Connect with us

À la Une

RDC-Zambie: reprise, ce lundi, des travaux de démarcation de la frontière dans son tronçon compris entre les lacs Tanganyika et Moero

Published

on

La RDC et la Zambie vont poursuivre, dès ce lundi 16 août 2021, les travaux de démarcation de leur frontière terrestre commune longue de 205 Km comprise entre les lacs Tanganyika et Moero. Les experts de ces deux pays se sont convenus de s’asseoir, les 16 et 17 août à Pweto, autour d’une table pour planifier l’exécution de cette immense tâche.

A en croire, le directeur Matthieu Mulala de la Commission permanente des Frontières (CPF), les travaux de démarcation proprement dits vont donc débuter ce mercredi 18 août pour une durée de 2 mois et demi.

Une délégation d’experts de la CPF conduite par son secrétaire permanent, le professeur Célestin Nguya-Ndila Malengana, est déjà à Lubumbashi dans la en vue de poursuivre les travaux de démarcation de la frontière commune entre la RDC et la Zambie, en exécution du traité du 18 septembre 1989 signé entre les anciens Chefs d’Etat, le Marechal Mobutu Sese Seko de la RDC et Kenneth Kaunda de la Zambie.

Quant à la Commission technique mixte RDC-Zambie mise sur pied, elle a pour mission de faire la démarcation de la frontière couplée à la sensibilisation de la population et des autorités sociopolitiques afin d’assurer la coexistence des populations frontalières.  » Les résultats de ces travaux seront présentés aux deux gouvernements congolais et zambien… », a fait savoir le directeur Mulala.

Notons, à la suite du secrétaire permanent Célestin Nguya-Ndila Malengana, que ce travail qui devait normalement être exécuté depuis 1989 n’a pas été fait. En résumé, avait-il souligné, les négociateurs congolais avaient réussi à ramener la frontière la plus avancée du lac Tanganyika en la ramenant vers la rivière Lunkinda.

Il avait signalé que la RDC a gagné dans les tracés et un effort a été fait pour conserver les frontières héritées de la colonisation.

En définitive, avait-il prévenu : « tant qu’on n’aura pas précisé les lignes de 1989, la confusion régnera toujours ».

Pour la petite histoire, a-t-il rappelé, ce traité issu d’un arrangement de 1894 entre les anciennes puissances coloniales belges et anglaises détermine une frontière rectiligne partant de la médiane du Lac Tanganyika en direction du Lac Moero.

Cependant, cette entente s’était terminée sur une incertitude qui a poussé à la mise en place, en 1982, d’une commission spéciale mixte d’experts qui a abouti au traité signé 7 ans plus tard par les Présidents Mobutu et Kaunda.

Rappelons que la Commission technique mixte RDC-Zambie est à pied d’œuvre depuis juillet 2020 sur le tronçon terrestre compris entre les Lacs Tanganyika et Moero, long de 205 Km.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Patrick Muyaya : » Kagamé est le dernier sur la liste mondiale des démocrates ! »

Published

on

Accusant le président Félix Tshisekedi de manœuvrer, avec la guerre de l’Est, pour éviter d’organiser les élections en 2023, le président du Rwanda, Paul Kagamé, a été classiquement recadré par le porte-parole du gouvernement de la RDC, Patrick Muyaya, ce jeudi 1er décembre au cours d’un briefing avec la presse à la RTNC. En un mot, indique-t-il, Kagamé n’a pas qualité de s’exprimer sur cette question de souveraineté nationale.

 » Avant que Paul Kagamé se prononce sur les élections en RDC, il devrait avant toute chose répondre sur l’existence de la liberté d’expression et de manifestations dans son pays mais aussi de ses méthodes d’accession au pouvoir et surtout de la pratique mise en place pour s’éterniser au pouvoir », a appuyé le porte-parole du gouvernement.

Au regard de toutes les violations des droits de l’homme dénoncées par son opposition et plusieurs organisations indépendantes, Patrick Muyaya a conclu que Paul Kagamé « n’est pas un modèle en ce qui concerne la démocratie ».

Des déclarations qui transpirent la déception 

 » Les déclarations qu’il fait sont consécutives à sa déception de toujours penser joué un rôle en RDC, parce qu’il se fait non seulement porte-parole du M23, mais aussi il se présente, lui et son gouvernement, comme protecteur des groupes armés de communautés congolaises. Au nom de quel mandat ? Il est possible pour lui de faire la politique dans son pays et de nous laisser la nôtre. Quoiqu’il en soit, ce n’est pas lui qui doit venir nous dire ce que nous devons faire”, a déclaré Patrick Muyaya.

Pour lui, l’objectif derrière toutes ces agitations est de déstabiliser politiquement le Président Félix Tshisekedi. “Son ambition, c’est de déstabiliser politiquement le président Tshisekedi. C’est l’œuvre dans laquelle il est engagé et je pense que certains de ses alliés le lui ont dit. Ce n’est pas parce que vous agitez un mouvement terroriste que vous allez vous faire renaître parce que c’est la violence qui vous a toujours guidé et vous pensez que cela est suffisant pour perturber non seulement la RDC de manière entière pour briser justement l’élan dans lequel nous sommes”.
Ayant décelé le stratagème de Paul Kagame qui cherche à interférer dans les prochaines élections afin de s’assurer qu’en 2023, il aura certains acteurs politiques acquis à sa guise pour continuer le bradage et le pillage de réssources naturelles que dispose la RDC, Patrick Muyaya a énuméré les raisons pour lesquelles le président Kagame devrait s’abstenir d’un quelconque commentaire sur ce qui concerne les élections. « Premièrement, avant de parler des élections, on doit parler de la liberté d’expression. Est-ce que la liberté d’expression existe au Rwanda ? Deuxièmement, on parle de liberté de manifestation. Est-ce que la liberté de manifestation existe au Rwanda ? Non. Troisièmement comment il est arrivé au pouvoir ? Quelle est la méthode qui a été utilisée ? Quatrièmement, je ne vous rappelle rien mais vous vous souvenez du référendum qui s’est tenu, je crois en 2015, ou à 99,1% ou 98,1%, on a dit oui à une forme de présidence à vie parce qu’il s’est assuré de rester au pouvoir jusqu’en 2034 […] Je pense qu’en ce qui concerne la démocratie, mondialement, il est le dernier sur la liste, c’est connu ! », a conclu le ministre Muyaya.
Sandra Kagaba/CONGOPROFOND.NET

There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising