Connect with us

À la Une

Violences sexuelles: médias et  OSC de Kinshasa adoptent ensemble un plan de collaboration

Published

on

Journaliste pour les droits humains a réuni, ce mardi 09 février, quelques membres des organisations de la Société civile et les journalistes de Kinshasa, pour un atelier de formation dont l’objectif est d’améliorer la collaboration entre eux afin de fournir des informations sur les violences sexuelles. Une façon pour les OSC et les journalistes de s’approprier les notions sur les Droits humains.

À cet effet, la coordinatrice du projet « Canada monde : femmes et filles », Lucie Ngusi, affirme que dans le cadre de ce projet, JDH a réuni 22 participants, dont les hommes et les femmes des medias ainsi que les organisations de la société civile pour améliorer d’avantage leurs connaissances sur les droits humains, la collecte et la communication sur les violences sexuelles.

Pendant les échanges facilitées par l’UCOFEM, les OSC et les journalistes se sont pointés du doigts. Les OSC accusent les journalistes de monnayer les informations et les journalistes quand eux disent que l’accès aux informations auprès des OSC est très difficile.

Finalement, les linges salles ont été nettoyés et désormais les OSC se sont engagées à communiquer régulièrement les informations sur les violences sexuelles. Et les journalistes ont promis de réaliser des reportages sur les droits humains, plus particulièrement sur les violences sexuelles.

Pascaline Zamuda, consultante en genre et en communication, pense que si les journalistes ont du mal à recueillir les informations sur les violences sexuelles c’est parce qu’ils ne respectent pas certains paramètres.

Après s’être informé sur la thématique, le journaliste doit chercher à connaître la structure qui accompagne la victime ensuite traiter cette information avec beaucoup de délicatesse, a-t-elle précisé.
« la question de la sexualité étant encore un tabou dans nos communautés. Les victimes prennent beaucoup de risque en acceptant de dénoncer . Un mauvais traitement de l’information peut faire que la survivante soit victimiser d’avantage. Elle peut être rejeter ou stigmatiser. Ainsi, dans le traitement d’une information aussi sensible qu’est le viol, le journaliste se doit de munir des techniques pour mettre en confiance la survivante », nous a confié Pascaline Zamuda.

Somme toute, les OSC et les professionnels des médias se sont engagés à s’impliquer dans la lutte contre les violations des droits humains, sur les violences sexuelles et basées sur le genre et l’impunité.

Elda Along/ congoprofond.net


There is no ads to display, Please add some

À la Une

ESPT/Dossiers « Clé de répartition des frais scolaires et les 10% alloués aux bureaux gestionnaires »: Le ministre Mbutamuntu réagit !

Published

on

Le ministre provincial en charge de l’Éducation de la ville de Kinshasa, Charles Mbutamuntu Lwanga, réagissant aux deux articles publiés par CONGOPROFOND.NET en date du 27 septembre 2022, sur la pratique de la clé de répartition des frais scolaires et les 10% alloués aux bureaux gestionnaires, contestés par les enseignants du réseau protestant, évoque son souci de renforcer la supervision contre les structures spécialisées avec les « Anti-valeurs ». Nous publions in extenso sa lettre parvenue à notre rédaction par le canal de sa cellule de communication.

Kinshasa, le 29 septembre 2022

Au responsable de Congoprofond.net

Objet: Droit de réponse

Monsieur le responsable de Congoprofond.net,

Votre média en ligne a publié, en date du 27 septembre 2022, deux articles épinglant principalement le Ministre Provincial de l’Éducation/Ville de Kinshasa, Son Excellence Charles Mbutamuntu.

Le premier avait comme titre « EPST/Pratique de la clé de répartition : Charles Mbutamuntu passe outre les instructions de Tony Mwaba »; tandis que le second était intitulé « Epst: les 10% alloués aux bureaux gestionnaires par Charles Mbutamuntu contestés à Kinshasa »*.

Deux articles publiés le même jour, ce qui frise un acharnement pur et simple à l’égard d’un membre de l’Exécutif provincial dont la compétence et les prouesses ne sont plus à démontrer.

Pour votre gouverne, il n’ y a jamais eu violation des instructions du Ministre national Tony Mwaba, concernant la clé de répartition. Le souci pour nous est de renforcer la supervision contre les structures spécialisées avec les Anti-valeurs.

La première des choses à savoir est que le Ministre national n’avait jamais fixé les frais d’appui aux besoins des enseignants. Ces frais ont été fixés par l’Arrêté de Son Excellence Monsieur le Gouverneur, conformément au souci du Ministre national de soulager les enseignants du secondaire, et en attendant que le Gouvernement de la République concrétise les efforts déjà en cours pour améliorer les conditions de vie des enseignants.

Dans le souci de mettre fin aux antivaleurs et traquer les réseaux mafieux, Son Excellence Monsieur le Gouverneur a mis en place, dans son arrêté portant fixation des frais, une commission de suivi chargée de renforcer la supervision contre les ennemis de la gratuité. Et depuis le début de l’année, plusieurs réseaux sont démantelés et les mafieux ont peur. Pour soutenir le fonctionnement des comités de suivi (enseignants assis), la Commission urbaine avait levé deux options, notamment la contribution des écoles privées et le fonctionnement.

Il convient de souligner que pour concrétiser la vision du Chef de l’État, pilotée par le Warrior Tony Mwaba, le pourcentage des frais affectés à l’appui des enseignants est passé de 80% l’année passée à 90% cette année. Nos amis syndicalistes des écoles protestantes ne le savent peut-être pas, car Son excellence Charles Mbutamuntu avait prévu de les rencontrer pour échanges, après l’avoir fait avec les Catholiques. Les 10% affectés à l’appui des bureaux gestionnaires dans leur travail de supervision soutiennent la lutte contre les antivaleurs.

Je vous remercie de publier ce droit de réponse dans son intégralité pour éclairer la lanterne de l’opinion.

Lefils MATADY, Coordonnateur/Cellule de Communication

Ministère provincial de l’Éducation/Kinshasa


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising