Connect with us

À la Une

Affaire « 6 millions de USD » : la communication du chef de l’État trop faible, inaudible, contradictoire, et parfois anachronique

Published

on

Plusieurs contradictions ont émaillé la presse présidentielle depuis le tôlé général suscité par l’affaire de 6 millions de USD prévus pour l’organisation des célébrations de l’AN 1 de l’alternance démocratique à la tête du pays.

Il est apparu clairement plusieurs contradictions dans la communication présidentielle qui, au regard des plusieurs personnes, a été nefaste pour l’image du chef de l’Etat au point que les plus grandes critiques ont été les propres combattants de l’UDPS dont le président intérimaire a déclaré tout haut à Kananga que le père et la mère de l’alternance, c’est le peuple. Et ce, contrairement à l’image de deux personnes dont les effigies devaient orner le nouveau billet commémoratif de cet événement.

Il est donc temps pour le président de la République de se trouver une autre équipe des communicateurs de choc !

Une équipe qui brave les tempêtes et prête à aller au-devant du défi, des challenges et de l’information tous azimuts, pas nécessairement pour « défendre » le boss, ce qui n’est pas en l’occurence leur job-description, mais pour apporter de la lumière sur certaines questions qui créent généralement et inutilement les polémiques et les intox sur la place publique.

Les professionnels des médias qui entourent le Chef de l’État comme Abraham Luakabanga, Giscard Kusema, Charles Kilosho sans oublier les porte- paroles Kasongo Mwema Yamba-Yamba, ou la bellissima Tina Salama sont certes à leur place, mais le constat est qu’ils se comportent plus en « politiques », qu’en porte-parole du président de la République.

Ils ont du mal à faire sortir le président de la République du carcan de la coalition pour mettre en avant son action, ses faits et gestes, ses promesses et réalisations.

Eux, ce sont des hommes du président, tout comme les body-guard, qui peuvent « mourir » pour lui, mais dans leurs comportements et réactions, on ne voit rien de tel.

« Les porte-parole ne sont pas des politiques, mais des rapporteurs de ce qui se passe, des éclaireurs de l’action du chef auprès des citoyens ordinaires qui n’ont pas la bonne compréhension des affaires d’État, » a dit Babi Kundu, spécialiste en droit congolais et avocat au barreau de Kinshasa.

Les porte-parole sont ceux qu’on peut qualifier vulgairement des « ATALAKU » du président.
Ils parlent pour lui et pour son compte.
Ils doivent être au front jour et nuit et éteindre tous les incendies qui se déclarent, bien sûr en harmonie avec la vision du chef de l’État lui-même.

Ce ne sont pas des politiques mais des « COMMUNICATEURS, » un point, un trait.

Imaginez la rétorque de Kasongo Mwema dans son tweet lorsqu’il affirme en gros que « le Chef a compris…il n’y aura pas d’ORGIES pour l’an 1 de l’alternance »!

C’est calamiteux comme communication!

En d’autres termes, le propre porte-parole en chef du président de la République reconnait en filigrane que fête allait y avoir, que le chef de l’État a été pris à défaut, qu’il a fait un rétropédalage et vient d’annuler donc les ORGIES !

C’est tout simplement catastrophique une telle communication qui va plus dans le sens d’accuser le chef de l’État que de l’absoudre.

On ne présente pas un renoncement du chef comme ça, car un chef ne se trompe jamais, il est plutôt un arbitre!

Il est d’ailleurs opportun dès à présent de tracer définitivement la ligne entre le porte-parole du gouvernement, et les porte-parole du chef de l’État.

Seul le premier est astreint à des réserves généralement quelconque dans sa communication car il informe sur les actions du gouvernement tout entier, tandis que les autres sont eux, à la traîne de ce qui se passe et au niveau de l’État, mais surtout, dans les coulisses du président de la République, sans évidemment interférer dans les refrains du gouvernement.

Jusque-là, l’opinion publique n’est pas encore convaincu de ces porte-parole: ils sont faibles et ne parlent pas assez du chef de l’État. Certains sont même impliqués dans de petites combines de commissions et rétro-commissions, allant jusqu’à se créer leurs propres médias qu’ils vont accréditer à la présidence de la République en lieu et place des médias qui ont réellement pignon sur rue !

Espérons qu’ils ne passent pas simplement leur temps à profiter de l’air conditionné et du Wi-Fi gratuit du palais de la nation ! Dans ce cas, ils feront peut-être mieux de suivre des cours de rattrapage chez Sankara de Kunta ou Blanchard Mosaka, deux célèbres  » communicateurs » qui, contre vents et marrées, ont fait preuve de leurs aptitudes à imposer l’image de marque de leurs boss.

La communication étant à la fois une science, un art et une technique, devrions-nous toujours le rappeler.

Bishop Mfundu/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
2 Comments

2 Comments

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

À la Une

Transition écologique et du développement durable : Marie-Pascale Malanda et l’ACTEDD ouvrent le débat public national ce vendredi 30 septembre

Published

on

L’Agence congolaise de la transition écologique et du développement durable (ACTEDD) annonce la tenue, le 30 septembre 2022 à Kinshasa/Gombe, de sa première conférence de presse.

Cette rencontre avec les chevaliers de la plume et du micro sera consacrée à la transition énergétique et au positionnement de la République démocratique du Congo dans cet enjeu planétaire.

A en croire sa coordinatrice Marie-Pascale Malanda, pour ce premier rendez-vous avec la presse, l’objectif poursuivi par ACTEDD est la mise à niveau des médias sur les enjeux énergétiques et climatiques, lesquels ont une dynamique internationale forte pour un « Pays-Solution» comme le nôtre.  » Voilà pourquoi, ACTEDD veut lancer et conduire le débat public national sur des questions aussi fondamentales en commençant par la mobilisation des médias, compte tenu de leur rôle crucial dans la diffusion de l’information et du renforcement des connaissances », a-t-elle martelé.

Pour rappel, l’Agence Congolaise de la Transition Ecologique et du Developpement Durable ( A.C.T.E.D.D) est un service spécialisé de la Présidence de la République mise en place par l’ordonnance n° 20/013 du 28 février 2020.

Elle a pour mission de concevoir, de coordonner et d’implémenter les politiques publiques nationales relatives à la transition écologique en République Démocratique du Congo. Elle est chargée d’étudier, d’analyser et évaluer toutes les questions qui lui sont soumises par le Président de la République en rapport avec la transition écologique et le développement durable. L’Agence comprend le Comité de pilotage et la Coordination.

Ses membres sont nommés par odronnances n° 20/021 du 06 avril 2020.

Il s’agit de :

1. Madame Marie-Pascal MALANDA DIATUKA, Coordonnateur
2. Monsieur Jean de Dieu MINENGU MAYULU, Cordonnateur Adjoint

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising