Connect with us

non classé

SCTP : l’ex DG Daudet Laya arrêté avec pompe, mais libéré en catimini !

Published

on

Cinq mois après son remplacement à la tête de l’ex ONATRA, Daudet Laya, alors DG ai de la SCTP, avait savouré le son des menottes à ses poings. L’actuel ancien directeur général ad intérim de la SCTP aurait détourné 6 milliards des francs congolais au grand étonnement des agents et cadres de cette société publique.

Ce montant, apprendra-t-on , émargeait d’un financement du gouvernement dans le cadre du budget d’investissement de l’Etat pour l’exercice 2018, réengagé en 2019.

Sur les 20 milliards CDF que devrait verser l’Etat pour la relance de cette entreprise presqu’à l’arrêt , 6 milliards ont été versés comme acompte. Et cette acompte a permis, comme le témoignent ces agents et cadres de cette société, à la relance des activités au sein de la SCPT et ses multiples affectations ont été justifiées auprès des ministères du Budget et des Finances.

Des pièces justificatives brandies, dépenses retracées, la justice va finalement remettre en liberté d’abord provisoirement dès le 31 décembre 2020, soit près d’un mois après, ensuite libéré et totalement blanchi le 16 février 2021 après un examen minutieux du procureur général près la cour d’appel de Kinshasa /Matete qui le classera sans suite faute des preuves des accusations portées contre Daudet Laya.

De quoi s’interroger sur cette nouvelle pratique de la justice congolaise qui consiste à arrêter publiquement et libérer en catimini faute des preuves !

Thierry Mfundu/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

non classé

Semaine Africaine de l’industrialisation : Les femmes transformatrices à l’honneur à Niamey !

Published

on

En marge de la Semaine Africaine de l’Industrialisation (AIWEEK 2022) qui de tient du 20 au 25 novembre à Niamey, il s’est tenu, en date du 19 novembre 2022, un sommet des femmes africaines transformatrices (Awip) au Palais du 29 Juillet.

Ce sommet était donc organisé dans l’objectif de tracer une nouvelle voie qui aborde de manière exhaustive les défis auxquels sont confrontés les chefs d’entreprise et les industriels en Afrique, en particulier nos femmes africaines entrepreneuse. Toutefois, il y a lieu de signaler que ce forum a reçu le parrainage de la première dame du Niger, Mme Khadîdja Hadjiya Bazoum. Des hôtes ont rehaussé de leurs présences lors de la cérémonie d’ouverture de ce sommet des femmes africaines transformatrices parmi lesquels : Le Premier ministre du Niger, Mme Nardos Bekele PDG de l’AUDA NEPAD AGENCY, le Commissaire Albert Muchanga, des délégués de la Commission de l’Union Africaine et du NEPAD, des ministres, etc.

Des allocutions étaient prononcées, le gouverneur de la région de Niamey, M. Oudou Ambouka, Mme Arzika Rabia promotrice du 100% Made in Niger et initiatrice de ce sommet, et Mme Salamatou Gouruza Maggai, ministre de l’Industrie et entrepreumnariat des jeunes. Ce Sommet des femmes africaines transformatrices (Awip), avait débattu autour du thème principal : « Femmes entrepreneuses : un accélérateur du processus d’industrialisation de l’Afrique ».

Intervenant à son tour, le Commissaire Albert Muchanga, en charge du développement économique, commerce, industrie, mines, et tourisme auprès de l’UA, a dans son discours rappelé l’historique de la date du 20 novembre consacrée à l’industrialisation. Bien plus, il a révélé que la particularité de cette semaine est qu’au moins 58 tables-rondes ont été tenues. Ce qui constituent un record. Puis de préciser que cela méritait bien d’être pérennisé en vue d’en faire une vraie source de valeur partagée par toutes les parties prenantes au processus de l’industrialisation de l’Afrique.

En outre, il a martelé que cette journée d’industrialisation de l’Afrique offrait aux parties prenantes une opportunité pour réfléchir par rapport à la dynamique de l’industrialisation en Afrique. Il a estimé qu’il était donc nécessaire de faire un arrêt pour voir d’où nous venons pour mieux réfléchir face à l’avenir en ce qui concerne les prochaines taches d’industrialisation en Afrique.

Pour sa part, Mme Rabi Arzika, Coordonnatrice de cette exposition, a d’abord rappelé que l’organisation du sommet de l’UA par son pays en collaboration avec le ministère de l’Industrie et de l’entrepreunariat des jeunes constituait un motif de fierté et de satisfaction. Elle a indiqué que ce jour était donc un vrai rêve pour eux afin de réunir toutes ses femmes africaines impliquées dans la transformation en vue de saluer leurs forces, leurs actions et surtout partager ensemble les bonnes pratiques pour une contribution à une dynamique irréversible dans le secteur de l’industrialisation.

Enfin, elle a dit sa gratitude au président Bazoum Mohamed pour avoir cru à ce projet en lui accordant son accompagnement nécessaire pour sa concrétisation. Au premier ministre, elle a salué son implication personnelle qui du reste a été marqué par sa présence. Et en dernier lieu, elle a remercié la Commission de l’UA, des partenaires ainsi que la première dame Hadjiya Khadîdja Bazoum pour avoir approuvé son accord en tant que marraine de cet évènement des femmes transformatrices en vue de leur autonomisation.

Melba Muzola/Envoyé spéciale CONGOPROFOND.NET à Niamey


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising