Connect with us

non classé

« Cause Rurale » lance le projet  » Migrations et violences faites aux femmes » à la frontière avec l’Angola

Published

on

Les expulsions sauvages et cruelles des Congolais d’Angola, ainsi que leurs conséquences néfastes dans les provinces frontalières de la RDC ont retenu l’attention du Fonds Africain pour le Déloppement de la Femme (AWDF).

Cette structure a accepté d’appuyer un Projet initié par « CAUSE RURALE » afin de contribuer au respect de la dignité humaine des femmes et jeunes filles dans cette migration transfrontalière en RDC.

Ce Projet dont le lancement est intervenu ce samedi 23 mai 2020 au siège national de Cause Rurale à Ndjili, couvre les provinces du Kwango, Kasaï central et Kongo Central.

A en croire la Coordinatrice de Cause Rurale, Pélagie Makiedika, sa structure menera, dans le cadre de ce projet, outre les activités de la sensibilisation, un plaidoyer auprès des services et autorités des pays impliqués pour une bonne prise en charge de la question de migration et surtout des victimes des atrocités commises sur les migrants en violation des instruments juridiques que l’Angola et le Congo Brazza qui en sont auteurs, ont ratifié.  » À titre illustratif, depuis 2005, des filles vivant les provinces frontalières avec l’Angola sont victimes des certaines pratiques ( trafics sexuels par leurs propres parents) pour des besoins d’argent. Celles-ci sont donc données précocement en mariage aux SOBA ou chefs traditionnels angolais dont l’écart d’âge varie entre 40 et 60 ans parfois en complicité avec certains garçons desdites provinces qui négocient ces genres de relations… », a expliqué Pélagie Makiedika, coordinatrice/Cause Rurale.

Pour y arriver,
un forum est prévu dans les prochains jours pour aborder sans tabous la question de migration et toutes ses implications dans les provinces touchées.

Notons que la cérémonie du lancement de cette campagne s’est déroulée en présence du PCA de Cause Rurale, Abbé Phocace PFUNGA PFUNGA et de celui de ZIBULA MESO, Martinez NGYALUKA.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

non classé

Contrôle technique des véhicules à Boma: Dr Guy Bandu apporte une bouée de sauvetage à la population 

Published

on

Alors que le gouverneur du Kongo Central travaille pour la cohésion provinciale et la promotion de l’équilibre géo-économique, beaucoup le voient d’un mauvais oeil. Guy Bandu Ndungidi a signé dernièrement un arrêté rendant obligatoire le contrôle technique de tout véhicule et matériels roulants d’occasion à l’importation, en conventionnel ou en container. La délivrance du bon de sortie des véhicules ne se fera désormais qu’après le résultat dudit contrôle. Pour l’heure, seul le port international de Boma dispose des infrastructures adéquates quant à ce.

Des faits

Plusieurs cas d’accidents signalés sur la route nationale n°1. Une situation dûe, à en croire certains témoignages, au mauvais état des véhicules. Il n’est un secret pour personne que depuis un temps circuler dans la ville de Matadi est devenu un casse-tête. Des embouteillages monstres sont observés sur les grandes artères, principalement vers l’entrée du pont OEBK, à cause des véhicules remorques se dirigeant au port MGT.

Selon les témoignages de certains déclarants, actuellement plusieurs navires sont en mouillage, des containers bloqués aux ports de transit faute d’espace à MGT.

Enfin, le Bas-fleuve avec son unique ville Boma est économiquement malade à cause de l’effondrement des activités portuaires.

Evaluant de près la situation et tenant compte des paramètres socio-économiques, le gouvernement provincial a pris l’option de s’appuyer sur l’arrêté Tsasa-di-Ntumba dans le souci de réglementer et réguler les activités économiques.

Pour rappel, cette décision fait suite à un atelier de deux jours organisé au gouvernorat avec la participation de tous les intervenants portuaires y compris les armateurs et la Fec. L’arrêté Bandu n’est que la mise en application de l’une des 26 recommandations assorties de ces assises.

De l’avis d’un juriste

Pour Me Willy Mbadi, c’est du bon droit que le gouverneur a signé cet arrêté soutenu par une forte légitimité au nom de l’équilibre économique provincial entre les deux principaux pools constituant le Kongo Central à savoir l’Est et l’Ouest. Dans tous les cas, la partie droite du fleuve Congo se réjouit et remercie le président de la République, son Excellence Félix-Antoine Tshisekedi qui a enfin accompli, au travers le gouverneur du Kongo Central le Docteur Guy Bandu Ndungidi, sa promesse faite aux Bomatraciens de relancer l’exploitation du port pour l’amélioration des conditions socio-économiques de cette partie de la province. La population attend impatiemment la fin du moratoire de 45 jours pour l’application effective de l’arrêté Bandu.

Sandrine Lisingi/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising