Connect with us

À la Une

Révélations du magazine italien Nigrizia: ” Tué lors de l’opération ‘Milano’ par des tueurs rwandais parce qu’il en savait trop ! “

Published

on

Selon le père Filippo Ivardi Ganapini, directeur de Nigrizia, le meurtre en RD Congo de l’ambassadeur d’Italie, du carabinier Iacovacci et du chauffeur Baguna, qui a eu lieu sans escorte dans une jeep du PAM, peut être attribué à quelque chose de beaucoup plus complexe et ciblé à voir avec le contrôle par le Rwanda d’un territoire (congolais) riche en minéraux.

Le missionnaire écrit: “Des sources rwandaises, vérifiées en détail et confirmées par plusieurs Congolais contactés, nous invitent à regarder au-delà de la frontière, vers le Rwanda et aller jusqu’à affirmer que l’ambassadeur d’Italie en RD Congo a été assassiné dans l’opération” Milan “, préparée dans la garnison maritime de Butotori par le colonel Jean Claude Rusimbi, ancien soldat de la révolte menée par Laurent Nkunda, chef de guerre enquêté par la cour internationale pour crimes contre l’humanité, aujourd’hui l’un des chefs des services de renseignement rwandais dans la région militaire du Nord-Kivu “.

Trop de choses dans cette embuscade qui a eu lieu sur la route Goma-Rutshuru, l’une des plus dangereuses du pays, ne reviennent pas. Là où le magistrat militaire congolais (chargé d’enquêter sur la mort d’Attanasio) Williams Mulahya Hassan Hussein a également été tué, et où les massacres se poursuivent: 32 autres civils tués rien que la semaine dernière.

Les missionnaires disent qu’Attanasio Luc était un homme droit qui n’était pas satisfait du travail diplomatique mais qui soutenait des projets humanitaires et de développement liés au monde missionnaire et aux organisations humanitaires. «Luca n’était pas aimé parce qu’il voulait aller au fond des choses, surtout quand il s’agissait de solidarité avec les plus souffrants. Il voulait voir de visu les destinations des fonds d’aide humanitaire, souvent détournés à d’autres fins par les ONG et les organisations internationales et surtout il était en possession d’informations inconfortables sur les massacres dans la région », écrit le père Filippo.

Ses visites régulières à l’hôpital de Panzi pour rencontrer le Dr Mukwege – le lauréat du prix Nobel de la paix 2018 qui a appelé à la création d’un tribunal pénal international pour la RD Congo – ont suscité des soupçons à des niveaux élevés. Le mensuel Nigrizia spécule que peut-être Attanasio a également été tué de «peur de révéler ce qu’il a découvert et de voir des yeux quelque chose d’ombre qui lui a fermé la bouche comme ils l’ont fait avec Mgr Munzihirwa, les prêtres canadiens Simard et Pinard et avec de nombreux autres témoins inconfortables de la verité? ”

Par ailleurs, en 2018, l’Américain Michael Sharp et le suédois Zaida Catalan, des responsables de l’ONU, ont été kidnappés et tués “pour avoir découvert le massacre de 40 policiers dans la région du Kasaï. Presque personne n’en a parlé – écrit encore le père Filippo – même pas aux États-Unis ».

Toute la région de Goma, la capitale du Nord-Kivu, est en fait un territoire illégalement rwandais. L’actuel président Paul Kagame, est désigné par les missionnaires comme le bras long sur les minéraux congolais, les États-Unis, l’Angleterre et le Canada. Une situation qui facilite le «scandale géologique» du Congo et de la division minière.

«Minéraux en échange de Kalachnikov: ceux qui vivent dans la région savent très bien comment cela fonctionne. Plus le chaos règne, mieux vous volez. Près de 90 multinationales sont impliquées dans l’extraction de cobalt, de coltan, d’or, de diamants, d’étain et de gaz. Et il existe d’innombrables sites informels où de nombreux mineurs creusent avec leurs mains. Il y a aussi du pétrole à extraire dans ce parc des Virunga, connu pour les derniers spécimens de gorilles de montagne, dans lequel les rangers ont couru pour défendre Luca Attanasio après avoir entendu les coups de feu “.

Les autorités congolaises ont immédiatement accusé les FDLR du massacre mais selon Nigrizia la piste ne semble pas la bonne.

Selon les sources des missionnaires comboniens, lorsque Jean Claude Rusimbi, membre du Front patriotique rwandais (FPR, le parti-État qui gouverne le Rwanda), “a appris que l’ambassadeur avait appris beaucoup d’informations sur ces massacres en RD Congo et souhaitait visiter les sites suspects (charniers) où des victimes innocentes avaient été enterrées, prévoyait de l’éliminer et envoyait le lieutenant «Didier» près de Goma. Ce dernier serait arrivé sur les lieux le dimanche 21 février avec 4 autres militaires formés à l’assassinat. Une fois le meurtre commis, les assassins retournaient à Rubavu au Rwanda via Kanyarucinya pour se présenter aux autorités compétentes. Surtout à la tête de l’opération: Paul Kagame, président du Rwanda depuis plus de 25 ans, et deus ex machina qui contrôle la région des Grands Lacs pour le compte de tiers “.

Franca Giansoldati/NIGRIZIA


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Coup d’État manqué ou tentative d’assassinat : Didier Kamerhe attend fermement le rapport officiel de la haute hiérarchie du pays

Published

on

Menée par Christian Malanga, un ancien membre des FARDC, la milice “New Zaïre” a orchestré, les petites heures du dimanche 19 mai 2024, une attaque meurtrière à la résidence de Vital Kamerhe, candidat au perchoir de l’Assemblée Nationale et une descente au Palais de la Nation, siège et bureau du président de la République.

La question sur la vraie cible de cette attaque se pose tant dans la population congolaise que dans la sphère politique et divise deux membres du Gouvernement Sama Lukonde II.

Selon le signataire d’un communiqué officiel publié quelques heures après cet acte, Patrick Muyaya, ministre de la Communication et des Médias, porte parole de l’exécutif national, confie que seuls le Palais de la nation, siège du bureau du Président de la République, et la résidence de Vital Kamerhe, en premier, ont été attaqués.

Cette version va se marier à celle du porte-parole des FARDC affirmant avoir déjoué un coup d’État et de l’épouse de Vital Kamerhe, Hamida Chatur, qui sur son compte X a témoigné “une attaque meurtrière qui a principalement ciblé son mari“.

Se confiant aux propos des assaillants, des nouveaux éléments d’apparence non relayés par le communiqué du Gouvernement et la presse congolaise, seront dévoilés le même jour par Jean-Pierre Bemba via le compte X de la Vice-primature, ministère de la Défense Nationale et des Anciens Combattants.

Les résidences de la première ministre Suminwa Judith , du VPM de la défense, Jean-Pierre Bemba et de l’honorable Vital Kamerhe, avant l’étape du palais de la nation, étaient les principales cibles, selon les témoignages des assaillants“, lit-on.

14 heures après cet incident, Didier Kamerhe, frère de Vital Kamerhe, appelle la communauté congolaise à rester factuelle en attendant les résultats des enquêtes officielles en cours et soulèvent les quatre points suivants :

1. Le point de départ de ce qu’on présente officiellement comme tentative de renversement de pouvoir à Kinshasa est la résidence d’un simple député mais, il faudrait le préciser, candidat au poste du président de l’assemblée;

2. L’une des gardes du député sort de la parcelle en pleine nuit, soi-disant parce qu’il aurait vu des drones circuler dans le ciel et, comme par hasard, les assaillants profitent de son ouverture du portail pour le braquer, entrer dans la parcelle et le ligoter, pendant que d’autres engagent un échange des feux avec les autres gardes dont 2 seront tués avec un des assaillants;

3. Vue la résistance des gardes restés à l’intérieur de la parcelle du député en question, les assaillants vont se retirer pour prendre d’assaut le palais de la nation sans une résistance sérieuse sur les différentes barrières de sécurité de ce site hautement sécurisé du pays;

4. C’est après la tentative (d’assassinat) manquée à la résidence du député et prise d’assaut très facile du Palais de la nation que, seul, le commandant des assaillants sera abattu.

Optimiste, il soutient cette célèbre phrase “les faits sont sacrés mais les commentaires libres”, pour n’attendre que le rapport Officiel de la haute hiérarchie qui pourra démontrer les commanditaires de cette tentative de déstabilisation des institutions, des officiels et de Kinshasa.

Exaucé Kaya/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte