Connect with us

À la Une

APOLOSA, un patrimoine en perdition

Published

on

Tel est le titre de l’ouvrage que notre confrère Asimba Bathy publie, ce samedi 26 septembre en Belgique, aux éditions du Crayon Noir.

Profitant du confinement, l’auteur de cette publication s’est enfermé en questionnant l’histoire dans tous les sens. D’où l’écriture de quatre livres en trois mois : « Lita Bembo, bête de scène, le roi des spectacles » ; « Emeneya, la perle rare de la musique congolaise » et, en plus d’un roman au titre de « L’Enfer à la mayonnaise », « Apolosa, un patrimoine en perdition » qui retrace la vraie histoire de la bande dessinée congolaise à travers la revue « Jeune pour Jeunes ».

Qui est le vrai père d’Apolosa, ce personnage à la fois célèbre et mythique ? Quid de sa reprise et de sa pérennité ? D’où vient la bande dessinée congolaise, à quel moment est-elle réellement née, qui en est ou en sont les vrais pères ?

Ecrit par un témoin majeur et acteur de la bande dessinée congolaise, cet ouvrage a le mérite d’être considéré comme une boussole incrustée dans un pendule qui autant remet le temps à l’heure exacte, l’oriente dans la bonne direction pour bien recadrer les choses.

Denis Boyau Loyongo qui vient de nous quitter, le créateur de la ribambelle de personnages : Apolosa, Kikwata, Sinatra dit Kasaduma, Durango, Errol, Molok, Sawa, Trabet, Mikanfer, Wabuza, Coco, Didi, Zwezwe, Mokomboso, Tonton Skol, personnages qui ont défini son identité et donné ses lettres de noblesses à la bande dessinée congolaise y a une bonne part.

À ses côtés, on découvre le premier carré des dessinateurs congolais de bande dessinée comme Sima Lukombo, Lepa Mabila Saye plus connu sous le pseudo de « LEPAS », Djeis Djemba, Mavitidi Lusuki alias « Mavilus », Ekunde Bosuku, Mongo Cissé dans un jeux de qui a fait quoi.

La deuxième partie de cette œuvre de 108 pages offre des planches originales exhumées des archives de l’auteur pour rafraîchir la mémoire des anciens et raviver celle de nouveaux jeunes.

Un ouvrage recommandé à tous et qui peut bien faire l’objet d’un livre de chevet.

Kinshasa pourra le recevoir début octobre.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Goma: Sur recommandation du Premier ministre, le couvre-feu est levé !

Published

on

Le couvre-feu a été levé ce lundi 26 septembre sur toute l’étendue de la ville de Goma. En revanche, il reste en vigueur dans le reste de la province du Nord-Kivu « en attendant l’amélioration des conditions sécuritaires ». Cette mesure avait été décrétée dans cette province dans le but de protéger la population pendant la période des fêtes de fin d’année en 2021, caractérisée par un pic inhabituel d’insécurité.

La levée de cette mesure dans le chef-lieu du Nord-Kivu intervient peu après la mission de suivi-évaluation de l’état de siège « en vue de réorienter les actions pouvant contribuer à rétablir la paix et la sécurité durables dans cette partie de notre territoire national », effectuée par le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde en Ituri et au Nord-Kivu

A cet effet, il avait été demandé au gouverneur militaire d’évaluer son efficacité, après les nombreuses plaintes des populations exaspérées par les tracasseries.

« Nous devons nous assurer avec les autorités militaires que nous puissions mettre fin à toutes ces questions, surtout des questions des tracasseries qui ont été mentionnées. Nous estimons que nous, en tant qu’autorités, devons suivre ce que la population nous dit et travailler dans le sens de lui garantir son bien-être. C’est une population qui n’a que trop souffert et donc nous sommes très sensibles aux messages qui nous sont donnés. Nous avons eu aussi cette demande qui nous a été faite, particulièrement pour la ville de Goma, en ce qui concerne les restrictions en termes de déplacements. Nous avons discuté avec le Gouverneur militaire et donné une indication pour qu’il puisse très vite, réunir le conseil de sécurité et voir les modalités, tout en garantissant la sécurité ici dans la ville de Goma », avait ajouté le Premier ministre Sama Lukonde.

Signalons qu’une première journée ville morte a été observée ce lundi 26 septembre à Goma à l’appel des forces vives et de la société civile en protestation de l’occupation depuis plus de 3 mois de la cité de Bunagana par le M23 et de l’état de siège, jugé inefficace.

Franck Kaky/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising