mbet

Connect with us

À la Une

Anniversaire de l’UDPS: un meeting prévu ce 15 février à Sainte Thérèse

Published

on

Comme une réponse au récent meeting de Lamuka, l’UDPS sera ce 15 février au terrain Sainte Thérèse à N’djili.
L’annonce a été faite ce lundi 04 février par le Secrétaire Général adjoint, Augustin Kabuya.
C’était au cours de la matinée politique tenue au siège du parti à Limete.
Cette date du 15 février correspond à la commémoration de la fondation de l’UDPS, soit 37 ans plutôt.

Augustin Kabuya n’a pas manqué de réagir aux questions de l’heure sans langue de bois.
S’agissant de la rumeur qui court sur le recrutement des militaires au sein des militants de l’UDPS.
Il a répondu que l’UDPS ne recrute pas des mercenaires.
S’il y a des militants qui ont des ambitions, ils doivent déposer leurs CV dans leur cellule et section respectives. Ces dernières vont ensuite les transmettre aux fédérations.
Même les secrétaires nationaux et adjoints qui ont des ambitions doivent déposer leurs dossiers à la commission chargé de la gestion des ambitions, créé à cet effet.
” Nous ne voulons pas du clientélisme au sein de notre parti. Je tiens à décourager cette attitude,” a-t-il martelé.
Le SGA de l’UDPS s’est ensuite littéralement attaqué à Lamuka.
Il a qualifié ces ténors d’être des commissionnaires à la solde de Moïse Katumbi.
” Lamuka est une bande des commissionnaires à la solde de Katumbi.
Fayulu a trahi le peuple en monnayant sa voix à l’Assemblée provinciale pour son frère Kimbuta. Si une telle personne est nommée au sommet de l’État, il vendra le pays au plus offrant.
Quel est le bilan des commissionnaires de Bemba et Katumbi ? Comment expliquer aujourd’hui que les gens que nous avons fabriqué, aujourd’hui peuvent-ils se prévaloir être nos concurrents?,” s’est il interrogé.

Pour lui, l’UDPS ne permettra pas qu’on lui manque du respect. “L’UDPS va reprendre le chemin de la rue pour nous faire respecter,” a-t-il déclaré. Muzito n’a pas été épargné par Kabuya. Pour lui, l’ancien 1er Ministre n’est pas un modèle ni un exemple.
” Muzito n’est réfléchi pas par lui même. Son esprit n’est pas indépendant.

Il nous disait avec Kabund à Genève que nous devons collaborer avec Katumbi, ” a-t-il révélé.
Il a aussi demandé aux militants de l’UDPS de respecter Vital Kamerhe qui est selon lui, ” le seul qui a cru en nous alors que tout le monde nous a abandonné. ”

TMB/ CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

À la Une

Congrès pour la désignation d’un membre de la cour constitutionnelle : Bahati tente un passage en force !

Published

on

Le président du Congrès du parlement sur la désignation d’un membre de la cour constitutionnelle, Modeste Bahati Lukwebo, a créé un incident à la plénière de ce vendredi 27 mai.

Alors que les discussions de poursuivaient et que les parlementaires (députés et sénateurs) ont émis le vœu de passer au vote de la plénière après l’échec de la commission paritaire mixte mise en place en vue d’étudier les dossiers de candidature, Bahati a d’abord tenté de remettre la procédure à la case du départ en insistant sur le fait que c’est au sénat qu’il appartient de désigner seul le représentant de la cour constitutionnelle pour le quota du parlement.

Les sénateurs et députés nationaux présents à la plénière ont trouvé en Bahati Lukwebo la volonté manifeste de saper les efforts des parlementaires sur la procédure.

Un comportement étonnant, en effet, d’autant plus qu’aucun texte règlementaire n’établit que le candidat devrait provenir du sénat. Qu’à cela ne tienne, les parlementaires ont accédé à la demande d’accorder l’avantage au sénat, étant donné que l’assemblée nationale, elle, a à son compte les deux autres juges auprès de cour constitutionnelle.

Pour cette raison, cinq candidats ont été éliminés et les deux qui sont restés dans la course sont membres du sénat.
Bahati étonne les parlementaires en voulant coûte que coûte faire placer un sénateur de son obédience politique. Les ambitions politiques du président du Sénat sont mises au jour.

Devant l’ambition de faire placer son juge à la cour constitutionnelle, Bahati a empêché les parlementaires de procéder au vote. Sous l’effet de la colère, il a arrêté la plénière : “C’est fini, nous allons envoyer les deux dossiers au président de la République pour nous départager”, a clamé le président du sénat.

Les parlementaires témoins de l’acte de Modeste Bahati Lukwebo n’ont pas tardé à manifester leur mécontentement. Pour le député National Modeste Kazwazwa, l’acte du président du Congrès est une insulte à la République et au peuple congolais qui attend de son parement des actions pour l’avancement démocratique. Le député national Guy Mafuta, émotionné devant l’incident, pense que Bahati profite d’un vide juridique.

Émile Yimbu/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising

K-WA Advertising