Connect with us

À la Une

RDC : Tshibala doit être reconnu civilement responsable de l’agression du journaliste Dinanga (FFJ)

Published

on

 

Freedom for journalist (FFJ), organisation de défense de la liberté de la presse et du droit à l’information, exige que Bruno Tshibala, ancien premier ministre de la République démocratique du Congo (RDC) soit reconnu civilement responsable de l’agression, samedi 05 octobre 2019, de Dominique Dinanga, journaliste à Top Congo FM, station émettant à Kinshasa, capitale du pays.

«Il doit être reconnu in solidum responsable des coups et blessures infligés au journaliste en plein exercice de son métier. Sous sa gestion du gouvernement, la liberté de la presse n’était pas du tout reluisante. Le sombre tableau qu’il a laissé le poursuit hors mandat», écrit FFJ dans un communiqué distribué aux médias.

Le journaliste répondait à une invitation de M. Tshibala, président d’une aile de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) au centre-ville où une cérémonie se tenait en son honneur.

Devant les militants du parti, le journaliste a décliné son identité mais a immédiatement été pris à parti. Les partisans de Tshibala l’ont asséné des coups après qu’il a été menacé.

FFJ est d’avis que le journaliste a bien été piégé par l’organisateur de l’activité et les menaces des militants n’a été qu’un prétexte.

« M. Tshibala doit être tenu responsable de ce qui est arrivé au journaliste et prendre en charge l’hospitalisation de Dinanga », a exigé, en outre, FFJ qui a appelé Top Congo à déposer une plainte et invité les journalistes de Kinshasa à se constituer partie civile.

FFJ condamne fermement le passage à tabac du journaliste et se réserve le droit d’appeler les médias et les journalistes à infliger, dans les médias, un embargo sur une durée bien déterminée sur la personne de Tshibala et sur toute activité en lien avec lui.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET

%d blogueurs aiment cette page :