Dev Solaire

Connect with us

À la Une

Affaire “Alesh/Bracongo” : disparition mystérieuse de la vidéo de la chanson reprise dans le spot publicitaire 

Published

on

Alors que la Bracongo avait fait une intervention forcée en requérant la SOCODA et l’agence “360 Communication” pour la conforter dans ses moyens de défense, l’audience de ce lundi 21 septembre a connu une mise en état. En clair, puisque les éléments formels de plaidoirie ne sont pas réunis, il revient donc aux deux parties d’échanger leurs pièces et moyens et arguments à développer devant les juges.

Toutes les parties étaient représentées, ce lundi, par leurs conseils, y compris la présence du plaignant lui-même, l’artiste musicien Alain Chirwisa Kaposo alias “Alesh”.

Un fait marquant relevé lors de l’audience: la disparition d’un élément formel de preuve imputée à la Bracongo.

A en croire Me Danny Oleko, c’est la Bracongo qui a supprimé la vidéo de son compte “YAKA”. Ainsi, il a demandé au tribunal de prendre acte pour en tirer toutes les conséquences.

Les avocats de la BRACONGO ont réagi à cette accusation en déclarant que « la suppression n’est pas synonyme d’inexistence ». Une espèce d’aveu venant tristement de cette multinationale accusée d’avoir utilisé à des fins commerciales et sans autorisation la chanson « Youyou » de l’artiste ALESH dans un publireportage de promotion d’un de ses produits.

Notons que la même vidéo contient en elle-même les chansons des artistes suivants : ALESH, FALLY IPUPA, NAZA et MHD. Reste à savoir si les autres artistes avaient autorisé la BRACONGO à utiliser leurs chansons.

L’on se souviendra que lors de la première audience, la partie demanderesse avait voulu que soit balancé la vidéo publicitaire de peur qu’elle celle-ci soit supprimée.
Cela était inscrit dans la liste des éléments des preuves qui fondaient la demande.

“L’affaire est renvoyée au 7 octobre pour mise en état parce que c’est la première fois que le tribunal est saisi à l’égard des intervenants forcés,… Le 07 octobre, éventuellement, si nous parvenons à mettre à l’état, il peut y avoir plaidoirie”, conclut Me Dany Oleko.

Baby Mosha/CONGOPROFOND.NET

%d blogueurs aiment cette page :