mbet

Connect with us

Culture

UCOFEM : Sortie officielle, à Kinshasa, du film « RDC, Femme au sommet »

Published

on

L’Union congolaise des femmes des médias (UCOFEM) et son partenaire Maghene Medias ont procédé, vendredi 29 avril à l’hôtel du fleuve Congo, à la sortie officielle du film documentaire intitulé : « RDC,Femme au sommet ».

Ce film est une initiative de Maghene Medias co-produit par l’UCOFEM. Un bon documentaire qui donne la voix à la femme et explique ce qu’elle est capable de faire dans la répartition égalitaire des responsabilités dans les instances de prise de décision.
« RDC,Femme au sommet », veut simplement faire voir à la face du monde que la femme a aussi des atouts qui lui permettent de se propulser à occuper des hautes fonctions au même titre que les hommes.

Pour la directrice nationale exécutive de l’Ucofem , Rose Masala, c’est une fierté pour sa structure d’avoir coproduit ce film.

« À travers ce film, on peut voir le profil d’une femme qui pourrait se retrouver à la tête du pays, étant donné que le fait de gérer n’est pas seulement une affaire des hommes. Il y a autant des femmes qui ont démontré de quoi elles sont capables pour apporter ce qu’elles peuvent dans la gestion de la société»,
a déclaré Rose Masala.

La production du film, dit-elle,
cadre avec la lutte menée par
son organisation depuis 25
ans.

A travers ce film, il a été
démontré ce que les
Congolaises sont capables de
faire au même titre que les
Congolais. Le but est que les
femmes soient reconnues dans
tous ce qu’elles font bien que
le film a d’abord commencé
par les politiciennes.

À en croire Rose Masala, après la
sortie de ce film documentaire
à Kinshasa, il est prévu une tournée dans les différentes provinces.
« Après sa sortie officielle, ce film sera projeté dans plusieurs endroits dans la capitale congolaise notamment les
écoles, les universités et les salles de cinéma », fait savoir Maghene Médias, initiateur et producteur du film.

Selon lui, « RDC,femme au sommet » vient raviver la mémoire politique de la RDC.

Le but de ce film est de promouvoir le combat de la femme, car elle mérite une répartition égalitaire dans la prise de décision et dans les mécanismes et initiatives de paix en RDC.

Elda Along/ Congoprofond.net


There is no ads to display, Please add some

Actualité

Transport aérien : Désiré Balazire liste dix causes des difficultés de Congo Airways

Published

on

Dans une interview accordée à la presse (Econews), Désiré Balazire, ancien directeur général de Congo Airways, évoque sans ambages les causes qui sont à la base des difficultés actuelles de cette compagnie aérienne en particulier, et de la déstructuration – déstabilisation du secteur de transport aérien pourtant vital en RDC, mais à l’équilibre fragile.

Pour cet expert du transport aérien, il ne faut pas que le gouvernement induise la haute hiérarchie en erreur avec des mesures populistes et irrationnelles. De cette interview, il a énuméré 10 causes qui sont à l’origine des problèmes dans l’aéronautique civil en RDC.

Il s’agit notamment :

1. De la baisse de 40% du prix du billet décidée par Jean-Marie Kalumba, ministre de l’Économie déchu. La baisse de tarifs des billets d’avion a privé Congo Airways de 40% de ses revenus et a précipité la faillite de l’entreprise. Une décision purement politique et irrationnelle, a dénoncé Désiré Balazire.

2. La création de AIR CONGO, une nouvelle compagnie aérienne publique, en partenariat avec Éthiopian Airlines. “Cette décision ne répond à aucune logique économique. Comment l’Etat peut-elle créer une autre compagnie nationale pendant qu’il y a une compagnie nationale créée avec des fonds publics et qui a fait ses preuves ?”, a-t-il asséné. Et d’expliquer : “La stratégie se fait uniquement en fonction des intérêts d’Ethiopian Airlines… Ce serait une honte de s’allier à un autre pays pour créer une compagnie aérienne nationale, car le pays offre un marché potentiel avec ses 90 millions d’habitants, et sa position géographique permet à Kinshasa de devenir un hub. Le gouvernement devrait s’interdire d’induire la Haute hiérarchie du pays en erreur”.

3. Subventions de l’Etat irrégulières et modiques envers Congo Airways, malgré la pandémie de Covid-19.

4. Subventions inexistantes pour le secteur du transport aérien.

5. Congo Airways et des privés exploitent des lignes déficitaires sans contreparties des pouvoirs publics.

6. Prix élevé du carburant aérien (Jet A1). Il est supérieur à la moyenne dans la sous-région.

7. Le coût élevé de la maintenance,

8. Le coût élevé de la fiscalité et de la parafiscalité,

9. Le coût élevé des pièces de rechange,

10. La concurrence déloyale des compagnies aériennes étrangères.

Il faudrait, selon Désiré Balazire, relever ces défis pour sauver cette compagnie aérienne.

Petit Ben Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising