Connect with us

À la Une

Sahle-Work Zewde, présidente de l’Ethiopie, à Kinshasa ce mardi matin

Published

on

Sahle-Work Zewde, présidente de la République démocratique fédérale d’Ethiopie, arrive ce mardi 26 janvier 2021 à Kinshasa. Elle sera accueillie ce matin à l’aéroport international de Ndjili par la ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères, Marie Tumba Nzeza.

Sahle-Work Zewde, unique femme présidente en fonction en Afrique, est porteuse d’un message de son gouvernement à son homologue congolais Félix Antoine Tshisekedi.

Née le 21 février 1950 à Addis-Abeba,Sahle-Work Zewde s’est révélée comme une diplomate chevronnée.

Femme d’État, présidente de la République depuis le 25 octobre 2018, elle est la première femme à exercer cette fonction en Éthiopie.

Éducation

Elle est née le 21 février 1950 à Addis-Abeba. Elle est l’aînée de quatre filles.

Elle étudie au lycée franco-éthiopien Guébré-Mariam, puis part en France à l’âge de dix-sept ans. Elle est diplômée en sciences naturelles à l’université de Montpellier, et parle couramment amharique, anglais et français.

Carrière diplomatique

Elle est ambassadrice au Sénégal de 1989 à 1993, également accréditée auprès du Mali, du Cap-Vert, de la Guinée-Bissau, de la Gambie et de la Guinée.

De 1993 à 2002, elle est ambassadrice à Djibouti, et représente l’Éthiopie à l’autorité intergouvernementale pour le développement.

Elle est ambassadrice en France de 2002 à 2006, également accréditée auprès de la Tunisie et du Maroc et représentante permanente auprès de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).

De juin 2009 à mars 2011, elle est représentante spéciale du secrétaire général des Nations-Unies et chef du bureau intégré des Nations unies en République centrafricaine.

Elle est nommée directrice générale de l’Office des Nations unies à Nairobi le 11 mars 2011.

Elle est ensuite représentante spéciale du secrétaire général des Nations unies auprès de l’Union africaine à partir du 28 juin 2018. Elle succède ainsi à Haile Menkerios.

Elle est élue présidente de la République à l’unanimité des voix lors de l’élection présidentielle du 25 octobre 2018, à la suite de la démission de Mulatu Teshome. C’est la première femme élue à ce poste, et, au moment de son élection, la seule femme chef d’État sur le continent africain.

Elle est mère de deux garçons.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

30 ans de la Jeunesse Tshisekediste : Le secret d’un dynamisme hors normes ! (Interview avec Me Elvis Mayo Bieme, Directeur de cabinet adjoint du SG de l’UDPS)

Published

on

15 août 1992 -15 août 2022, la Jeunesse de l’Union pour la démocratie et le progrès social ( UDPS) a célébré sa journée telle qu’instituée par Dr Etienne Tshisekedi wa Mulumba il y a de cela 30 ans. Force évidente pour les uns, éléments troublants pour les autres, la Ligue des Jeunes de l’UDPS fait l’objet de controverse aujourd’hui.  Pour éclairage, CONGOPROFOND.NET a pris langue avec Me Elvis Mayo Bieme, Directeur de cabinet adjoint du Secrétaire général du parti présidentiel.

 

Congoprofond.net : Quelle est la place pour les jeunes au sein de votre Parti ?

Me Elvis Mayo Bieme : Statutairement notre Ligue des Jeunes est consacrée car l’apport de la jeunesse est une condition indispensable de tout progrès politique. L’UDPS accorde une protection à sa jeunesse qui a toujours constitué un de ses principaux champs d’action dans la lutte ; toutes les fédérations sont pétries des jeunes motivés et motivants qui veulent relever le défi de l’engagement, en retrouvant le chemin du militantisme et de la formation. Voilà pourquoi, le Secrétaire Général Augustin Kabuya organise souvent des matinées politiques pour renseigner la jeunesse sur les événements politiques majeurs.

Le Parti a toujours veillé à la transmission de certaines valeurs et connaissances essentielles d’une génération à l’autre.

Congoprofond.net : Est-elle vraiment bien structurée cette Ligue des Jeunes ? N’y a-t-il pas des cacophonies dans la gestion ?

Me Elvis Mayo Bieme : Je vous ai dit qu’il existe des textes applicables à la Ligue, donc la question structurelle est réglée. Il s’agit d’un regroupement des jeunes qui, par ailleurs, ont leur tempérament propre. Cependant lors des grands rassemblements, la solidarité est un réflexe naturel et, cela est hyper important pour le Parti. Il n’y a aucune cacophonie, tout repose sur une question d’équilibre, des rapports entre les membres et notamment avec ceux des structures affiliées à la Ligue telles que NGT, Force du Progrès, GRET, Fatshi Progrès, Base Tshimini, Ajpro, Force Grise, Force Défensive, Hltc, Vision Fatshi, Corps de l’élite scientifique, etc. Malgré cette multitude des mouvements, la Ligue maintient peu ou prou une action protectrice.

Congoprofond.net : Il se raconte partout que, sur le net, les jeunes de l’Udps versent dans des attaques ad hominem à tout va. Qu’en dites – vous ?

Me Elvis Mayo Bieme : Oui, la politique s’est digitalisée et les réseaux sociaux sont devenus une citadelle de la jeunesse militante. J’affirme que la jeunesse de l’Udps est d’une brillance sans égale sur ce terrain. Rappelons que notre Parti met l’accent sur l’éducation politique et pacifiste. La hiérarchie n’a jamais avalisé les attaques ad hominem par des propos injurieux. Le numérique est certes un formidable accélérateur de démocratie, mais sa moralisation est impérative pour toutes les tendances partisanes. Nous assistons tous à des répliques incendiaires qui ne sont pas de l’apanage seul de nos jeunes. Tous les partis ont le devoir d’encadrer leurs jeunes qui incarnent la politique du futur.

Congoprofond.net : Quel bilan pourrez-vous tirer de ces trois décennies couvrant cette commémoration de la Jeunesse de l’Udps ?

Me Elvis Mayo Bieme : Je retiens que durant ces trois décennies, la force de la jeunesse de l’Udps a été visible lors des journées de protestation malgré des difficultés considérables limitant ses moyens d’action sous des régimes de dictature. Cette jeunesse a aussi tissé des liens avec des partis socialistes des pays étrangers de manière constante. Elle s’efforce, par un travail de réflexion et de propagande, non seulement d’éveiller les consciences mais aussi de faire pression, par ses fédérations et mouvements associatifs sur le parlement et gouvernement. Nul n’ignore qu’à l’occasion de grands mouvements de masses, c’est généralement la jeunesse de l’Udps qui s’est trouvée en première ligne, poussée par son désir de changement, son courage et son dynamisme.

Propos recueillis par Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising