Connect with us

Actualité

Zéro enfants dans les mines en RDC d’ici 2025 : Le COTECCO présente son outil de remédiation

Published

on

La structure « combattre le travail des enfants dans les chaînes d’approvisionnement de cobalt en RD Congo en sigle COTECCO en partenariat avec la cellule interministérielle sur le travail des enfants dans les mines artisanales (CISTEMA), a organisé un atelier sur la présentation du système de suivi et de remédiation du travail des enfants dans les Mines pour la période de 2017-2025, ce jeudi 08 septembre dans la salle de conférence du ministère des affaires étrangères.

L’objectif de cet atelier est de faire connaître cet outil de la politique de la RDC et dont la mission a été confiée à l’organisation internationale du travail (OIT).
L’OIT qui a reçu mandat du gouvernement congolais de développer cet outil « système de suivi et de remédiation du travail des enfants dans les mines », salue la détermination de la RDC à mettre fin au travail des enfants. C’est une manière pour l’OIT d’accompagner le gouvernement dans l’atteinte des objectifs.
Sachez que c’est depuis 1960 que la RDC est membre de l’OIT, et parmi les 8 conventions des nations unies sur le travail des enfants, la RDC en a ratifié 5, entre autres la convention 138, la convention universelle 182 sur l’élimination de pire forme du travail des enfants pour ne citer que celles là.

« Zéro enfants dans les mines artisanales d’ici 2025, c’est le slogan qui a été indiqué dans la stratégie nationale sectorielle. Je crois que le gouvernement est entrain de faire des efforts depuis l’année dernière, il a rejoint l’alliance 8.7 pour accélérer le processus, il y a une volonté. Pour ce qui est de la promesse d’action, l’année passée, le plan d’action nationale sera révisé », raconte Josée Blandine Ongoto, cheffe de projet COTECCO.
Pour le président du CISTEMA, Jacques Ramazani Lutuba, l’objectif de sa structure est de mutualiser tous les efforts des partenaires en vue de lutter contre la présence des enfants dans les sites miniers artisanaux.
La stratégie présentée ce jour va aboutir à l’opérationnalisation du plan d’action de lutte contre le travail des enfants.
D’ailleurs, la ministre des Mines, Antoinette N’samba qui a ouvert les travaux de cet atelier a donné l’instruction pour que la CISTEMA redouble d’efforts de manière à mettre sur pied des stratégies pour accomplir les missions lui dévolues afin de lutter contre le travail des enfants dans les mines à l’horizon 2025.
La cérémonie de ce jour offre au monde de l’exploitation minière et à celui du travail l’occasion de constituer une rallonge à la liste des outils de lutte contre le travail des enfants.
Selon un rapport de l’OIT et UNESCO, le nombre d’enfants dans le monde impliqué dans le travail en 2021 est évalué à 8.600.400.

Elda Along/ congoprofond.net


There is no ads to display, Please add some

À la Une

ESPT/Dossiers « Clé de répartition des frais scolaires et les 10% alloués aux bureaux gestionnaires »: Le ministre Mbutamuntu réagit !

Published

on

Le ministre provincial en charge de l’Éducation de la ville de Kinshasa, Charles Mbutamuntu Lwanga, réagissant aux deux articles publiés par CONGOPROFOND.NET en date du 27 septembre 2022, sur la pratique de la clé de répartition des frais scolaires et les 10% alloués aux bureaux gestionnaires, contestés par les enseignants du réseau protestant, évoque son souci de renforcer la supervision contre les structures spécialisées avec les « Anti-valeurs ». Nous publions in extenso sa lettre parvenue à notre rédaction par le canal de sa cellule de communication.

Kinshasa, le 29 septembre 2022

Au responsable de Congoprofond.net

Objet: Droit de réponse

Monsieur le responsable de Congoprofond.net,

Votre média en ligne a publié, en date du 27 septembre 2022, deux articles épinglant principalement le Ministre Provincial de l’Éducation/Ville de Kinshasa, Son Excellence Charles Mbutamuntu.

Le premier avait comme titre « EPST/Pratique de la clé de répartition : Charles Mbutamuntu passe outre les instructions de Tony Mwaba »; tandis que le second était intitulé « Epst: les 10% alloués aux bureaux gestionnaires par Charles Mbutamuntu contestés à Kinshasa »*.

Deux articles publiés le même jour, ce qui frise un acharnement pur et simple à l’égard d’un membre de l’Exécutif provincial dont la compétence et les prouesses ne sont plus à démontrer.

Pour votre gouverne, il n’ y a jamais eu violation des instructions du Ministre national Tony Mwaba, concernant la clé de répartition. Le souci pour nous est de renforcer la supervision contre les structures spécialisées avec les Anti-valeurs.

La première des choses à savoir est que le Ministre national n’avait jamais fixé les frais d’appui aux besoins des enseignants. Ces frais ont été fixés par l’Arrêté de Son Excellence Monsieur le Gouverneur, conformément au souci du Ministre national de soulager les enseignants du secondaire, et en attendant que le Gouvernement de la République concrétise les efforts déjà en cours pour améliorer les conditions de vie des enseignants.

Dans le souci de mettre fin aux antivaleurs et traquer les réseaux mafieux, Son Excellence Monsieur le Gouverneur a mis en place, dans son arrêté portant fixation des frais, une commission de suivi chargée de renforcer la supervision contre les ennemis de la gratuité. Et depuis le début de l’année, plusieurs réseaux sont démantelés et les mafieux ont peur. Pour soutenir le fonctionnement des comités de suivi (enseignants assis), la Commission urbaine avait levé deux options, notamment la contribution des écoles privées et le fonctionnement.

Il convient de souligner que pour concrétiser la vision du Chef de l’État, pilotée par le Warrior Tony Mwaba, le pourcentage des frais affectés à l’appui des enseignants est passé de 80% l’année passée à 90% cette année. Nos amis syndicalistes des écoles protestantes ne le savent peut-être pas, car Son excellence Charles Mbutamuntu avait prévu de les rencontrer pour échanges, après l’avoir fait avec les Catholiques. Les 10% affectés à l’appui des bureaux gestionnaires dans leur travail de supervision soutiennent la lutte contre les antivaleurs.

Je vous remercie de publier ce droit de réponse dans son intégralité pour éclairer la lanterne de l’opinion.

Lefils MATADY, Coordonnateur/Cellule de Communication

Ministère provincial de l’Éducation/Kinshasa


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising