Connect with us

À la Une

Beni: Tentative d’assassinat d’un journaliste par un militaire, l’auditorat se saisit du dossier

Published

on

Le journaliste Saddam Patanguli qui a échappé à un assassinat par un militaire «incontrôlé» des Fardc, a saisi l’auditorat militaire de garnison de Beni-Lubero sur le danger qu’il court dans l’exercice de son métier. Le mercredi 12 juin, une plainte a été déposée devant l’auditeur militaire. Il émet le vœu de voir son bourreau, bien identifié, être poursuivi pour «tentative d’assassinat et menaces de mort».

En effet, l’affaire remonte au dimanche 9 juin le soir, au quartier Kalinda. Le journaliste Saddam affirme avoir été braqué un revolver par un militaire qui serait identifier comme secrétaire au bureau de renseignements militaires de l’opération Sokola 1(TD) en ville de Beni. Le militaire est gradé capitaine et reprocherait le journaliste de «couvrir des manifestations politiques». N’eût été les taximans motos qui assistaient à ces menaces, le journaliste serai mort, affirme-t-il. Ces témoins ont alerter avec des klaxons de leurs motos et empêcher le militaire de «tirer» sur le journaliste.

Le présumé bourreau n’a pas cesser de promettre la mort au journaliste qui dit ne rien se reprocher dans l’exercice de son travail.

Saddam Patanguli est journaliste à la Radio télévision Rwanzururu ( RTR) Beni.

Delphin Mupanda/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Stanis Bujakera sur TV5 : “La surpopulation à la prison de Makala conduit à des fréquents décès par étouffement…”

Published

on

Le journaliste Stanis Bujakera, ancien détenu de la prison centrale de Makala en République démocratique du Congo, a dénoncé ce week-end les conditions “inhumaines” que subissent les personnes incarcérées dans cette maison pénitentiaire.

Invité du journal sur TV5 Monde, le correspondant de “Jeune-Afrique” a brandi des images inédites, filmées durant son séjour dans la prison. Ces vidéos montrent le calvaire de ces misérables prisonniers.

Il affirme que les prisonniers de Makala mangent un repas de moins consistant, une seule fois par jour. Et que plusieurs cas de décès son enregistrés à cause notamment de l’étouffement.

Nous avons d’abord l’hébergement qui est marqué par la surpopulation qui conduit à des fréquents décès notamment. Il y a des maladies diverses, les prisonniers qui dorment perchés sur les latrines, maigre repas de très mauvaise qualité servi une seule fois par jour entre 17h et 18h“, a révélé Stanis Bujakera Tshamala.

Aussi, fait-il savoir, la cuisine y est faite avec des bois pour nourrir 15.000 personnes et que l’eau ne coule pas aux robinets à la prison centrale de Makala.

l’eau qui y est fournie, c’est grâce aux dons. Les latrines sont hors-service ou inutilisables par manque d’eau et vous avez des pavillons qui disposent de 2, 3 ou 4 toilettes pour des centaines de personnes“, dit-il.

En réaction, le ministre congolais de la Justice, Constant Mutamba a indiqué que le processus de désengorgement des prisons a été déjà entamé en RDC. Le ministre Mutamba affirme que les prisonniers mangent environ 3 fois le jour.

Construite pour une capacité d’accueil de 1500 personnes, la prison de Makala, à Kinshasa compte plus de 15.000 détenus à ce jour, selon le journaliste Bujakera.

Willy Theway Kambulu/ CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte