Connect with us

À la Une

CAMI: en colère, les activistes des droits des femmes et ressources naturelles exigent la remise et reprises !

Published

on

La représentativité des femmes dans les entreprises de l’État demeure un casse-tête pour les féministes. L’installation officielle de Mme Chantal BASHIZI désignée directrice générale au cadastre CAMI depuis 2018 traine sans raison valable. Une situation préoccupant les organisations féminines qui crient à la violation de l’article 14 de la constitution de la République et au non respect de la résolution 1325.

Réunies à Kinshasa ce 23 juin 2021 face à la presse, les organisations féminines œuvrant pour les droits des femmes et les ressources naturelles ont exprimé leur mécontentement sur le retard « machiavélique » de la prise officielle des fonctions de la nouvelle DG du CAMI. Nommée, en effet, en décembre 2018 sous le premier ministre Bruno TSHIBALA c’est à peine que la nouvelle mandataire de l’Etat au CAMI a reçu sa notification de l’actuelle ministre des Mines Mme Antoinette NSAMBA.

Rappelons que l’ancien ministre KABUELULU avait reçu les copies conformes de 5 ordonnances pour notification aux impétrants dont 4 hommes et une femme. Les 4 autres mandataires à savoir ceux du Centre d’expertise, d’évaluation et de certification (CEEC); Service d’assistance et d’encadrement de l’exploitation minière artisanale à petite échelle ( SAEMAPE); Service géologique national du Congo (SGNC) et (CRM), étaient déjà installés à l’exception de la nouvelle patronne du CAMI.

« Nous insistons sur la discrimination de la femme », a déclaré le consortium à la presse.

A en croire la déclaration lue par Mme Mignonne MBOMBO, membre du consortium, le nouveau report de la remise et reprise au 2 Juillet prochain accuse une certaine léthargie. Laquelle situation pourrait mettre en mal l’avenir du CAMI, structure importante de la gestion du secteur minier de la RDC.

Pour information, Mme Chantal BASHIZI a eu à occuper la fonction de vice-présidente de la commission gouvernementale chargée chargée de la révision du Code minier. La laisser mettre en œuvre les modifications qu’elle a eues personnellement à intégrer dans ce nouveau code serait un véritable coup de pouce dans le secteur minier .

Les organisations féminines pour les droits des femmes et les ressources naturelles exigent que la date de remise et reprise entre les 2 directeurs, tel qu’indiqué par le premier Ministre Sama LUKONDE ne connaisse plus aucun report.

Au total 6 femmes représentant 6 organisations féminines étaient face à la presse composée essentiellement d’hommes.

Flore KAYALA MUKALA/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Goma: Sur recommandation du Premier ministre, le couvre-feu est levé !

Published

on

Le couvre-feu a été levé ce lundi 26 septembre sur toute l’étendue de la ville de Goma. En revanche, il reste en vigueur dans le reste de la province du Nord-Kivu « en attendant l’amélioration des conditions sécuritaires ». Cette mesure avait été décrétée dans cette province dans le but de protéger la population pendant la période des fêtes de fin d’année en 2021, caractérisée par un pic inhabituel d’insécurité.

La levée de cette mesure dans le chef-lieu du Nord-Kivu intervient peu après la mission de suivi-évaluation de l’état de siège « en vue de réorienter les actions pouvant contribuer à rétablir la paix et la sécurité durables dans cette partie de notre territoire national », effectuée par le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde en Ituri et au Nord-Kivu

A cet effet, il avait été demandé au gouverneur militaire d’évaluer son efficacité, après les nombreuses plaintes des populations exaspérées par les tracasseries.

« Nous devons nous assurer avec les autorités militaires que nous puissions mettre fin à toutes ces questions, surtout des questions des tracasseries qui ont été mentionnées. Nous estimons que nous, en tant qu’autorités, devons suivre ce que la population nous dit et travailler dans le sens de lui garantir son bien-être. C’est une population qui n’a que trop souffert et donc nous sommes très sensibles aux messages qui nous sont donnés. Nous avons eu aussi cette demande qui nous a été faite, particulièrement pour la ville de Goma, en ce qui concerne les restrictions en termes de déplacements. Nous avons discuté avec le Gouverneur militaire et donné une indication pour qu’il puisse très vite, réunir le conseil de sécurité et voir les modalités, tout en garantissant la sécurité ici dans la ville de Goma », avait ajouté le Premier ministre Sama Lukonde.

Signalons qu’une première journée ville morte a été observée ce lundi 26 septembre à Goma à l’appel des forces vives et de la société civile en protestation de l’occupation depuis plus de 3 mois de la cité de Bunagana par le M23 et de l’état de siège, jugé inefficace.

Franck Kaky/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising