis le lancement de l’état de siège, nous communiquons beaucoup sur ce sujet. Aujourd’hui, nous avons choisi de le faire un peu plus spécialement sur les questions de droits humains parce que nous avons reçu des questions sur ce sujet”, a expliqué le porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya.

Il a, par ailleurs, rappelé que c’est la suite de l’ordonnance signée le 04 juillet dernier sur le programme de Désarment, Démobilisation, Relèvement communautaire et stabilisation (DDRC-S).

Durant l’état de siège, beaucoup de redditions sont enregistrées et cela doit être encadrées. D’où, le rôle que va jouer le programme DDRC-S. Et d’après, le ministre de droits humains, l’état de siège a été proclamé pour résoudre un certain nombre de problèmes, notamment ramener la paix dans la partie Est du pays.

“Nous sommes dans un processus de recherche des résultats. C’est ce que nous avons rappelé aux deux gouverneurs militaires”, a indiqué Fabrice Puela, avant de souligner que les progrès significatifs sont enregistrés depuis l’annonce de cet état de siège.

Le ministre des Droits humains a aussi noté un certain retard enregistré dans le transfert des dossiers de la juridiction civile à la juridiction militaire pour leur prise en charge. Il rassure que les choses sont en train de se régulariser. Il rappelle que toute personne aussi civile que militaire, quand elle exerce une parcelle d’autorité a tendance à en abuser.

“Et dans le cas de la proclamation de l’état de siège, plusieurs partenaires avaient pensé que l’état de siège serait utilisé comme un alibi pour violer les droits de l’homme. Et c’est loin d’être le cas car le premier ministre nous avait envoyé pour former, recycler, les différents acteurs civils et militaires”, a-t-il déclaré.

Il a souligné une réelle volonté des autorités de vaincre les poches d’insécurité, de stabiliser la partie Est du pays. Il a invité la population à donner la chance à ce processus, car la volonté du gouvernement est bel et bien palpable. Somme toute, les ministres Puela et Muyaya sont formels : ” le respect des droits humains dans les zones d’opérations de l’état de siège est de rigueur…”

À la question sur la demande de la société civile de Béni de restituer aux civils les prérogatives judiciaires et que les militaires restent concentrés sur les aspects de la guerre, le ministre est très clair: ” le problème est très complexe sur le plan doctrinal”. Il a souligné que cette requête mérite d’être prise en compte. C’est ainsi que le tribunal pour enfants a été remis sous la juridiction des civils.

Mais, il précise que les infractions militaires doivent être examinées par la justice militaire comme le veut la loi.

Quant à la nomination d’un ancien rebelle à la tête du programme DDRC-S, tel que décrié par le prix Nobel Mukwege, Patrick Muyaya explique les raisons qui justifient le choix porté sur lui. “Le profil que doivent avoir les animateurs de ce programme, doit répondre à un certain nombre de critères. L’essentiel est de marcher la main dans la main. Cet ancien rebelle a un parcours qui a poussé le gouvernement à le choisir à ce poste”, a-t-il expliqué.

Soulignons que la ministre de Justice qui devait prendre part à ce briefing s’est excusée, car elle est appelée à répondre à un rendez-vous à la Primature.

Petit Ben Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Un policier et un civil tués ce dimanche à Djugu :”Même un abattoir a des normes à suivre !», s’exclame le chef du groupement Bedja-Magosa

Published

on

Les éléments de la milice CODECO ont signé une nouvelle incursion la matinée de ce dimanche 22 mai 2022 au village Scierie-Abelkozo, dans le groupement Bedja-Magosa, en secteur de Banyali Kilo, dans le territoire de Djugu en Ituri.

Lors de cette enième incursion, ces miliciens ont tué un policier et un civil avant de détaler.

Information livrée à CONGOPROFOND.NET par le chef du groupement précité qui indique que ce village se vide de nouveau de ses habitants.

Mombiane Basiloko informe par ailleurs que la plupart des auteurs de ce forfait ont été identifiés par les habitants. «Je ne sais pas comment expliqué. Ils ont attaqués le matin et ont tué un policier et un civil. J’ai déjà dénoncer plusieurs fois, même l’abattoir à des normes à suivre », s’est-il inquiété.

Cette autorité coutumière en appelle à l’implication des autorités compétentes pour rétablir l’autorité de l’État dans cette partie de Djugu, l’un des territoires «les plus meurtris» de la province de l’Ituri, sous état de siège depuis plus d’une année.

Verite Johnson/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising