Connect with us

Actualité

RDC/UA : le 1er Colloque panafricain sur l’albinisme a adopté la « Déclaration de Kinshasa »

Published

on

 

 

Le premier colloque panafricain sur l’albinisme, organisé par le Panel chargé d’accompagner la présidence de la RDC à l’Union Africaine, en collaboration avec le ministère de personnes vivant avec handicap et les Nations-Unies, a adopté un texte règlementaire dénommé _ »Déclaration de Kinshasa »_.

Tel que souhaité par le président en exercice de l’Union Africaine, Félix Tshisekedi Tshilombo, ce texte qui rentre dans l’arsenal juridique continental sur les droits de l’homme émet notamment le vœux des participants au colloque de Kinshasa de voir les Etats et les gouvernements promouvoir les droits des personnes vivant avec albinisme et faire jouer un rôle aux albinos africains dans leurs communautés respectives. Le président Tshisekedi a en effet annoncé que cette déclaration sera un instrument par lequel son gouvernement passera à la sensibilisation massive et au plaidoyer auprès de pays membres sur les droits de personnes atteintes d’albinisme.

La _déclaration de Kinshasa_ appelle les Etats africains notamment à améliorer la législation en faveur des personnes atteintes d’albinisme, soit en se dotant d’une loi spécifique ou en renforçant les lois existantes par rapport à l’albinisme et à intégrer la thématique d’albinisme dans leurs programmes de santé publique et de créer des centres de recherche sur l’albinisme.

Cette Déclaration émeut aussi le vœu de voir les Etats et leurs Experts produire un protocole à la charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatifs aux droits des personnes atteintes d’albinisme à l’instar des autres catégories des personnes vulnérables.

 

Ci-dessous l’intégralité de la Déclaration de Kinshasa:

Premier Colloque Panafricain de sensibilisation sur l’albinisme :

DECLARATION DE KINSHASA

L’Union africaine résolue à promouvoir le strict respect des buts et principes consacrés dans sa Charte, préoccupée par la discrimination.

CONSIDERANT la tenue du Premier Colloque Panafricain de sensibilisation sur l’albinisme, à Kinshasa, République en Démocratique du Congo, les 19 et 20 octobre 2021, à l’initiative du Président de l’Union Africaine, sur le thème « Solidarité Africaine pour une Afrique en faveur des Personnes atteintes d’Albinisme »;

PRENANT EN COMPTE les résolutions du Conseil des droits de l’homme 23/13, du 13 juin 2013, sur les agressions et la discrimination à l’encontre des personnes atteintes d’albinisme ; 24/33, du 27 septembre 2013, sur la coopération technique en vue de prévenir les agressions contre les personnes vivant avec albinisme ; et 26/10, du 26 juin 2014, sur la Journée internationale de sensibilisation à l’albinisme;

RAPPELANT le rapport préliminaire sur les personnes atteintes d’albinisme que le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a présenté au Conseil des droits de l’homme à sa vingt quatrième session;

SOULIGNANT la résolution 263, du 5 novembre 2013, de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples, sur la prévention des agressions et de la discrimination à l’égard des personnes souffrant d’albinisme ;

CONSIDERANT que la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples a pour mandat: la promotion et la protection des droits de l’homme et des peuples en Afrique en application de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples;
ASPIRANT à ce que d’ici 2063, l’Afrique: soit un continent où les valeurs, les pratiques démocratiques, les principes universels des droits de l’homme, l’égalité entre les hommes et les femmes, la justice et l’État de droit seront pleinement ancrés;

GARDANT A L’ESPRIT l’article 2 de la Charte africaine, qui garantit à chaque individu la jouissance des droits et libertés reconnus par la Charte, sans distinction de race, d’ethnie, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation;

GARDANT EGALEMENT A L’ESPRIT l’article 18 (4) de la Charte africaine, aux termes duquel les personnes handicapées ont droit à des mesures spécifiques en rapport avec leurs besoins physiques ou moraux ;

PREOCCUPE par la discrimination, la stigmatisation, la marginalisation et l’exclusion sociale qui s’exercent de manière persistante et généralisée à l’endroit des personnes souffrant d’albinisme ;

SALUANT la résolution n°373 du 22 mai 2017 de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples, portant adoption du plan d’actions régional sur l’albinisme en Afrique CADHP/Rés.373(LX) 2017;

CONSCIENTS que les personnes atteintes d’albinisme continuent de se heurter à des obstacles environnementaux, structurels et comportementaux qui les empêchent de participer pleinement à la vie économique, sociale, politique et culturelle;

SACHANT que la mise en œuvre exécution du Programme des Objectifs de Développement Durable (ODD) à l’horizon 2030 contribuera, entre autres, à promouvoir l’inclusion sociale des personnes en situation de vulnérabilité, y compris les personnes atteintes d’albinisme, et réaffirmant que, dans l’exécution du Programme 2030, les Etats devraient notamment respecter, protéger et promouvoir les droits de la personne et les libertés fondamentales de toutes et de tous, dont les personnes atteintes d’albinisme, sans discrimination aucune;

REAFFIRMANT que les personnes atteintes d’albinisme doivent prendre part aux efforts de développement aux niveaux local, national, régional et international, et soulignant à cet égard qu’il faut renforcer l’efficacité des politiques et des programmes de développement nationaux qui concernent les personnes atteintes d’albinisme ;
Le Premier colloque panafricain de sensibilisation sur l’albinisme sous le thème « Solidarité Africaine pour une Afrique en faveur des Personnes atteintes d’Albinisme » ;

DECLARE que les personnes atteintes d’albinisme, comme tous les autres humains, ont droit à toutes les dispositions de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et de tous les instruments pertinents des droits de l’homme et libertés fondamentales;

INFORME l’opinion que l’albinisme n’est pas une maladie. contagieuse, non plus un phénomène mystique ;

SENSIBILISE les personnes atteintes d’albinisme à la prise de conscience de leur état et à faire valoir leurs droits au même titre que les autres citoyens ;

SENSIBILISE également les communautés à bannir toutes formes de violence fondées sur la couleur de la peau;

CONSTATE que le plan d’actions régional sur l’albinisme en Afrique (2017-2021) est arrivé à terme ;

EXHORTE les Etats et les Gouvernements d’évaluer la mise en œuvre dudit plan d’actions régional sur l’albinisme en Afrique ;

DEMANDE aux Etats de se doter de politiques et stratégies de promotion et de protection des droits des personnes atteintes d’albinisme;

ENCOURAGE les Etats à améliorer la législation en faveur des personnes atteintes d’albinisme, soit en se dotant d’une loi spécifique ou en renforçant les lois existantes par rapport à l’albinisme :

DEMANDE aux Etats et aux Gouvernements d’intégrer la thématique d’albinisme dans le programme de santé publique et de créer des centres de recherche sur l’albinisme;

DEMANDE encore aux Etats et aux Gouvernements de mobiliser les fonds verts pour venir en aide aux premières victimes du réchauffement climatique, dont les personnes atteintes d’albinisme;

DEMANDE à la Commission de l’Union Africaine d’accélérer la mise en place du mécanisme de Conseil consultatif sur le handicap prévu par le Protocole à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatif aux droits des personnes handicapées, pour s’occuper aussi de l’albinisme;

DEMANDE également à la Commission de l’Union Africaine, agissant en concertation avec les organes compétents de l’Union Africaine, de pérenniser les acquis du présent Colloque compte tenu des buts et principes de la Charte de l’Organisation des Nations Unies et de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples en organisant tous les deux ans un événement panafricain sur l’albinisme;

ENCOURAGE les Etats et leurs Experts-sur la question, de réfléchir sur un avant-projet du Protocole à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatifs aux droits des personnes atteintes d’albinisme à l’instar des autres catégories des personnes vulnérables.

Fait à Kinshasa, le 20 octobre 2021

Émile YIMBU/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

Actualité

Kinshasa : un conseiller de Tshisekedi et cadre à l’UDPS arrêté pour viol sur mineure

Published

on

By

 

 

L’information a été confirmée à CAS-INFO par des sources judiciaires et du parti.

Antoine Ababifuanina, membre du collège des hydrocarbures à la présidence de la République et Secrétaire National adjoint chargé de l’organisation et implantation de l’UDPS, a été arrêté le jeudi 29 septembre 2022 par la police à Kinshasa.

Selon nos sources, il est accusé de « viol sur mineure ».
Une autre source renseigne que ce dernier devrait être transféré au parquet ce vendredi pour ensuite être jugé en procédure de flagrance.

« Nous suivons le cas du Conseiller Antoine Ababifuanina, soupçonné et détenu par la police pour viol sur mineure, l’Officier de Police Judiciaire, instructeur du dossier, nous a rassuré qu’il sera transféré au Parquet ce vendredi. Pas de trafic d’influence« , a écrit Georges Kapiamba, président de l’Association congolaise pour l’accès à la justice.

CAS-INFO.CA


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising